Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » Etat d’urgence : le retour de la cigarette dans les lycées ?

Etat d’urgence : le retour de la cigarette dans les lycées ?

Avec l’état d’urgence, des proviseurs ont préféré autoriser la cigarette dans l’enceinte du lycée plutôt que de voir des attroupements de fumeurs à la sortie des établissements. S’ils contreviennent à loi Evin, la vente de cigarettes est interdite aux mineurs. Pendant ce temps dans l’Illinois, la possession de cigarette, électronique ou traditionnelle expose les mineurs à des amendes et des travaux d’intérêt général.

Cible potentielle d’un terroriste, ou fumer une cigarette, quel est le risque le plus élevé ?

Une nouvelle étude commanditée par un fabricant d'e-cigarettes aux États-Unis vient minimiser l'attractivité des arômes auprès des jeunes.

Les attroupements de fumeurs à la sortie des lycées inquiètent des chefs d’établissement

Avec l’état d’urgence, le tabac est réapparu dans les enceintes des lycées. Dans une circulaire du 25 novembre dernier émanant du ministère de l’Education nationale on peut lire “En lycée, des zones spécifiques peuvent être aménagées au sein des établissements scolaires dans les espaces de plein air pour éviter que les élèves ne sortent du lycée pendant les interclasses.

Certes, la circulaire n’explicite pas la destination de ces “zones spécifiques”, mais qu’y voir d’autre que des “zones fumeurs” ?

“L’état d’urgence ne modifie pas les textes sur l’interdiction de fumer”

Interrogé par LeMonde, Michel Richard, secrétaire général adjoint du SNPDEN (principal syndicat des chefs d’établissement) explique qu’un “certain nombre de proviseurs a été saisi d’effroi en voyant les attroupements de fumeurs à la sortie des établissements“. Ils ont préféré autoriser les élèves à fumer à l’intérieur de l’enceinte du lycée plutôt qu’à l’extérieur (où ils n’ont par ailleurs pas l’autorité de l’interdire).

Pour écouter Michel Richard interrogé par France Info :

Ils contreviennent à la loi Evin de 1991 qui interdit strictement de fumer dans les établissements scolaires et risque des amendes de 750€ (450€ pour les fumeurs).

Le SNPDEN a adressé à la Direction Générale de la Santé (DGS) une demande d’autoriser l’usage de “la cigarette à l’intérieur des lycées pour prévenir les risques d’attentats”. La DGS a refusé la demande arguant que “l’état d’urgence ne [modifie] en rien les textes sur l’interdiction de fumer”.

Le syndicat vient de se retourner vers le Premier ministre pour sa demande, cette mesure faisant partie selon lui des “dispositions possibles pour assurer la sécurité [des] élèves”.

De leur coté les associations anti-tabac protestent vivement comme en témoigne certaines réactions sur twitter.

“L’absurdité a ses charmes”

L’absurdité a ses charmes. Elle atteint parfois au sublime.écrit Jean-Yves Nau dans un récent billet, en ajoutant à l’équation que la loi interdit la vente de tabac aux moins de 18 ans. “Une loi que l’exécutif est chargée de faire appliquer.”

Aux Etats-Unis, l’Illinois met en place des mesures radicales

Le gouverneur de l’Illinois aux Etats-Unis vient de décider d’étendre à la cigarette électronique la pénalisation des mineurs en possession de produits du tabac.

Cigarette ou vaporisateur, les amendes seront les mêmes : la première contravention s’élève à 25 dollars ou 15 heures de travaux d’intérêt généraux. L’amende maximale a été fixée à 100 dollars and 30 heures de travaux d’intérêt généraux.

 

 

Review Author:Review Date: