Vous êtes ici : Vaping Post » ArticlesEntre puissance et complexité, les oubliés de la vape

Entre puissance et complexité, les oubliés de la vape

    Annonce

Tous les lundis, un journaliste du Vaping Post en immersion en boutique fait remonter ses observations du terrain. Et si il convient que la vape est bonne pour tous, en revanche, elle n’est pas adaptée à tous : c’est plutôt une affaire de jeunes, trop souvent.

« Notre rapport à la technologie : On regarde tout ce qui a été créé avant nos vingt ans comme naturel et allant de soi. On regarde tout ce qui est créé entre nos vingt et nos quarante ans comme révolutionnaire et on veut y faire carrière. On regarde tout ce qui est créé après qu’on ait passé quarante ans comme suspect et on pense que ça devrait probablement être interdit ».
Douglas Adams

Les oubliés de la vape

Parmi ceux qui veulent cesser de fumer grâce à la vape, on distingue deux grandes catégories : les petits fumeurs, à qui un matériel de vape simple suffit. Et les gros fumeurs, qui ont besoin de plus de puissance, d’autonomie, de variabilité.

Parmi ces gros fumeurs, il en est qui ont un peu plus de mal que d’autres avec le matériel. Souvent, des personnes âgées, ou peu rompues aux joies de la technologie légère. Pourtant, elles sont nombreuses à souhaiter passer à la vape. La plupart du temps, après avoir essayé en vain toutes les autres méthodes.

Malheureusement, force est de constater que, bien souvent, on est capable de leur proposer soit un kit pour petit fumeur, sans réglages mais insuffisant pour leur profil, soit un kit pour gros fumeur capable de faire tourner en bourrique le moine zen le plus patient.

Très honnêtement, vendeurs et vendeuses en boutiques : combien de fois avez-vous vu un client venir vous voir parce que « sa box ne marche pas très bien ? ». Et vous vous rendez compte qu’elle est juste passée du wattage variable au contrôle de température.

Ou bien telle cliente qui vient vous expliquer que le paquet de résistances que vous lui avez vendu doit être défectueux, il a beau bien l’amorcer comme vous lui avez expliqué, elles ont toutes un goût de brûlé. Lorsque vous lui dites « C’est normal, elles ne sont pas prévues pour fonctionner à 75 watts », attendez-vous à un air ébahi et paniqué lorsque vous commencez à lui expliquer.

Savoir s’adapter

Il manque clairement, sur le marché, de kits à la fois puissants et simples. Et ne venez pas me parler d’une grosse batterie conçue pour fonctionner avec un clearomiseur sub-ohm : il est question ici de kits pour le fumeur lambda qui souhaite arrêter, qui a besoin dans 99 % des cas de beaucoup de nicotine en MTL.

Oui, ce genre de kits existe. Du moins, en théorie. Prenez l’exemple du Kroma-A de chez Innokin. Il est simple. Il est assez autonome. Il est conçu pour s’appairer avec le Zénith.

Alors, quelqu’un peut m’expliquer, alors que la puissance maximale préconisée avec cet atomiseur est de 18 watts, c’est ce qui est inscrit sur les paquets de résistances les plus basses disponibles, pourquoi peut-on le pousser jusqu’à 75 watts. Quel intérêt ?

Des magasins qui proposent la box seule, je n’en connais pas. Il doit y en avoir, peut-être, mais plus en remplacement d’une box détériorée que pour une utilisation seule. Un client qui cherche une box qui monte à 75 watts ne se tournera pas vers la Kroma-A. Par contre, une personne un peu âgée, avec les doigts engourdis et la vue un peu faible pourra pousser sans s’en rendre compte son kit au-delà de la puissance souhaitée. Je ne dis pas que c’est possible, je dis que c’est fréquent. Dommage, Innokin : vous êtes passé à un millimètre du kit parfait. Et désolé si ça tombe sur vous.

Un peu de simplicité

Tout le monde n’est pas familiarisé, ou tout simplement attiré, par la technologie. Les dernières boxs sorties, même des simples, de celles que les vendeurs auront tendance à conseiller aux clients défumeurs, présentent toutes des options qui sont autant de portes ouvertes à l’erreur.

Il n’est pas question, ici, de demander l’arrêt de la fabrication des boxs puissantes. Ni de demander à vitaminer les kits basiques. Mais de se pencher sur cette zone grise, qui ne constitue pas, certes, le gros de la clientèle, mais qui existe et qui a des besoins. Après tout, on fabrique bien des téléphones portables pour les personnes du troisième âge, avec des fonctions simples et de grosses touches.

Qu’est-ce qui empêcherait quelques marques de mettre au catalogue une box robuste, bridée dans une plage de puissance adaptée au MTL, avec des réglages simples avec des puissances pré-programmées, un écran qui indique juste de façon claire le niveau de la batterie et… C’est tout.

Je m’attends à recevoir une palanquée de messages pour me signaler que ce type de kit existe « mais si, la box machin truc », ou même me dire que la Kroma-A ou la Istick Basic sont assez simples.

Oui, ce type de kit existe, ou du moins des crossover entre box et pod qui peuvent faire l’affaire, comme par exemple la FH Box ou la Vim de Jack Vapor, qui sont tous les deux d’excellents kits. Mais ils ne répondent pas totalement à cette demande spécifique. Oui, la Kroma-A ou la Istick basic sont simples… Du point de vue de quelqu’un qui sait utiliser un téléphone portable.

Mais pouvoir proposer un Zénith avec une box à la fois proposant différentes plages de puissances et une simplicité d’utilisation qui exclut l’erreur, c’est quasiment impossible. Et c’est dommage.

Annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *