Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Kits » Test : Dripbox Starter Kit de KangerTech

Test : Dripbox Starter Kit de KangerTech

Depuis quelques mois, le bottom feeder dépasse le petit cercle des initiés. KangerTech pourrait bien amplifier cette tendance, grâce à ce kit Dripbox, proposé à un prix hyper attractif. Attrayant sur le papier, que vaut vraiment ce nouveau joujou ?

Le bottom feeder à la sauce Kanger

D’abord un rapide rappel, qu’est-ce qu’une box en bottom feeder ? C’est tout simplement une box qui intègre une fiole souple d’e-liquide, qui alimente le dripper, via une connexion 510 percée. C’est l’idéal pour profiter des qualités d’un dripper sans devoir garder un flacon d’e-liquide à portée de main.

IMG_1152 (1)

Auparavant réservé à une niche de vapoteurs, les box bottom feeder n’était accessible qu’à partir de 150 euros, Kanger casse les prix avec sa Dripbox, puisqu’il la propose autour de 40 euros, auquel il faut ajouter le prix d’un accu 18650.

Caractéristiques technique

Les caractéristiques essentielles sont les suivantes :

  • Un mod mécanique sécurisé de 60 W
  • Un dripper Subdrip
  • Deux plateaux RBA pré-montés en dual coil à 0,2 ohm
  • Capacité du réservoir : 7 ml
  • Connexion : eGo/510
  • Un bouton rond agrémenté d’un éclairage led (on et off par 5 pressions rapides)
  • Protection contre l’inversion de polarité et contre les courts-circuits
  • Recharge par câble micro-USB fourni
  • Affichage batterie en charge par une led multi couleur
  • Une fiole en plastique souple de rechange de 7 ml
  • Un sachet de coton biologique
  • Un kit de vis, de résistances et tournevis cruciforme
  • Un mode d’emploi en français
  • Diamètre du dripper : 22 mm
  • Poids : 170 g
  • Longueur : 82 mm
  • Largeur : 39 mm
  • Disponible en 3 coloris (noir, blanc et rouge)

Kit complet et prise en main aisée

IMG_1211Le pack du kit Dripbox est très complet. Il se compose d’une box méca sécurisée de 60 W contenant une fiole de 7 ml, et d’un dripper Subdrip à double résistance. Les pièces de rechange sont nombreuses une fiole en plastique souple de rechange, des vis et des résistances déjà faites, l’éternel tournevis bleu cruciforme et même une deuxième base RBA déjà montée.

La box est légère et tient bien en main. Le remplissage de la fiole est simplissime. Il suffit d’ôter le clapet aimanté sous la box, puis de retirer la fiole et de la remplir jusqu’à 7 ml de liquide. Ensuite, il faut refaire coulisser la fiole le long de la tige en métal, qui sert à alimenter le dripper en jus. Bon point, la tige va bien jusqu’au fond de la fiole. Si vous ne la remplissez pas jusqu’en haut, il faut pomper plusieurs fois, jusqu’à voir le liquide arriver sur le coton.

60 W à 0,2 ohms, avis de temps couvert !

IMG_1213La Dripbox est une box méca, mais elle est sécurisée par un fusible. Pas de soucis, en cas de mauvais calculs de montage, par exemple. Sur le montage d’origine, la Dripbox envoie 60 W sur les résistances en 0,2 ohm. Kanger préconise d’ailleurs de ne pas faire de montage plus bas. Inhalation directe et double airflow grand ouvert obligatoire ! Le réglage des airflows se fait simplement par rotation du top cap.

Le Subdrip se révèle à la hauteur en produisant de gros nuages. Pour les saveurs, il est assez moyen avec ses airflows situés en haut et sa chambre d’atomisation assez volumineuse. Il est donc plutôt à classer parmi les clouds chasers.

Un plateau RBA minimaliste

IMG_1160Le gros point faible de cette Dripbox se situe au niveau du plateau RBA. A la reconstruction, il s’avère limité. Il est doté de seulement deux petits trous, oubliez les montages en Clapton, les gros fils ne rentreront pas. On est loin de la facilité de montage d’un plateau de type Velocity. Heureusement, le Subdrip n’est pas un dripper propriétaire. La solution, c’est d’opter un dripper compatible bottom feeder de meilleure qualité et/ou plus adapté à sa vape.

Toujours agréable, grâce à son mode passthrough, on peut vaper tout en rechargeant la Dripbox, via sa prise micro-USB située sur le côté.

IMG_1165La fiole est assez souple et l’alimentation en liquide du dripper se fait par de nombreux petits trous situés autour du plateau RBA. Simple, efficace, d’autant que je n’ai eu aucune fuite à déplorer.

En résumé

Points positifs :

  • Rapport qualité-prix
  • Box méca sécurisée
  • Format compact
  • Gros volume de vapeur
  • Simplicité d’usage
  • Kit de rechange complet
  • Pas de fuites
  • Micro-USB sur le côté
  • Notice en français

Points négatifs :

  • Finition perfectible
  • Puissance non-variable
  • Dripper double-coil obligatoire
  • Plateau RBA limité

Conclusion

Note de 4/5. Compacte, ergonomique, facile d’usage même pour les néophytes, la Dripbox de Kanger possède beaucoup d’atouts. Cependant, elle n’est pas parfaite. Son dripper, gros point faible, est trop basique, heureusement il peut être remplacé. La qualité de fabrication et les matériaux utilisés sont loin du high-end, on sent bien que Kanger a tiré les prix partout où c’était possible pour proposer un tarif imbattable. Au final, la Dripbox est une bottom feeder cohérente et d’une simplicité enfantine, qui séduira les amateurs de drippers et peut même être une porte d’entrée dans le monde du dripping. Après le Subtank, la Dripbox est pourrait bien être le nouveau grand coup de Kanger.

Review Author:Review Date: