Vous êtes ici : Vaping Post » Politique » Brexit et vape : les conséquences

Brexit et vape : les conséquences

    Annonce

Le 31 janvier, le Brexit deviendra officiel. Le Royaume-Uni étant un pays très actif dans la vape, et de nombreux best-sellers en provenant, il est important de savoir ce que sa mise en œuvre signifie concrètement. Et la réponse est… Rien, pour le moment…

Le Vapaume-Uni

C’est donc ce 31 janvier 2020 que le Brexit sera effectif et que le Royaume-Uni ne fera plus partie des pays européens. L’import-export en matière de vape étant important entre l’Europe continentale et les îles britanniques, nombreux sont ceux qui se posent la question : dois-je faire provision de Red Astaire ? Puis-je demander l’asile politique à Boris Johson pour pouvoir vaper en liberté ? La réponse à toutes ces questions est non.

La mise en œuvre du Brexit sera suivie d’une période de transition durant laquelle le Royaume-Uni continuera à être considéré comme un partenaire au sein de l’Europe. Il bénéficiera des mêmes conditions douanières et devra s’astreindre en contrepartie aux même règles.

Concrètement, cela signifie deux choses : la première, acheter ou vendre e-liquides ou matériel de vape aux britanniques restera possible durant toute la période, sans que rien ne change. La seconde, les britanniques devront encore composer avec la TPD.

Ceci durera jusqu’au 31 décembre 2020. Là, en revanche, la période transitoire prendra fin et sera remplacée par un deal entre l’Europe et l’UK. C’est là que le bât blesse.

En effet, le deal doit être d’abord négocié entre le Royaume-Uni et le Conseil de l’Europe. Puis il doit être validé par, d’un côté le Parlement britannique, et de l’autre l’ensemble des Parlements des états membres. Si cela ne posera pas de problèmes dans la plupart des pays, la situation pourrait se compliquer dans certains Etats fédéraux où l’ensemble des chambres régionales devrait voter.

Les processus similaires, de par le passé, ont mis plusieurs années à se concrétiser, et il semble difficile de croire que les européens parviendront à l’exploit de le condenser en onze mois.

Les réels problèmes commerciaux devraient donc se poser à partir de janvier 2021.

Et pour les britanniques ?

Les vapoteurs britanniques, eux, devront encore subir les contraintes de la TPD jusqu’au 31 décembre 2020.

Ils ne seront, en revanche, pas obligés d’appliquer la prochaine mouture du texte : le temps qu’ils soit adopté par le Parlement européen, le délai laissé aux états pour le transposer dans leur législation nationale devrait largement excéder la date où le Royaume-Uni aura récupéré sa souveraineté.

Les sujets de sa très gracieuse Majesté pourront donc vapoter tranquillement et commenter les gesticulations continentales en matière de réduction des risques avec un humour tout britannique.

Les derniers articles sur le Royaume-Uni

Cigarette électronique : en Angleterre, le gouvernement rassure les fumeurs

  • Publié le 4/03/2020

Le sixième rapport indépendant du Public Health England sur la vape, mené par des chercheurs du King’s College London, a été publié le mercredi 4 mars 2020.

Brexit et vape : les conséquences

  • Publié le 30/01/2020

Le Brexit sera effectif le 31 janvier 2020. Qu’est-ce que ça va changer pour le business de la vape et les vapoteurs ? Pendant un an, pas grand chose.

UK : des vapoteuses distribuées gratuitement dans un hôpital psychiatrique

  • Publié le 25/10/2019

Une opération destinée à améliorer la vie des patients Nous le savons tous, le Royaume-Uni fait figure de précurseur en matière de vapotage. Premier pays à avoir officiellement annoncé son …

Annonce

Les commentaires sont fermés.