Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » USA : les messages alarmistes du CDC auraient fait retourner des vapoteurs au tabagisme

USA : les messages alarmistes du CDC auraient fait retourner des vapoteurs au tabagisme

    Annonce
  • Le Petit Vapoteur
  • Pulp Liquides
  • Innokin
  • Vaporesso
  • Point de vape
  • Geekvape
  • Jwei Eleaf

Une étude américaine conclut que la forte augmentation des taxes sur le vapotage dans l’État du Massachusetts n’aurait pas réduit le nombre de vapoteurs. En revanche, les déclarations erronées liant cigarette électronique et maladie pulmonaire (EVALI) auraient conduit des vapoteurs à un retour au tabagisme.

Diminution des achats d’e-cigarettes suite à des communiqués de presse

Photo d'une cigarette électroniqueSouvenez-vous, en 2019, les États-Unis connaissaient une vague de maladie pulmonaire qui ne semblait se déclencher que chez les vapoteurs. Suite au premier décès survenu à cause de cette maladie, diverses organisations gouvernementales comme le CDC et la FDA s’emparaient du sujet. Si, dès les premiers mois, la Food and Drug Administration déclarait avoir trouvé un produit commun à presque tous les cas (N.D.L.R. L’acétate de vitamine E, qui se révélera plus tard être en effet la cause des problèmes de santé), le CDC se montrait beaucoup plus prudent et continuait de recommander aux vapoteurs d’arrêter d’utiliser leur cigarette électronique. Mais certains l’ont-ils vraiment fait ? Les recommandations d’organismes de santé mondialement reconnus sont-elles suivies ? C’est cette question qu’a souhaité étudier une équipe de chercheurs américains originaires du Massachusetts à travers une nouvelle étude (1).

Vapoter permet d’arrêter de fumer, pas suffisant pour le CDC

Les auteurs commencent par expliquer qu’un consensus scientifique existe autour du fait que vapoter est moins nocif que fumer. Une idée qui a commencé à s’inscrire dans la mémoire collective comme en témoignent les nombreuses recherches ayant démontré que de plus en plus de fumeurs se tournent vers la cigarette électronique pour réduire leur consommation de tabac ou arrêter de fumer. Concernant les États-Unis, une recherche (2) menée par le CDC entre 2014 et 2016 concluait que 35 % des personnes qui fumaient durant ces années ont diminué leur consommation de tabac grâce au vapotage, et 24,7 % ont complètement arrêté de fumer pour passer à l’utilisation exclusive d’un vaporisateur personnel.

Cependant, malgré les excellents résultats que semble fournir le vapotage dans le cadre d’un processus de sevrage tabagique, le CDC « alarme le public » à son sujet en signalant que la cigarette électronique connaît une popularité croissante auprès des jeunes Américains, jusqu’à être utilisée par 7,6 % des lycéens qui déclaraient l’année dernière vapoter « fréquemment ». Une alarme qui a vu sa portée décuplée lors de l’épisode de maladie pulmonaire survenu dans le pays. Pour les chercheurs américains, l’une des erreurs du CDC a été de baptiser cette maladie EVALI, acronyme de “E-cigarette or Vaping product use-Associated Lung Injury”, que l’on pourrait traduire par « maladie pulmonaire associée à l’utilisation des cigarettes électroniques ou d’un produit de la vape ».

La politique s’en mêle

Plus le nombre de malades augmentait, plus les décideurs politiques s’inquiétaient, jusqu’à arriver à une interdiction temporaire de tous les produits de la vape dans certains États, dont le Massachusetts dont sont originaires les chercheurs à la tête de l’étude que nous décrivons aujourd’hui. Au terme de cette prohibition, le gouverneur de l’État a décidé d’imposer une nouvelle taxe de 75 % sur la cigarette électronique et d’interdire tous les e-liquides aromatisés.

Afin de comprendre les effets qu’ont eus ces mesures, les auteurs se sont penchés sur les données d’achat des produits de la vape dans une partie de leur État. Ils indiquent ainsi que suite à la mise en place de la nouvelle taxe, il n’y a pas eu de « diminution significative » du nombre d’achats d’e-cigarettes, suggérant ainsi que les vapoteurs locaux ont simplement commandé leurs e-liquides sur internet, ou se sont rendus dans des États voisins où les taxes étaient moins élevées.

En revanche, suite à la publication de nombreux communiqués de presse liés à EVALI, les auteurs ont noté que les achats de produits de la vape ont diminué de manière significative tandis que les achats de cigarettes de tabac ont augmenté.

Pour eux, ces résultats démontrent que les décideurs politiques et autres responsables de la santé publique ont « clairement besoin d’équilibrer efficacement les risques liés à l’utilisation de l’e-cigarette et de la cigarette combustible dans leurs politiques et leurs messages ».

Le reste de l’actualité aux USA

USA : la FDA finit de mettre à mort la...

Photo d'un cimetière
  • Publié le 21/09/2021

Plus d’un million d’e-liquides ont à nouveau été refusés par l’organisme de santé. Le vapotage aromatisé pourrait bien être sur le point de disparaître.

USA : les e-liquides aromatisés pourraient vivre leurs dernières heures...

  • Publié le 2/09/2021

A 8 jours de la date limite pour demander une autorisation de vente, la FDA conseille aux liquidiers de faire réaliser des études scientifiques impossibles.

USA : un espoir pour les PMTA des petits fabricants...

Homme en train de regarder dans un microscope
  • Publié le 26/08/2021

Une association a mis au point une méthode pour réaliser certaines analyses scientifiques demandées par la FDA, à moindre coût.


(1) Katchmar, A., Gunawan, A. & Siegel, M. Effect of Massachusetts House Bill No. 4196 on electronic cigarette use: a mixed-methods study. Harm Reduct J 18, 50 (2021). https://doi.org/10.1186/s12954-021-00498-0

(2) Caraballo RS, Shafer PR, Patel D, Davis KC, McAfee TA. Quit Methods Used by US Adult Cigarette Smokers, 2014–2016. Prev Chronic Dis 2017;14:160600. DOI: http://dx.doi.org/10.5888/pcd14.160600

Annonce

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.