Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Atomiseurs » Test : Serpent SMM – Wotofo

Test : Serpent SMM – Wotofo

La gamme des atomiseurs Serpent de chez Wotofo n’en finit plus de s’étoffer. Après la version RTA, l’Alto RTA, le RDTA, le RDA BF, le Mini RTA et le Sub Tank, voici donc venu le temps du  Serpent SMM RTA. Cette nouvelle déclinaison semble prometteuse et lorsqu’il s’agit d’un atomiseur dédié au simple coil, j’ai du mal à résister.

Une boite bien complète

Cette petite boite recèle de bien nombreux accessoires. En plus de l’atomiseur, on y trouve non pas un, mais deux réservoirs supplémentaires, trois résistances bien jolies qui sont à priori en NI80, mais sans confirmation, un drip tip wide bore en Ultem, des joints et vis, un tournevis, un peu de coton ainsi qu’un manuel avec une partie en Français bien rédigée et une carte de participation pour gagner un t-shirt. Il ne manque absolument rien dans cette boite, Wotofo n’est vraiment pas radin et ça fait plaisir à voir.

Le Serpent SMM en détail

Cette version SMM du Serpent ayant été développée en collaboration avec le reviewer YouTube Suck My Mod, on peut donc s’attendre à un atomiseur de qualité. Ses dimensions sont contenues : 24 mm de diamètre pour 32 mm de hauteur sans le drip tip et hors connecteur. Sa faible hauteur est appréciable et détonne des productions actuelles, sachant qu’il contient quand même 4 ml de liquide.

Son plateau est original et présente quelques particularités bien pensées. Bien que possédant quatre posts, il est conçu pour accueillir qu’un simple coil. Le coil étant au milieu des deux pôles qui sont espacés de 7 mm, quel que soit son sens d’enroulement il sera possible de le monter grâce à ces quatre posts. Il est probable que les plus joueurs d’entre vous arriveront à y installer un double coil, mais ce ne sera pas évident. Ce qui diffère également, à l’instar d’un Kylin ou d’un Ammit, c’est que les arrivées d’air se trouvent intégrées au pôle négatif et positif. Ces arrivées sont au nombre de 4, et mesurent environ 3,5 mm de large pour 1,5 mm de haut. Celles du haut dirigent le flux horizontalement tandis que celles du bas sont légèrement inclinées vers le haut. On remarquera cependant qu’il n’y a pas d’arrivée directement en dessous du coil.

Les passages pour le fil se trouvent aux extrémités des pôles qui possèdent une ouverture libre pour y glisser les pattes du coil, le serrage des vis étant accessible par le dessus. Ce système fonctionne bien, mais contraint la longueur du coil qui ne pourra guère varier pour que les pattes soient dans l’alignement des vis.  Une solution sous forme d’étau comme sur le serpent RDTA offrirait un peu plus de marge. Les vis sont de bonne qualité, l’empreinte est bien profonde et pour une fois, le tournevis fourni est parfaitement adapté.

Deux trous d’un diamètre d’environ 4 mm se trouvent de part et d’autre plateau, et servirons pour le passage du coton. Pour cette raison, le diamètre interne du coil devra être de 3 mm, comme avec les résistances fournies, mais vous pourrez pousser jusqu’à 3,5 mm sans provoquer de tassement de coton qui pourrait influer sur la capillarité, ces orifices sont quand même bien larges.

Les deux arrivées d’air sont placées en bas de l’atomiseur, le réglage se fait en tournant librement la bague maintenue par deux joints avec un blocage aux extrémités. Si vous démontez cette bague, faites attention en la remettant, car elle possède une rainure qui viendra de placer sur un ergot qui définit la limite de rotation. Le réglage se montre souple et précis, les joints étant parfaitement calibrés pour que la bague ne tourne pas toute seule.

Le positif est en plaqué or et ressort suffisamment, mais n’est pas réglable, la vis servant à maintenir le plateau. Il est possible de la dévisser d’un ou deux tours si la connexion de votre box est trop longue, mais elle aura tendance à bouger et vous ne serez pas certain de ne pas provoquer un court-circuit.

La cloche d’atomisation ne présente rien de particulier si ce n’est que son dôme n’est pas très prononcé. Pour un atomiseur vendu comme étant principalement destiné aux saveurs, cela reste étonnant. Deux gravures extérieures viennent un peu l’égayer : l’une avec le logo SMM plutôt sympathique, l’autre étant juste le nom de l’atomiseur.

Le top cap est très basique avec seulement un chanfrein sur son pourtour supérieur. Il est relativement plat ce qui contribue assurément à la faible hauteur de l’atomiseur, et ne possède aucune aspérité permettant une meilleure manipulation. Cela ne s’avère cependant pas nécessaire, le filetage se révélant très bien fini et agréable. Le vissage se fait immédiatement s’en que l’on soit obligé de s’y reprendre et reste fluide jusqu’au bout.

Les deux orifices de remplissage permettent l’utilisation de n’importe quel flacon, mais si vous utilisez un liquide à fort taux de VG, l’espace entre le haut de la cloche et ces orifices n’étant pas très important, le liquide aura tendance à s’écouler moins rapidement que sur d’autres atomiseurs et à refouler. Ce n’est pas un réel problème, il suffit juste de verser tranquillement.

Pour finir, j’ai gardé le meilleur pour la fin : le drip tip. S’il vous arrive de me lire parfois, vous savez toute l’affection que j’éprouve vis-à-vis de ce genre d’embouts qu’on appelle chez les pros “wide bore”. En Ultem, il possède deux joints et mesure 16 mm de diamètre extérieur pour 8,5 mm de haut. Celui-ci offre néanmoins la particularité de réunir les défauts de ce type de drip tip, sans y reprendre les avantages. En effet, sa faible hauteur vous obligera à vous chauffer sérieusement les lèvres rapidement, et son diamètre intérieur n’est que de 6 mm, soit exactement celui d’un drip tip conventionnel. Vous pourrez donc le remplacer par celui de votre choix au format 510.

Revue technique

Caractéristiques essentielles du Serpent SMM RTA de chez Wotofo :

  • Hauteur : 45,5 mm avec le drip tip et la connexion
  • Diamètre : 24,2 mm
  • Contenance du réservoir : 4 ml
  • Connexion : 510 non réglable en plaqué or
  • Matériaux : inox et Pyrex pour le réservoir
  • Poids : 40 g
  • Type de résistances : simple coil
  • Airflow : sur le côté et réglable librement avec butée d’arrêt
  • Drip tip : wide bore en Ultem au format 510
  • Remplissage : par le haut avec démontage
  • Couleurs disponibles : acier et noir

Le pack comprend :

  • Un atomiseur Serpent SMM
  • Deux réservoirs supplémentaires
  • Un sachet comportant des joints et vis
  • Trois résistances
  • Un pad de coton
  • Un tournevis
  • Un manuel multilingue dont le français
  • Une carte promotionnelle

Montage et vape

La mise en place de la résistance est vraiment très facile. Il suffit de présenter la résistance de bais puis de la tourner parallèlement aux pôles pour que les pattes se glissent dans l’espace qui leur est attribué. On visse en veillant à ce que le fil soit bien au-dessous des vis, puis on coupe l’excédent à ras des pôles. Pour régler sa hauteur, faites-en sorte que le coil soit entre 0,5 et 1 mm au-dessus du plateau. Vraiment enfantin. Le cotonnage sera lui aussi très simple et ne demande pas à être finement dosé. Chaque extrémité sera placée dans son trou, le coton pouvant aller jusqu’au fond pour absorber jusqu’à la dernière goutte, mais ce n’est pas une obligation.

Le remplissage se fait en retirant le top cap et en fermant les entrées d’air, mais même en restant ouvertes, je n’ai jamais eu de fuite. Les arrivées étant latérales et en hauteur, pas facile pour le liquide de passer par là.

Avec une des résistances fournies, la valeur affichée après stabilisation est de 0,22 ohm. Avec une puissance de 35/40 W, la vape se révèle agréable produisant une très bonne quantité de vapeur et des saveurs… légèrement différentes.

Le ressenti des arômes est particulier

Les arômes sont présents et parfaitement reconnaissables, mais le ressenti est particulier. C’est comme si les arômes dominants étaient adoucis tout en laissant les moins présents à leur niveau. La différence reste subtile et ce n’est pas désagréable, mais lorsque l’on vape un liquide depuis longtemps, la différence est bien présente.

À partir d’une puissance d’environ 40 W, l’atomiseur aura néanmoins tendance à chauffer de manière déplaisante. Que ce soit au niveau du corps de l’atomiseur ou du top cap, tout chauffe, produisant également une vape chaude. À noter également que sa consommation de liquide est impressionnante, les 4 ml partent vraiment très vite.

En changeant de résistance pour une autre de valeur plus raisonnable en 0,45 ohm, tout redevient normal. Entre 25 et 30 W la vape reste tiède, les arômes tabac ou gourmand seront à privilégier plutôt que les fruités, mais l’atomiseur ne chauffe plus autant et sa consommation baisse un peu. À noter qu’à cette puissance les saveurs sont un peu plus présente tout en gardant leur particularité. Ce sera pour moi dans ce type de configuration que le Serpent SMM s’exprimera le mieux.

Un petit mot pour finir sur son alimentation : remarquable. À chaque bouffée, de nombreuses petites bulles font surface, le coton restant toujours parfaitement imbibé. Même en tirant plusieurs barres d’affilées, l’atomiseur monte rapidement en température, mais sans jamais provoquer le moindre dry hit. Un vrai plaisir.

En résumé

Points positifs :

  • Plateau de montage facile à coiler
  • Très compact
  • Contenance de 4 ml
  • Arrivées d’air efficaces
  • Restitution des saveurs un peu différente, mais très bonne
  • Excellente capillarité
  • Excellente production de vapeur
  • Connecteur de drip tip standard
  • Absolument aucune fuite
  • Plateau démontable atomiseur plein

Points négatifs :

  • Atomiseur qui chauffe beaucoup à partir de 40 W
  • Drip tip trop court
  • Coils fournis trop bas en valeur de résistance et matériau non renseigné
  • Consommation excessive

Conclusion

Notre note : 4,5/5. J’aime beaucoup ce Serpent SMM. Simple, mono coil, facile à monter et offrant une vape de qualité, il présente également l’avantage indéniable d’offrir une contenance généreuse dans un format réduit. Ajouté au fait qu’il sait rester parfaitement propre, il sera parfait pour une utilisation en mode nomade. Son accessibilité permettra au vapoteur souhaitant se lancer dans le monde merveilleux du reconstructible avec un très fort taux de réussite, et si vous êtes un peu plus expérimenté, vous apprécierez sa gestion au quotidien qui est vraiment minimaliste. Wotofo nous délivre là un atomiseur vraiment bien pensé au très bon rapport qualité-prix, ce serait dommage de s’en priver.

Le Serpent SMM de Wotofo en images

Pour aller plus loin

Le Serpent SMM de Wotofo ne vous a pas convaincu ? Voici 3 autres tests d’atomiseurs en single coil :

Name of Reviewed Item: Serpent SMM Wotofo Rating Value: 5 Image: https://fr.vapingpost.com/wp-content/uploads/2017/06/vignette.jpg Review Author:Review Date:
  • Anto

    Bonjour, merci beaucoup pour cet article qui m’a décidé à faire l’acquisition de cet ato. Par contre je n’arrive pas à stopper les fuites au niveau de la base, même avec des coils de 3mm de diamètre et les mèches qui touchent le fond de la cuve. Faut-il aussi mettre du coton un peu partout au fond afin qu’il y est une bonne retention de liquide tout le temps ? Merci pour vos réponses.

    • Trob

      Bonjour Anto,
      Non, pas besoin de mettre du coton partout. Essaye de refaire une
      mèche de coton un peu plus grosse avec un petit bourrelet aux extrémités du coil, cela stockera un peu de liquide. Le Serpent aime bien le coton, regarde ma photo (la troisième en partant de la fin), il y en a quand même pas mal. Ce n’est pas obligatoire non plus de faire descendre la mèche jusqu’au fond, mais il faut qu’il dépasse quand même un peu du plateau. N’hésite pas à me dire si tu as résolu ton problème. 😉

      • Anto

        la fuite se fait surtout après remplissage, même si je ferme l’airflow, la dépression ne semble pas lui plaire. Je vais essayer quand même d’augmenter le diamètre du coil pour voir …

        • Trob

          Ce que tu peux faire aussi, c’est fermer l’airflow, remplir, retourner l’ato, ouvrir l’airflow tête en bas et attendre 5 secondes. Pour le coton, tu peux aussi le peigner avec la pointe d’un ciseau par exemple, avant de le placer dans les arrivées de liquide. Cela permet de le gonfler un peu sans augmenter sa quantité.

          • Anto

            ok merci je vais tenter ! 😉

  • Lolo Renzo

    j’ai aussi ce probleme de fuite , ce qui fais que je ne m’en sert pas, c’est dommage