Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Kits » Test : Kit Pico Squeeze 2 / Coral 2 – Eleaf

Test : Kit Pico Squeeze 2 / Coral 2 – Eleaf

  • Par , le 11/08/2018 à 12h00
    Annonce

Le kit Pico Squeeze 2 est constitué de la box BF du même nom ainsi que du dripper Coral 2. Bien plus qu’un simple lifting, Eleaf a entièrement revu chaque élément. Cette nouvelle Squeeze est désormais électronique, délivre une puissance qui peut atteindre 100 W en prenant en charge les accus jusqu’au format 21700 et un système de squonk très pratique. Un kit très attrayant qui tient ses promesses.

Le concept est respecté avec des finitions en hausse

La Squeeze 2 a vraiment fière allure avec un design agréable à l’œil. Les arrondis sont présents partout, ses courbes contribuent à faire passer la box pour plus petite qu’elle ne l’est, bien que sont format reste compacte. Je ne suis habituellement pas très fan de la couleur bleue, mais celui de notre exemplaire est plutôt réussi. La couche de vernis qui recouvre la peinture se montre efficace aux petits coups ou aux rayures, mais pas aux traces de doigts qui recouvrent ce beau revêtement au bout deux minutes d’utilisation.

L’inox est également omniprésent, soulignant chaque bouton, l’écran, la trappe de fermeture du logement de la bouteille ainsi que tout le haut et le bas de la box. Le relief du bouchon de fermeture du logement d’accu est décliné sur la bague d’enjolivement de l’atomiseur et même sur le bouchon de la bouteille, bien que ce dernier soit rarement visible, harmonisant l’ensemble et permettant une meilleure prise des éléments dévissables. La qualité des matériaux, l’ajustement des différentes parties ainsi que le poids de la box, laissent à penser que le kit est fait pour durer.

La façade principale accueil un petit écran de 0,49 pouce, lumineux, mais pas assez pour être vraiment lisible en extérieur, et juste en dessous, les boutons de réglage + et -. Ces deux derniers sont cependant assez petits, si vous avez de grosses paluches il ne sera pas évident les utiliser.

Sur une des tranches se trouve la bouteille sur laquelle nous reviendrons après, et sur l’autre, rien. Eleaf à choisi de placer le bouton fire non pas à cet endroit comme sur le premier modèle ou comme sur la majorité des box, mais sur la façade opposée à l’écran. En soi ce n’est pas forcément rédhibitoire, mais je trouve que cet emplacement oblige à appuyer avec le côté du pouce plutôt que le plat de l’index. C’est moins pratique et demeure subjectif, mais cela génère surtout un point d’ergonomie discutable. La Squeeze 2 étant naturellement prise en main de façon à appuyer sur la bouteille avec l’annulaire ou le majeur, l’écran est donc tourné vers la paume de la main droite. Si l’on veut vérifier son réglage ou changer une valeur, on devra donc soit retourner la box ou la faire changer de main. Pour les gauchers c’est encore moins pratique puisqu’ils ne peuvent tout simplement pas appuyer avec le pouce sur le bouton fire ET squonker, il faut replier l’index complètement pour accéder au fire ce qui est nettement moins agréable. Un écran placé sur l’autre façade avec un bouton fire sur la tranche aurait été parfait pour les droitiers, les gauchers auraient pu utiliser le bouton fire et squonker normalement, ne restait pour eux que le problème de l’écran orienté vers la paume.

La Squeeze 2 accepte aussi bien les accus 21700, 20700 que les 18650 avec un petit adaptateur en silicone de fourni, et sur le dessus de la box on retrouve l’image de marque de la série des Pico, à savoir le bouchon de fermeture du logement. Élément commun à toutes Pico, ce bouchon partage également le fait que sur les autres modèles, il se montre assez mal usiné et agaçant à refermer. Et bien il faut croire qu’Eleaf à enfin réussi à faire en sorte que tout cela appartienne au passé, car sur la Squeeze 2 il fonctionne enfin normalement. Pas la peine d’appuyer comme un âne pour attraper le filetage et ce dernier se montre beaucoup moins grinçant avec un filetage presque fluide.

Le connecteur permet de recevoir un atomiseur jusqu’au diamètre appréciable de 26 mm, taille par ailleurs de l’anneau d’enjolivement du Coral 2 qui est livré dans le coffret. Par contre, ce connecteur dépasse un peu trop du haut de la box et l‘espace qu’il génère avec l’atomiseur est bien visible. D’où peut-être l’intérêt de l’anneau qui rattrape ce jeu, mais ce dernier n’ira pas avec tous les atomiseurs.

Autre point un peu étrange, le pin positif ne semble pas monté sur ressort, mais possède néanmoins une certaine souplesse. Bien que je n’ai pas rencontré de problème de connexion, son débattement reste assez faible.

Pour finir sur la présentation et puisque c’est la tendance du moment, une petite LED située derrière la bouteille peut être activée suivant 8 teintes. Mis à part le côté saturday night fever, elle permet de mieux voir le niveau de liquide restant dans la bouteille avec des liquides peu colorés, mais il est possible de choisir de ne pas l’allumer.

Revue technique

Les caractéristiques essentielles du Kit Pico Squeeze 2 / Coral 2 de Eleaf

Type de matériel Kit régulé
Dimensions mod 78 x 56 x 27 mm
Poids du mod 178 g
Batterie 1 x18650/20700/21700
Charge USB
Puissance 1 – 100 W
Contrôle température Ni200, Titane et Inox, TCR
Diamètre max. de l’atomiseur 26 mm
Capacité de la bouteille 8 ml
Dimensions atomiseur 24 x 26 mm
Poids du clearomiseur 35 g
Drip tip 810

Le coffret comprend

Kit Pico Squeeze 2 / Coral 2 (x1), box (x1), dripper (x1), pièces de rechange (x1), bouteilles (x2), Accu Avatar AVB 21700 (x1), Adaptateur 18650 (x1), mode d’emploi (x1)

Une bouteille facile à remplir et accessible

La partie squonk bénéficie elle aussi d’améliorations bien sympathiques et d’un design tout aussi soigné. Pour commencer, la contenance de la bouteille qui est en silicone augmente de 1,5 ml pour passer à 8 ml, offrant une autonomie encore plus appréciable. À ce sujet, le coffret contient deux bouteilles, dont une déjà installée. Cependant, la seconde n’a pas de bouchon et si l’on veut l’utiliser, il faudra récupérer celui de l’autre bouteille. Un point un peu ridicule pour un gain dérisoire, et d’un point de vue pratique, il est dommage de ne pas pouvoir profiter de cette deuxième bouteille pour l’emmener en réserve avec soi lorsqu’on part pour la journée.

Le reste du système est très bien pensé. Pour accéder à la bouteille, il suffit de tirer vers l’extérieur la protection métallique qui est simplement maintenue par un aimant situé en dessous. On amène ensuite la bouteille vers le bas pour la dégager de sa tige alimentation, il n’y a pas de tube en silicone. Un bouchon silicone situé sur la tige permet de fermer le bouchon de la bouteille et coulisse lui aussi pour se retrouver bloqué lorsqu’il atteint l’extrémité de la tige, permettant ainsi de dégager la bouteille tout en accédant à un orifice qui permettra le remplissage. En effet, il n’est pas nécessaire de dévisser le bouchon de la bouteille, l’orifice est suffisamment large pour recevoir n’importe quel embout de flacon. On peut remarquer également qu’il est excentré, ce qui permet lors de la mise en place de la bouteille d’avoir un peu plus de prise en la rapprochant de la box.

Une fois la bouteille remplie, le niveau peut atteindre la limite basse du cerclage métallique, on répète l’opération en sens inverse soit en poussant la bouteille par le dessous, l’orifice est bouché avant que la bouteille ne remonte, soit en maintenant la bouteille par son bouchon en métal. Oui je sais, il y a beaucoup de bouchons dans cette histoire, mais ce n’est pas ma faute 🙂

Au final, le système se montre très simple et propre. Je n’ai jamais eu de problème de débordement lors de la remise en place de la bouteille, fini les soucis de savoir ou poser le tuyau associé au bouchon sur un système classique, et forcément, pas d’accu à enlever. Un système qui se montre donc ingénieux, pratique et rapide.

Un nouveau chipset complet et simple d’utilisation

L’écran de la Squeeze 2 de 0,49 pouce n’est pas bien grand, mais il suffit à afficher les informations les plus pertinentes, à savoir la puissance ou la température, le voltage, la valeur de la résistance et la charge de l’accu. Pour l’occasion, le chipset Avatar a été revu pour gagner en simplicité en proposant des menus symbolisés par des icônes sans rappel textuel. On peut se référer au manuel pour en avoir l’explication, mais il faudra le faire dans la section anglaise, les autres langues n’ayant pas de traduction pour cette partie. Les options sont classiques, mais néanmoins complètes. Tous les modes de vape sont présents, allant du mode puissance au contrôle de température avec les trois types de fils couramment utilisés, mais également un mode TCR possédant trois mémoires ainsi que le mode bypass.

Il est également possible de modifier la LED comme nous l’avons précédemment vu, d’afficher l’écran dans un sens ou dans l’autre, de verrouiller les boutons de réglage, de choisir un preheat, de passer en mode furtif (écran éteint lorsqu’on vape), d’accéder aux infos de la box, au voltage de la batterie, au compteur de bouffées, de pouvoir personnaliser le logo de démarrage et d’effectuer une mise à jour.

Dans les points qui font plaisir, on notera une recharge à 2A ce qui est toujours intéressant avec un accu 21700, mais surtout, une incrémentation de la puissance par pas 0,1 W entre 1 W et 20 W, pour passer ensuite avec une incrémentation de watt en watt jusqu’à 100 W. Le bonheur !

Le dripper Coral 2 est complètement différent de la première version

Bien plus qu’un simple accessoire qui ne sert qu’à donner l’appellation de « kit » pour mieux vendre la box, le Coral 2 m’a un peu surpris dans le bon sens. La principale différence avec son prédécesseur est qu’en fait, mis à part son nom, il n’y a rien en commun et c’est vraiment un tout autre dripper.

D’un diamètre de 24 mm, passant à 26 mm avec la bague, sa hauteur n’est que de 21 mm hors connectique et drip dip. Ce dernier par ailleurs est au format 810 et offre la particularité d’être trois fois plus large que haut, ce qui est bien sûr assez inadapté lorsque la bouche est aussi près de la résistance. Malheureusement il n’y a pas d’adaptateur 510 de livré.

Contrairement à la version d’origine, le Coral 2 est uniquement prévu pour accueillir un simple coil. L’unique arrivée d’air se fait sur le côté et peut être réglée en tournant la cloche. Cette unique arrivée associée à un simple coil laisse supposer qu’il est possible d’avoir une vape indirecte, mais il en est rien. Seule l’inhalation directe donne de bons résultats, le flux est aérien en restant restrictif.

Le plateau de montage est constitué d’un tunnel d’arrivée d’air de bonne taille qui permet également de réduire le volume de la chambre, et de 2 plots latéraux qui ont une forme un peu bizarre en étant inclinés vers le haut. J’avoue ne pas trop saisir la subtilité de cette singularité. On pourrais croire que c’est pour faciliter la mise en place du coil, la place entre l’arrivée d’air et les plot n’est pas bien large, mais l’arrivée d’air étant facilement démontable pour faciliter justement cette opération, ce n’est pas la raison. Finalement, cette inclinaison est plus préjudiciable qu’autre chose, car elle oblige à prédécoupé les pattes du coil avant de le monter sous peine de buter sur le rebord du plateau.

Le montage reste cependant très simple. Deux petites encoches permettent de reposer une tige avec le coil pour le placer à la bonne hauteur, le cotonnage est une formalité. Le Coral 2 est livré avec un pin BF de monté, mais en second non percé est également fourni pour une utilisation traditionnelle.

Un kit plaisant et performant

C’est à l’utilisation que l’on constate tout l’agrément du kit. L’autonomie de la 21700 ainsi que la contenance de la bouteille de 8 ml permettent de partir serein pour la journée. Par contre, le poids total de l’ensemble qui atteint tout de même 314 g, se fait un peu trop ressentir dans la poche. C’est d’autant plus dommage que l’ensemble est vraiment compact, l’utilisation de l’aluminium dans sa construction aurait été plus judicieuse que le probable alliage de zinc utilisé.

Le chipset se montre particulièrement réactif et réagit rapidement à la moindre sollicitation du bouton fire, même en sortie de veille. La puissance délivrée est constante sans jamais faiblir.

Le squonk est agréable et une simple pression avec le plat de l’annulaire permet d’envoyer le liquide sans avoir à se contorsionner la main ou à changer la box de position comme on le fait avec une bouteille qui est accessible en façade. Jumelé aux courbes de la box, la prise en main est naturelle excepté pour le bouton fire avec lequel j’ai un peu de mal et que je cherche régulièrement à actionner sur la tranche au-dessus de la bouteille.

Le Coral 2 est lui aussi plaisant, délivrant une vapeur dans la moyenne et de bonnes saveurs. À partir de 35/40 W il aura tendance à chauffer, rejetant également une condensation significative, les montages aux alentours de 0,4~0,5 ohm lui conviennent quand même mieux. Le flux délivré par son unique arrivée reste restrictif, ce qui n’aide pas également au refroidissement, et aura tendance à être à la limite du sifflement lorsqu’il est en ouverture totale qu’il faudra décaler légèrement pour éviter ce phénomène. Le réglage est graduel, mais reste aérien quel que soit sont ouverture, le Coral 2 ne commencera de toute façon à devenir intéressant qu’avec une ouverture d’au moins de la moitié.

Pour une fois, on ne peut donc que se réjouir d’avoir un vrai kit, pas seulement une box avec un atomiseur pour tester si elle marche, et sans être le dripper de l’année, le Coral 2 est tout à fait honnête.

En résumé

On aime

  • La qualité de fabrication qui est enfin au rendez-vous
  • Le remplissage de la bouteille pratique et rapide à faire
  • La simplicité de navigation au sein des menus
  • Les bonnes performances du chipset Avatar
  • L’incrémentation par pas de 1 W au-dessus de 20 W
  • Le dripper Coral 2 qui se défend bien notamment en saveurs
  • Le coffret qui est ultra complet

On n’aime pas

  • L’emplacement du bouton fire en façade
  • Les boutons de réglage trop petits
  • La deuxième bouteille sans bouchon
  • Le kit en état de marche qui est un peu lourd

Conclusion

4,5 /5
 

Bien que le concept même de la Pico commence à dater, Eleaf a su le préserver tout en l’améliorant. Les finitions sont désormais de qualité, le design ainsi que le chipset font que la Squeeze 2 est fort plaisante à utiliser. Seul l’emplacement du bouton fire mériterait à retrouver sa place sur la tranche, mais ce n’est pas rédhibitoire. Le dripper Coral 2 qui est livré dans le kit est tout aussi plaisant. Délivrant de bonnes saveurs, il n’est pas là pour faire de la décoration. Un kit complet qui plaira à ceux qui aiment squonker et permettra à ceux qui souhaitent s’y mettre de commencer en toute confiance.

Le Kit Pico Squeeze 2 / Coral 2 de Eleaf en images

Les derniers articles sur la marque Eleaf

Test : kit iStick Pico S / Ello Vate – Eleaf

  • Publié le 2/07/2018

Eleaf  propose un kit composé de la nouvelle box iStick Pico S (S pour sport) et du clearomiseur Ello Vate, orienté cloud tout en promettant de bonnes saveurs. La Pico S …

Test : iJust 3 – Eleaf

  • Publié le 5/06/2018

Avec l’iJust 3, Eleaf met à jour son kit de survie destinée à la vape puissante. La recette est connue : un clearomiseur dédié au powervaping (ici le Ello Duro), …

Test : Ello Duro – Eleaf

  • Publié le 31/05/2018

Le Ello Duro d’Eleaf est un clearomiseur subohm prévu pour une vape très aérienne à fortes puissances. Il utilise des résistances en mesh, une conception qui a le vent en …

Mais aussi :


 

Pour ne rien manquer de l’actualité de la vape, rejoignez les 6 500 abonnés à notre newsletter et recevez chaque semaine nos derniers articles !

Annonce

Name of Reviewed Item: Kit Pico Squeeze 2 / Coral 2 - Eleaf Image: https://fr.vapingpost.com/wp-content/uploads/2018/08/couverture-pico-squeeze-2.jpg Review Author:Review Date: