Vous êtes ici : Vaping Post » Opinion » Comment j’ai vapé du fromage et du wasabi (et pourquoi j’ai aimé ça)

Comment j’ai vapé du fromage et du wasabi (et pourquoi j’ai aimé ça)

    Annonce

Récemment, hasard du calendrier, j’ai reçu en test deux liquides hors normes. Chacun avait son identité et sa raison d’être. Et ceci pose quelques questions : que peut-on faire en vape, et surtout, dans ce cas, pourquoi fait-on toujours la même chose ?

Fondue Suisse à 20 watts

Avez vous déjà mangé une fondue Suisse ? Je l’espère pour vous, en tout cas. C’est comme la raclette, mais en mieux. Mais vous serez beaucoup moins nombreux à répondre par la positive à la question “Avez-vous déjà vapé de la fondue Suisse ?”.

J’ai eu cette chance. Parce que, oui, c’est une chance. Le e-liquide Swiss Fondue est fabriqué par Swiss Vaps, et n’est pas commercialisé, c’est une édition limitée envoyée à quelques reviewers et volontaires triés sur le volet.

A voir les mines dégoûtées de ses testeurs, ce liquide n’est pas bon. En effet (mais nous y reviendrons), mais ce n’était pas son but. L’objectif de Swiss Fondue était juste de prouver d’une part le fait que la vape permet de faire ce qu’on veut, et d’autre part de démontrer le savoir-faire du créateur. Le tout en faisant parler de la marque.

C’est réussi : effectivement, le Swiss Fondue est réaliste, ce qui est un exploit aromatique, il a fait parler de la marque Swiss Vaps, et en bien, au final. Parce que ce happening était plutôt drôle, et que le reste des liquides est extrêmement bien réussi.

Mais vous aurez noté que j’ai signalé que nous allions y revenir. Il est temps de faire un encadré.

Revue du Swiss Fondue de Swiss Vaps
Liquide testé sur un Keras de Atmizoo, atomiseur MTL orienté saveurs, montage six spires de Inowire 28 GA sur un axe de 2 mm, résistance de 0,8 ohms pour 16 watts sur mod électronique. La première chose qui frappe dans le Swiss Fondue, c’est le fromage. Puis vient le fromage, mais pas pareil, pour finir sur une note fromagère différente. L’effet est assez saisissant. Le liquide souffre en réalité de deux défauts majeures : un petit goût de fromage grillé en fond, qui n’est pas mauvais en soi, mais un peu incongru dans une fondue, sauf si elle attache un peu au fond. Et surtout, le juice maker a oublié un ingrédient essentiel, le vin blanc. Et une fondue Suisse sans vin blanc, c’est comme une raclette sans charcuterie, un peu tristounet. Mais, honnêtement, j’ai bien aimé ce Swiss Fondue. En tout cas, le flacon est vide.

Au final, c’est tout bon pour Swiss Vaps, qui a su répondre de la meilleure des façons à la question « parmi tous les fabricants de liquides, comment faire parler de soi ? ». Leur réponse, donc, en faisant un liquide qui soit à la fois réussi mais invapable. Ce qui au passage donne envie de tester le reste de leur gamme, et il y a des pépites. Des bonnes, s’entend. Essayez leur Glacier Menthol, vous verrez. 

Vous pouvez trouver ces liquides sur le site de Swiss Vaps

Un shot de Wasabi

Autre liquide un peu particulier, lui, par contre, disponible dans le commerce, le Wasabi Shot de B-Vapor. Lui aussi fait en Suisse, décidément, l‘air frais des alpages fait de l’effet, on dirait. Le descriptif est appétissant et intriguant : “crème, vanille, custard, ananas, Wasabi”. Oui, oui, wasabi. Le wasabi, ou Eutrema Japonicum, est une plante proche du raifort dont on tire un condiment. Une sorte de moutarde à 24000 kilomètres de Dijon.

Et donc, ce liquide gourmand est souligné par une note de wasabi. Pas trop forte, pour ne pas étouffer le goût de l’ensemble, mais suffisamment pour donner au liquide une sensation piquante. Même les lèvres picotent un peu après l’avoir vapé. En un mot, on sent bien le wasabi au milieu du mélange, alors que, personnellement, l’ananas, je le cherche toujours (ce qui n’est vraiment pas grave).

Il s’est passé quelque chose de curieux, avec ce liquide, c’est que j’ai dû en vaper pas loin de 10 millilitres avant de savoir si je l’aimais ou non. Un indice précieux, déjà : on n’a pas besoin d’en consommer autant avant de savoir qu’on déteste un liquide.

Et la conclusion a été encore plus surprenante : en fait, j’adore ce liquide. Il est sur mon podium personnel parmi tous ceux que j’ai pu tester cette année. Alors, pourquoi ce doute ? Simplement parce que cette sensation piquante, voire aigre par moment, est totalement inhabituelle dans la vape. Quand on est passionné de vape, et à plus forte raison quand on travaille au Vaping Post, on teste beaucoup, beaucoup de liquides. Certains se distinguent par leur goût très différent, mais peu par les sensations qu’ils procurent.

Un franc succès, donc, pour ce Wasabi Shot, disponible chez Calumette

Tout est possible, tout est réalisable

En réalité, il y a, de par le monde, des millions d’arômes possibles pour la vape. Pas des produits alimentaires, ce sont des choses très différentes, mais il est possible, à peu près pour tout, d’en faire une molécule aromatique vapable.

Ce qui pose une question sérieuse : pourquoi, sur l’immense majorité des liquides qui sortent, a-t-on toujours la même recette ? Fruits-koolada pour les fruités frais. Crème et fruits, pour les gourmands. On m’objectera que c’est ce que veulent les vapoteurs. Je m’inscris en faux. C’est ce qu’on propose aux vapoteurs, nuance.

Les aromaticiens de la vape ont, littéralement, de l’or entre les mains. Les créatifs d’aujourd’hui peuvent faire, en matière de goût, absolument ce qu’ils veulent. Et très peu le font. Pourtant, rappelez-vous : tous les grands liquides classiques, du Boba’s Bounty aux Five Pawns de la grande époque, la Chose aujourd’hui ou encore les trop méconnus Boston Shaker Vape ont tous été de grands succès commerciaux alors qu’ils différaient de ce dont on a l’habitude.

Comme si les juices makers ne parvenaient pas à comprendre que les recettes classiques assureraient à peine leur survie là où l’originalité pouvait faire leur fortune. 

Cet article d’opinion n’engage que le point de vue de son auteur et ne représente pas forcément l’avis de la rédaction.