Vous êtes ici : Vaping Post » Economie » USA : premiers effets négatifs de l’interdiction des produits aromatisés

USA : premiers effets négatifs de l’interdiction des produits aromatisés

    Annonce
  • Le Petit Vapoteur
  • Pulp Liquides
  • Innokin
  • Vaporesso
  • Geekvape
  • VDLV
  • Dlice

Bien que l’interdiction officielle des produits du tabac et de la vape aromatisés n’entre en application qu’à partir du mois de janvier, la nouvelle réglementation pousse d’ores et déjà plusieurs boutiques de San Francisco à fermer leur porte.

Un impact économique négatif pour la ville

Alors que l’interdiction des produits du tabac et de la vape aromatisés a été votée en juin dernier par les habitants de San Francisco, les premiers effets négatifs de la future réglementation qui entrera en vigueur en janvier prochain se font déjà ressentir.

Preuve en est, plusieurs boutiques ont d’ores et déjà choisi de fermer leur porte. 

Le Tenderloin Hookah Lounge par exemple, bar à chicha particulièrement connu dans la ville et présent sur place depuis 2006, a récemment fait savoir qu’il fermerait bientôt ses portes car son propriétaire refuse de renouveler son bail. Il déclare : 

“San Francisco a ses priorités à l’envers. C’est quelque chose que les gens apprécient. Ce n’est pas comme les cigarettes. C’est plus un truc social. C’est juste triste. Ils devraient nous dédommager pour nous avoir fait fermer boutique”.

Un problème dont s’est emparé l’Arab American Grocers Association, dont Miriam Zouzounis, membre du conseil d’administration, a récemment parlé : 

“Les autorités de la ville devraient autoriser les établissements touchés par cette nouvelle réglementation à vendre du cannabis. Ils pourraient ainsi remplacer leur stock de produits désormais interdits par un autre, ce qui leur permettrait de survivre”.

Toutefois, comme le rapportent nos confrères de Vape News, la ville n’a accordé de permis de vente de cannabis qu’aux dispensaires spécialisés jusqu’à présent. 

De son côté, San Francisco a pour l’instant uniquement proposé de racheter les permis de vendre du tabac aux entreprises touchées, sans réellement tenir compte de la valeur de chacune d’entre elles. 

Les autorités de The City by the Bay conseillant tout simplement aux entrepreneurs victimes de cette nouvelle réglementation, de “ne plus acheter de produits du tabac aromatisés ou de produits de la vape, mais de vendre les stocks restants avant l’entrée en vigueur de l’interdiction en janvier prochain”.

La vape se porte bien, pour l’instant

Bien qu’aucun vape shop n’ait pour l’instant choisi de fermer ses portes, il y a fort à parier que ces derniers se retrouveront eux aussi, forcément impactés par la nouvelle réglementation de la cité.

Car rappelons-le, en plus de les priver de vendre certains produits nécessaires à leur survie financière, il a d’ores et déjà été prouvé à plusieurs reprises que les arômes jouent un rôle particulièrement important dans le sevrage tabagique à l’aide de la cigarette électronique. 

Autant de faits qui laissent à penser que l’interdiction des produits aromatisés votée par les habitants de la ville, aura nécessaires des conséquences désastreuses tant pour son économie que dans le domaine de la santé publique. 

Dans le reste de l’actu aux USA

Juul : la société peut-elle éviter un dépôt de bilan...

  • Publié le 14/11/2022

Une nouvelle rentrée d’argent devrait lui permettre de rester en activité le temps que la justice étudie sa récente plainte déposée contre la FDA.

Juul : le célèbre fabricant de pods porte plainte contre...

Un pod Juul

  • Publié le 26/09/2022

Pour lui, le refus d’autorisation de ses produits aux USA est le fruit de pressions politiques et non d’une analyse scientifique objective.

Juul : 438,5 millions de dollars d’amende pour sa promotion...

  • Publié le 7/09/2022

Le fabricant a accepté l’amende et la mise en place de fortes restrictions de marketing et de distribution pour ses produits.

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.