Vous êtes ici : Vaping Post » Economie » Pour Jean-Yves Nau l’intérêt soudain des pharmaciens pour l’e-cigarette soulève quelques questions

Pour Jean-Yves Nau l’intérêt soudain des pharmaciens pour l’e-cigarette soulève quelques questions

En limitant le taux de nicotine à 20mg/ml l'Europe préserve les intérêts de l'industrie pharmaceutique.

La baisse des ventes de substituts pousserait les pharmaciens à réagir face au succès grandissant de l’e-cigarette.

Alors que l’ancien responsable de la rubrique médecine du journal Le Monde se fait le relais aujourd’hui des propos tenus par Bertrand Dautzenberg au sujet de l’e-cigarette JAI, Jean-Yves Nau s’est interrogé la semaine dernière sur l’intérêt soudain des pharmaciens envers la cigarette électronique.

Ces derniers ne peuvent plus en effet ignorer la baisse des ventes de tabac qui accompagne la démocratisation des vaporisateurs et doivent surtout s’inquiéter selon Nau, de la chute des bénéfices liés à la vente ralentie des substituts nicotiniques traditionnels.

L’Académie nationale de pharmacie évoque dans un communiqué du 5 février 2015, les dizaines de milliers de décès par an provoqué par le tabac, ainsi que la formidable réduction des risques qu’apporte ce dispositif.

Ses recommandations quant à la distribution de ces produits paraissent également raisonnables. Elle préconise notamment un contrôle des recharges dans le cadre de la norme Afnor et la température de chauffe normale de l’appareil. En revanche, on s’étonne tout comme Jean-Yves Nau lorsque les académiciens pharmaciens réclament que l’e-cigarette “soit exclusivement réservée aux personnes en cours de sevrage nicotinique, afin d’éviter que la cigarette électronique soit une porte d’entrée vers le tabagisme classique”.

Ce principe de précaution est idéal pour justifier un encadrement inadapté du produit et des conditions de sa distribution. Et essayer de s’accaparer un marché florissant, à défaut de vouloir résoudre un problème de santé publique.

Review Author:Review Date:
  • lolomazerratti

    >>>>
    afin d’éviter que la cigarette électronique soit une porte d’entrée vers le tabagisme classique”.
    >>>>

    Pour l’instant, c’est surtout la cigarette classique qui est une porte d’entrée vers la cigarette éléctronique…. LOL (l’eclope est en fait une porte de sortie du tabac—> Exit les goudrons ! )

    Ils croient vraiment que leur clop de m**** à quelque chose à offrir à un vapoteur ???? quelle bande de prétentieux décervelés.

    • Vraiment bien dit, une porte de sortie du tabac.Ca fait plus de 6 mois que je vape et que je ne fume plus, en vacance au Mexique il y a quelques semaines j’ai pris une touche d’une cigarette analogue et que dire d’autre que OUACH C’EST DÉGUEULASSE. Jamais je n’y retournerai.

      • Pattati patata

        C’est vrai que la cigarette analogue est infecte mais j’en ai essayé une ce matin après 6 mois sans en prendre le rush de nicotine est “wow” mais le gout infecte. Je vape à 6 mg, je crois que je vais monté à 18 mg pour les premières bouffées du matin

      • Titan

        Complètement d’accord avec toi, j’ai fait la même expérience, j’ai pas apprécié du tout! Et je me pose réellement et honnêtement la question: “comment j’ai pu aimer ça pendant 35 ans?” Et je suis pas fier!
        Et bon sang, faut absolument convaincre NOUS-MÊME tous ceux qui peuvent être concernés, vraiment! Ne pas laisser ça à ces marchands de mort, z’ont pas les compétences.

    • Titan

      Moi ce qui m’agace le plus, c’est leur prétention à vouloir nous “éduquer”, comme l’autre peroxydée l’affirme dans ce super interview sympa tout plein en langue anglaise réalisée dans une cage d’escalier …
      Quant à l’autre MST, ferait mieux de comparer le nombre des fumeurs qui sont entrés dans la vape avec celui les vapers qui se sont mis à fumer et se mettre à réfléchir avec sa tête, ça lui donnerait une physionomie inconnue de ses proches!

  • Céline Djibaoui

    Encore une fois, pourquoi est ce qu’il faudrait réglementer pour que l’e cigarette ne soit accessible qu’aux personnes en cours de sevrage, alors qu’on pourra continuer à rentrer dans un bureau de tabac et acheter un paquet de clope sans justification ?

    Il y a effectivement matière a se demander si les pharmaciens sont encore concernés par la santé des gens.

    • lolomazerratti

      ils ont flairé le gros gâteau…

  • Gilles Ledombiste

    Langue de bois, quand tu nous tient…. Les arguments sont juste de la “fumée”, ils ont juste trop bien, et depuis longtemps, compris que le dispositif est efficace, et qu’il est amélioré à une vitesse vertigineuse. A les entendre, mon sevrage va encore durer longtemps, pour mon plus grand plaisir….

  • Ben X

    Si les officines vont pleurer l’argent de poche que représente le marché des substituts nicotiniques (dans les 100 millions € en France), Big Pharma a peur pour son marché du traitement des maladies liées au tabac qui lui pèse des milliards d’euros. Et au niveau mondial, ces chiffres doivent être vertigineux. Tous les coups bas, quelles que soient leur sources, deviennent alors bons à prendre pour eux.