Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » Vapotage passif : La nicotine incriminée dans un rapport des autorités norvégiennes

Vapotage passif : La nicotine incriminée dans un rapport des autorités norvégiennes

L’Agence France Presse (AFP) a choisi de rendre compte de la dernière ligne du dernier paragraphe d’un rapport norvégien et crée l’inquiétude dans l’entourage des vapoteurs.

Exposition passive à la nicotine

Une étude norvégienne met en garde les autorités contre le vapotage passif lié à la présence de nicotine.

Une étude norvégienne met en garde les autorités contre le vapotage passif lié à la présence de nicotine.

Parmi les différentes conclusions d’un rapport (PDF) de l’Institut norvégien de la santé publique, l’AFP s’est focalisé sur la dernière d’entre elles. L’exposition à la nicotine, via le vapotage passif, pourrait avoir des conséquences néfastes pour la santé.

L’organisme norvégien, qui s’est appuyé sur différentes études existantes, a en effet conclu dans un rapport remis au gouvernement que l’exposition passive pour un individu au vaporisateur pouvait conduire à “des niveaux de nicotine dans le sang à peu près aussi élevés que chez un fumeur passif de cigarettes classiques”.

L’organisme reste tout de même prudent dans sa formulation en indiquant que “des effets nicotiniques similaires peuvent être attendus”, comme en cas de tabagisme passif. Il peut s’agir de dégâts sur le système cardiovasculaire, et le vapotage passif pourrait en outre favoriser une dépendance chez les individus.

Concernant les autres composés (nitrosamines, formaldéhyde, acétaldéhyde …) potentiellement présents dans la vapeur, l’organisme norvégien conclut que “les concentrations d’exposition à ces substances via l’utilisation d’e-cigarettes sont très faibles” et considère le risque de cancer de “négligeable”. “Pour les fumeurs qui sont incapables d’arrêter, il faut supposer que la transition complète vers la cigarette électronique entraînera une réduction des risques, en particulier en ce qui concerne le développement du cancer.”

Contradictions scientifiques

La question du vapotage passif n’est pourtant pas nouvelle. En octobre 2014, le chercheur grec Konstantinos Farsalinos s’était déjà penché en détail sur une étude espagnole délivrant ces mêmes messages et avait conclu, arguments à l’appui, que le vapotage passif était minime et sans répercussion sur la santé.

Le rapport de l’OFT publié en mai 2013 reconnaissait également que “les conséquences pour la santé du vapotage passif sont moins importantes que l’exposition passive à la fumée du tabac, voire à la limite de la signification clinique”.

Le rapport rédigé par l’Institut norvégien de la santé publique ne concerne que les vapoteuses contenant de la nicotine. Actuellement, les Norvégiens peuvent se procurer des cigarettes électroniques à base de nicotine exclusivement sur des sites internet étrangers, puisque la production, l’importation et la commercialisation de ces produits reste interdite. Nous verrons si ce rapport incite les autorités à réglementer plus durement ce dispositif, il faut par exemple savoir que le vapotage est toujours autorisé dans les lieux et les transports publics.

En complément : Réaction de Jean-François Etter dans Paris Match. Lire également plus de publications concernant le vapotage passif.

Review Author:Review Date: