Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » L’e-cigarette aide les fumeurs londoniens à quitter le tabac et à mieux respirer

L’e-cigarette aide les fumeurs londoniens à quitter le tabac et à mieux respirer

Une étude menée auprès de 50 patients d’un hôpital londonien confirme le potentiel de la cigarette électronique pour réduire ou stopper la consommation de tabac.

Plus de la moitié des participants ont constaté une amélioration de leur respiration

uk-parliament

Pour un responsable de la BritishThoracic Society il est vital d’explorer toutes les solutions d’aide au sevrage tabagique

A l’occasion d’une réunion de la British Thoracic Society tenue ce mercredi 2 décembre à Londres, une équipe du département de pneumologie de l’hôpital londonien Croydon a présenté les résultats d’une étude. Menée auprès de 50 patients et usagers des services d’aide au sevrage tabagique, leur enquête confirme le potentiel de la cigarette électronique pour réduire ou stopper la consommation de tabac.

Les 50 personnes interrogées par l’équipe Croydon Respiratory Team’s (CRT) étaient toutes fumeuses ou ex-fumeuses, 35% d’entre elles avaient reçu un diagnostic de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

80% des personnes interrogées avaient utilisé l’e-cigarette d’elles même ou en association avec d’autres substituts nicotiniques. 42% avaient réduit leur consommation de tabac et 38% avaient arrêté totalement de fumer. Concernant leur état de santé 52% des participants ont constaté une amélioration de leur respiration et 18% une réduction de leurs expectorations.

L’équipe médicale a noté que toutes les personnes ayant répondu à l’enquête voulaient arrêter de fumer des cigarettes, mais aucune ne s’était donnée une limite de temps pour arrêter de vapoter.

Le Dr Sanjay Agrawal, pneumologue et responsable du groupe spécialisés sur les questions tabac au sein de la British Thoracic Society a déclaré qu’il était vital d’explorer toute opportunité pour aider les gens à cesser de fumer. Compte-tenu de leur popularité, “nous devons étudier la façon d’utiliser au mieux leur potentiel, à coté de toutes les façons d’arrêter de fumer”. Reconnaissant qu’il est sans aucun doute moins dangereux que le tabac, le pneumologue a estimé indispensable de continuer à étudier les effets du vaporisateur effets à long terme.

Review Author:Review Date:
  • Num Zero

    Oui mais ça c’est pour les londoniens, pour les français c’est pas pareil !

    • pierre rouzaud

      un mort français :c’est comme un mort anglais :c’est un homme et le tabagisme lui ne fait pas de différence entre un poumon français et un poumon anglais :il les crame sans distinction de race ni de sexe

      • Num Zero

        C’était évidemment du second degré.

  • pierre rouzaud

    anglais et français ont les mêmes poumons :ce qui est valable pour les français est valable pour les anglais mais les politicards français sont différents des politicards anglais en ce qui concerne la lutte antitabac :les uns ont réussi à faire tomber le taux de fumeurs à 20% alors que les politicards français ,sensibles aux tabaccodollars maintiennent le taux de fumeurs en france à 32% et tuent 7 personnes fumeuses/heure

    • Titan

      A se demander d’ailleurs comment ils ont pu publier ce genre d’information sans se faire dévaster par les lobbies-clopes, les institutions ou les associations anti-tabac …

  • Sylvain Pontarlier

    Pour continuer dans le second degré je dirais que vous avez tout faux. Les poumons anglais sont différents des nôtres puisqu’ils respirent quotidiennement le le “fog” depuis leur naissance

    • Nicolas Guyot

      le “Smog” Sylvain, le Smog !