Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » USA : une nouvelle étude conforte l’absence de vapotage passif

USA : une nouvelle étude conforte l’absence de vapotage passif

Une étude publiée fin novembre par une équipe de chercheurs d’Altria, fabricant de la MarkTen, apporte de nouveaux éléments au dossier du vapotage passif confirmant des risques mineurs pour la santé.

Des résultats limités à la marque de cigarette électronique MarkTen

vapotage-passif-8

Etude des effets du vapotage passif par un industriel du tabac.

Une nouvelle étude [1] publiée fin novembre sur internet dans le Journal of Occupationnal and Environnemental Hygiene apporte des éléments solides démontrant que le vapotage passif pose des risques vraiment mineurs sur la santé, tout au moins les cigarettes électroniques MarkTen utilisées dans cette étude.

Des séances de vape fictives ont été simulées par les chercheurs d’Altria, fabricant de la MarkTen, dans un environnement s’apparentant à une salle de conférence. Des échantillons d’air ont été analysés afin de contrôler le taux de nicotine, de glycérine, de propylène glycol ou encore de formaldéhyde. Les chercheurs ont conclu à l’issue de leurs travaux que la majorité des constituants chimiques étaient en dessous des niveaux “quantifiables”. Cela signifie que la concentration de ces substances n’était pas assez élevée pour en faire des composants dangereux pour l’organisme.

Michael Siegel tempère dans un premier temps ces informations en expliquant que rien ne prouve que des résultats similaires auraient été trouvés pour des simulations effectuées avec d’autres marques de vapoteuses.

Cependant, ce travail de recherche confirme qu’il est bien possible de concevoir une cigarette électronique qui présente un risque de vapotage passif quasi nul. Siegel enfonce le clou en affirmant qu’il n’y a aucune base scientifique pour soutenir les interdictions du vapotage dans les lieux publics. Par ailleurs, ces produits peuvent aussi réduire les risques du tabagisme passif si les fumeurs remplacent leur cigarette par un vaporisateur.

 


[1] Insights from Two Industrial Hygiene Pilot E-Cigarette Passive Vaping Studie, John C. Maloneya, Michael K. Thompsona, Michael J. Oldhamb, Charles L. Stiffa, Patrick D. Lillya, George J. Patskanbc, Kenneth H. Shaferbc & Mohamadi A. Sarkarb – DOI:10.1080/15459624.2015.1116693

 

Review Author:Review Date:
  • Titan

    Complètement d’accord avec la dernière phrase. Et en profiter pour poser des écriteaux avec “Fumer est interdit mais vapoter est permis” serait un grand pas en avant. Il me revient en mémoire une discussion animée entre mon chef et moi au taf à propos du fait que je vapais dans un couloir: “Oui mais tu sais bien qu’on sait pas ce qu’il y a dedans, et que par rapport aux fumeurs qui doivent badger et sortir, c’est injuste” … INJUSTE !!! On était en plein délire!
    Quand je lui ai répondu qu’il n’avait qu’à leur dire qu’ils pourraient vaper direct au bureau, il s’est retourné et s’est barré, sans rien dire …

    • Patrick Rvs

      Les études d’Altria sur le tabac qui affirment le peu de toxicité de celui-ci sont truquées, dixit les vapoteurs intégristes. Les études d’Altria sur la vapoteuse ne le sont pas. C’est bien connu. 🙂

      • Titan

        Et donc …?

  • Manuel Warland

    il est plus intéressant, pour nos politiques, de dire qu’on banalise le geste de fumer, plutôt que de penser qu’on pourrait banaliser le geste d’arrêter le tabac …