Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » Faut-il interdire la publicité pour les cigarettes électroniques ?

Faut-il interdire la publicité pour les cigarettes électroniques ?

La marque de cigarette électronique E-Lites (Royaume-Uni) apparait très clairement dans le dernier clip vidéo de la chanteuse britannique Lily Allen. Le produit, présenté de cette manière, pourrait-il séduire des mineurs ?

Vanter les mérites d’un produit destiné aux fumeurs

La circulaire promise par la ministre Marisol Touraine qui était censée expliquer les modalités d’une interdiction n’ayant pas encore vu le jour, la publicité pour les cigarettes électroniques en France est aujourd’hui toujours possible. Mais les professionnels français, peut être indirectement sensibilisés par le discours de Bertrand Dautzenberg sur le risque d’initiation au tabagisme, semblent restés relativement prudents sur la question.

La publicité EdSylver vue sur la chaine de télévision BFMTV est un bon exemple : presque aucune allusion au tabagisme, aucune mise en scène de personnages pouvant montrer le produit sous un angle exagérément attractif.

Alors que la situation politique est encore plus menaçante au Royaume-Uni (la voie du médicament annoncée par la MHRA semble toujours se dessiner), certaines sociétés anglo-saxonnes n’hésitent pas à saisir les (dernières ?) opportunités pour faire connaitre leur produit auprès du plus grand nombre.

Des filles très sexy qui vapotent en cœur

Les cigarettes électroniques E-lites apparaissent très clairement à l'écran

Les cigarettes électroniques E-lites apparaissent très clairement à l’écran

La marque britannique E-Lites, dont nous avions déjà parlé en début d’année pour sa publicité du Gangnam Baby, vient de passer un autre cap dans sa démarche commerciale. C’est le dernier clip de Lily Allen, chanteuse britannique à succès, qui a été choisi pour faire apparaitre le produit et le placer sous les projecteurs pendant quelques précieuses secondes.

Danseuses qui vapotent dans le dernier clip de la chanteuse Lily Allen

Danseuses qui vapotent dans le dernier clip de la chanteuse Lily Allen

Même si les paroles reflètent un certain engagement féministe de la part de la chanteuse, il restera sans doute difficile pour un adolescent français d’y voir la subtilité philosophique.

Dans une atmosphère presque torride, des filles à moitié dénudées brandissent chacune un paquet d’E-lites (techniquement il s’agit en fait d’un chargeur PCC) en prenant soin de bien montrer la marque. La diode verte qui s’illumine à chaque bouffée et la vapeur bien réelle qui s’échappe ensuite de la bouche de l’une des danseuses, place la cigarette électronique E-lites sous un angle des plus attractifs (voir la vidéo ci-dessous à environ 2min30).

 

Symbole de bien être, moyen de réussite sociale ou d’attractivité sexuelle, la cigarette de tabac a bien connu ce type de parallèle durant ses heures de gloire, et sa version électronique pourrait bien connaitre le même sort si les grands acteurs de l’industrie de l’e-cigarette se mettent à multiplier ce type d’apparition dans les médias.

La question est de savoir si la cigarette électronique doit pour autant être supprimée des écrans ?

Pour ma part, la question morale du vendeur E-lites me semble tout à fait justifiée. Même si je ne crois pas au risque de passerelle entre cigarette électronique et cigarette de tabac, le produit peut contenir de la nicotine et peut donc potentiellement créer une certaine dépendance chez son utilisateur. Mais faut-il pour autant interdire toute publicité pour la cigarette électronique ?

Curieux de connaitre votre avis, je vous pose la question dans le sondage ci-dessous et vous invite à en discuter plus bas dans la zone de commentaires.

[yop_poll id=”2″]
Review Author:Review Date:
  • Mickael Taffin

    Avis Perso, oui et non. Oui dans une optique “mieux être, santé” avec une pub sérieuse qui compare les inconvénients et la dangerosité d’une tueuse a ceux d’une vapoteuse qui sont infiniment moindre. Non dans une optique “marketing” comme dans la vidéo ou justement des minos qui on des décisions impulsives vont en conclurent que c’est “cool” de vapoter . Il faudrait donc ajouté dans le sondage “Oui sous certaines conditions” après ça reste qu’un avis perso je le répète…

  • Philippe Coquin

    Je suis ravi de cette pub avec Lily Allen. Je préfère voir un jeune vaper que fumer pour se donner une personnalité. Car il faut bien le dire on a tous plus ou moins commencé à fumer comme ça. Mais voila les tueuses sont plus facile à se procurer pour un mineur qu’une vape. Bon après!!! il attendra d’avoir 18 ans pour pouvoir se sevrer avec la vape.

  • Roger Arbogast

    C’est bizarre de noter uniquement la présence de cigarettes électronique dans ce clip qui collectionne les images chocs (avertissement “Parental Avisory : Explicit content”) telles que :
    – liposucion (avec la patiente consciente :))
    – déferlement de richesse (billets, lingots, Bentley)
    – Désœuvrement avec de l’alcool
    – danses très provocatrices (limite érotiques)
    – le texte en arrière plan : “Lily Allen has a baggy pussy” (pour rester correct, disons que Mlle Allen a une déformation génitale ^^)

    Je note également, en plus de la pub pour e-lites, une pub pour un appareil photo.
    Bref, le but de ce clip est de choquer (les paroles ont une vraie profondeur par contre, je pense que c’est le but d’afficher un contraste), et je ne pense pas que les e-lites soient les accessoires les plus choquants ici, quel que soit le public.

  • Randall

    Restreindre les droits d’information et de publicité ne peut se faire que pour des raisons valables. Or il n’existe pas l’ombre d’un indice laissant penser que l’on devient dépendant du vapotage si l’on n’a pas auparavant fumé du tabac. Au contraire des témoignages laissent penser que la cigarette électronique, canada dry de la vraie tueuse, pourrait prévenir l’entrée dans le tabagisme régulier. Donc empêcher la vente et la promotion de ces produits aux mineurs est une façon de favoriser les ventes de tabac : on peut alors parler de non assistance à personne en danger. Dans un état de droit, cela peut donner lieu à des poursuites judiciaires.

  • vapoteuse93

    En tant blogueuse et vapoteuse depuis 2008, je dis NON !

    Il est actuellement plus facile pour un(e) mineur(e) de se procurer du tabac plutôt qu’un vaporisateur personnel ou e-cigarette. Beaucoup de buralistes ne vérifient pas l’âge de leur clientèle. Certain adolescent font plus que leur âge.

  • azzo

    Étrange procédé de vente. La vidéo de Lilly Alaise me fait penser à Propaganda, d’Edward Berneys. Mais d’une certaine façon, “à l’envers”. Les femmes américaines (le grand nombre) furent incitées (entre autre) à fumer des cigarettes en découvrant des photos d’actrices connues clopes au bec, guillerettes épanouies, libres en somme. Où comment vendre en se référent à un symbole, à une valeur, véhiculés par le groupe.

    Mais dans cette vidéo, ce qui est assez comique, c’est que l’on ne pige pas vraiment le symbole censé être véhiculé en ce qui concerne la cigarette électronique. Le fait qu’après avoir vapoter, l’on puisse se sentir poussé par l’envie de forniquer un radiateur de Rolls Royce, n’est pas des plus vendeur. Enfin, en ce qui me concerne, je ne suis pas vraiment séduit par cette idée… Si je pousse un peu, nous pourrions même penser que dans ce clip, la e-cig est assimilée au reste des symboles machistes, grosse berline, fric, et même banane. Bernays, à l’envers.

    Etrange procédé.de vente.

    En ce qui concerne la publicité pour l’e-cig (autre que dans ce clip), je ne suis pas a priori contre, mais je suis curieux de lire l’avis de personnes s’y opposant.

    • Hervé

      Pas d’interdiction pour moi, avec la mention interdit au moins de 18 pourquoi pas, bien que les commerçants ne puissent pas demander la carte d’identité…Et en zero? Pourquoi cela serait interdit?