E-cigarette : une association britannique dénonce la désinformation

L’Independent British Vape Trade Association (IBVTA) a écrit aux représentants politiques pour dénoncer la désinformation faite à l’encontre de la vape dans les médias.

Un courrier pour placer certains médias face à leurs responsabilités

 

uk-parliamentL’Independent British Vape Trade Association (IBVTA) a décidé d’adresser un courrier aux représentants politiques et certains médias après la parution de plusieurs articles présentant la cigarette électronique comme un produit aussi dangereux que le tabac.

Selon des recherches dirigées par le Professeur Charalambos Vlachopoulos, l’usage de la vapoteuse augmenterait la pression artérielle. Ces résultats, dont la présentation a été dénoncée par de nombreux universitaires rapporte des symptômes qui ne sont pas nouveaux : ils apparaissent également après la consommation d’un café, l’usage de substituts nicotiniques ou encore dans des situations stressantes.

logo-ibvtaL’IBVTA a écrit à tous les journaux locaux et nationaux ainsi qu’aux autres médias qui ont participé à la désinformation du grand public, notamment le très populaire The Sun. L’association britannique a également adressé un courrier aux membres du Parlement, à la Chambre des Lords et aux grandes institutions politiques britanniques.

On peut y lire que l’étude à l’origine de cette désinformation est basée sur un protocole qui n’est absolument pas représentatif des conditions réelles de vapotage. Les données collectées concernent des vapoteurs qui avaient l’obligation de souffler en continu sur leur cigarette électronique pendant 30 minutes.

L’IBVTA souligne l’impact des médias sur l’opinion grand public. Une enquête de Smokefree Britain Survey montre que le pourcentage de personnes qui pensent que le vaporisateur est au moins aussi dangereux que la cigarette a progressé de 15% à 22% de 2014 à 2015. Parmi les fumeurs qui n’ont jamais expérimenté la cigarette électronique, ce pourcentage a augmenté de 12 à 22% sur cette période.

  • vaporama

    Aux US, c’est grillé. En Europe, grâce aux braves Anglais et quelques autres scientifiques militants, on a encore une chance de faire passer le message.