Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » MODs » Test : Charon TC 218 – Smoant

Test : Charon TC 218 – Smoant

Smoant est une filiale du fabricant Cloupor qui semble désormais voler de ses propres ailes. La box Charon existe en deux versions : la Charon Adjustable 218 à voltage variable sans écran et la version Charon TC 218 qui sera l’objet de ce test. Pour tout vous dire, je ne connaissais pas du tout ce fabricant, et j’ai bien failli passer à côté de ce mod qui réserve quelques surprises.

Le déballage

Livrée dans une boite cartonnée classique, le graphisme un peu vieillot rappelle les publicités des années 60.

À l’intérieur, en compagnie de la box se trouvent pèle mêle un manuel d’utilisation en anglais, mais bien détaillé, un câble USB, une carte de garantie, un certificat de qualité avec la date de fabrication de la box (ça peut être utile) et une carte d’avertissement qui rappelle qu’utiliser des accus abîmés ou de provenance douteuse peut être dangereux.

Une box catégorie high end

Lors de la première prise en main, j’ai été surpris par son poids et sa finition comparable à une box vendue deux, voire trois fois plus cher. La rendu copper est excellent. Les finitions sont propres, la qualité des matériaux tout à fait honorable et de nombreux petits détails viennent éveiller la curiosité.

Le design de la box n’est pourtant pas révolutionnaire, on a presque l’impression de l’avoir déjà vu, et pourrait rappeler une certaine Therion.  Avec ses 53 mm de large, sa prise en main reste accessible pour toutes les mains et le revêtement du capot en simili cuir permet un meilleur grip vraiment appréciable, car avec ses 290 g avec accus et sans atomiseur, la box se place quand même dans la catégorie des poids lourds.

La tranche principale accueille en haut le bouton de feu. D’un traitement différent en inox pour les versions copper et golden du reste de la box, son diamètre est de 11,5 mm ce qui est parfait pour son utilisation. La bague d’enjolivement qui l’entoure, elle aussi en inox est ciselée. Elle porte le diamètre de l’ensemble à 19,5 mm et ressort de 2,5 mm. Rien que pour ce bouton, on sent bien qu’il y a eu de la réflexion dernière, mais le meilleur reste à venir : son utilisation. Sa course est courte et se révèle très douce à la pression, produisant un clic très agréable. Il ne possède quasiment pas de jeu, juste le nécessaire pour son utilisation, et reste actionnable en appuyant sur n’importe quelle partie de sa surface. L’impression de solidité ne fait aucun doute.

En dessous se trouve l’écran de 25X8 mm. Si ses dimensions n’ont rien d’exceptionnel, sa luminosité est par contre incroyable. Cet écran est certainement le plus lumineux que j’ai vu. Même en extérieur au soleil, j’arrive parfaitement à lire les informations. Sur ma photo on ne se rend pas bien compte, mais à l’utilisation, c’est un bonheur de ne plus être obligé de faire de l’ombre sur l’écran pour y deviner ce qui est affiché. Les informations sont peu nombreuses mais suffisantes : le niveau des accus au global, le mode de vape, la puissance ou la température qui est inscrite sur toute la hauteur de l’écran, la valeur de la résistance et la tension de sortie qui n’est malheureusement pas en temps réel.

On continue de descendre pour trouver les boutons + et – qui se révèlent eux aussi de qualité. Leur forme en parallélogramme se marie bien avec l’ensemble et permet de les éloigner légèrement l’un de l’autre. Ils sont en Inox et ne bougent pas plus que nécessaire.

Enfin pour finir, le port USB qui servira pour éventuellement recharger les accus, mettre à jour le chipset et pour également faire certains réglages que nous verrons par la suite.

Les autres faces latérales sont principalement occupées par le capot amovible. On notera cependant le souci du détail en ce qui concerne l’intégration des prises d’air pour le chipset. Des gravures profondes avec une teinte différente soulignent les ventilations, Smoant ayant été jusqu’à placer une petite grille à l’intérieur de ces évents pour limiter l’intrusion de poussière. J’adore.

Le bottom cap ne présentant rien de particulier mis à part trois vis servant au démontage de la box, passons au-dessus de la box. Le connecteur possède évidemment un pin positif monté sur ressort, mais ce sont les petites gravures laser et son diamètre de 24 mm (la Charon pouvant cependant accueillir un atomiseur jusqu’au diamètre de 25 mm en restant flush) qui attirent l’œil. Que l’on aime ou pas, il faut reconnaître que ça change et apporte une petite touche de finition supplémentaire. À l’opposé de ce connecteur, deux vis viennent un peu entacher cet excellent design. Probablement nécessaires, ce sont les deux seules vis de visible mis à part celle du dessous généralement peu exposées, même le connecteur n’en possède pas. Il s’en est fallu de peu pour que ce soit parfait !

Le capot est à l’image du reste de la box, assez travaillé. Son revêtement en cuir, mais je doute un peu qu’il soit véritable, est cependant qualitatif, convenablement ajusté et affleurant au pourtour métallique sans qu’aucun coin ne présente de défaut. Son touché est agréable, et le métal entourant ce revêtement est bien entendu de la même teinte que la box. Quatre petits ergots viendront guider le capot lors de sa mise en place, qui est maintenu par deux aimants en haut et en bas à l’intérieur de la partie arrondie. Le capot n’a pas de sens de montage comme sur une eVic VTwo Mini par exemple, et les aimants offrent la puissance nécessaire pour pouvoir prendre la box par cette partie sans qu’il se sépare (y compris avec les accus et un atomiseur en place), tout en permettant de le retirer facilement. Mon exemplaire possédait un très léger jeu latéral en bas, mais en écartement légèrement les côtés, le problème fut réglé et il est désormais parfaitement fixe.

Les trous pour un éventuel dégazage des accus sont situés en haut et en bas de la partie arrondie, très bien intégrés au design général. L’intérieur de ce capot à lui aussi droit à son petit détail sympathique, qui se matérialise sous la forme d’un autocollant isolant au cas où un accu endommagé au niveau de son enveloppe protectrice viendrait à se déloger de son emplacement. Le détail est partout, et ça fait plaisir.

Le logement des accus est du même acabit. Les accus sont en série, mais ne peuvent malheureusement être insérés que d’une seule manière. Les plots en cuivre ou en laiton sont montés sur ressort et la mise en place des accus se fait sans difficulté, leur retrait sera facilité grâce à une languette en tissu. Aucun élément parasite n’est visible, je regrette juste que les indications de polarité ne soient pas plus visibles.

Revue technique

Caractéristiques essentielles de la Charon TC 218 de chez Smoant :

  • Hauteur : 91 mm
  • Largeur : 53 mm
  • Épaisseur: 25 mm
  • Poids : 190 g seule – 290 g avec deux accus 18650
  • Matière : Alliage de zinc / cuir
  • Puissance : de 1 à 218 W
  • Voltage : de 6,8 à 8,4 V
  • Batterie : deux 18650
  • Rendement : 95 %
  • Rechargeable par le port micro USB
  • Mise à jour du chipset : oui
  • Plage de résistance : de 0,1 à 5 ohms en mode puissance, et de 0,1 à 2 ohms en mode TC
  • Modes de vape : puissance, contrôle de température en Ni200, titane et inox, mode TCR (mais aucune mémoire disponible)
  • Mode de vape personnalisée : oui (modes DTC et DWC)
  • Preheat : non
  • Contrôle de température : de 100 à 300°C
  • Écran OLED de 25 mm × 8 mm
  • Connectique : pin 510 monté sur ressort
  • Coloris :  copper, golden, full black, SS ainsi que 5 motifs

La boite contient :

  • Une box Charon TC 218
  • Un câble USB
  • Un manuel d’utilisation en anglais et chinois
  • Une carte de garantie
  • Un certificat de qualité
  • Une carte de précaution d’usage des accus

Le Chipset

Conçu et développé par Smoant, le chipset porte le patronyme de ANT 218. Il permet de pouvoir vaper dans tous les modes possibles et son utilisation est l’un des plus simples. Cinq clics pour allumer ou éteindre la box, l’appui simultané sur les boutons + et – les verrouillera. En appuyant sur le bouton + et tout en le maintenant, sur bouton de feu retournera l’écran. Trois clics permettront d’accéder au menu qui servira uniquement à choisir le type de vape désiré (W, TC ou TCR avec tous les fils) ainsi qu’aux modes de vape personnalisés DTC (à ne pas confondre) et DWC.

Les modes DRC et DWC permettent de définir manuellement la courbe de chauffe suivant ses préférences. Il s’avère néanmoins que ces modes sont pour l’instant inutilisables, car pour les éditer il faudra télécharger un logiciel qui n’est tout simplement pas disponible. Là franchement, c’est pas glop. Normalement, il devait être disponible vers la fin du mois de juin, mais nous y sommes, espérons qu’il arrivera début juillet. Étrangement, Smoant n’est pas très loquace sur ce problème.

Heureusement, cette absence n’empêchera pas d’utiliser box avec les autres modes de vape, et mis à part pour les puristes, ces deux modes ne présentent pas un intérêt fondamental.

La Charon à l’utilisation

Alors pour l’instant, tout va bien, mais je me demande si toutes ces finitions et détails ne cachent pas une petite lacune en ce qui concerne la vape. Atomiseur monté et accus en places, mode puissance sélectionné, j’appuie fébrilement sur le bouton fire. L’expression qui m’est apparue à la première bouffée à été : “la vache, elle envoie du bois !” . Que ce soit avec une puissance un peu élevée aux alentours de 70 W (pour moi c’est déjà beaucoup) ou au contraire vers les 25 W, la puissance délivrée est parfaitement régulière et la réactivité quasi immédiate. Je me demande même si la Charon ne délivre pas un peu plus de puissance que mes autres box, c’est juste un ressenti, mais n’ayant pas les connaissances pour effectuer de mesures, je ne pourrais pas l’affirmer (n’est pas Vap’Ed qui veut).

Si elle fonctionne bien en mode puissance, peut-être que le mode TC n’est-il pas aussi performant ? Eh bien non, du moins pour le test du coton brulé. Aussi bien avec un fil en inox qu’en titane, le résultat est excellent, la puissance diminue bien au fur et à mesure que le liquide s’évapore, et laisse juste apparaître une très légère trace sur du coton complètement sec.

Et l’autonomie ? J’ose à peine en parler. À une puissance d’environ 30 W, après 8 heures d’utilisation, il me reste encore la moitié de mes accus (Samsung 30Q). À se demander si elle ne possède pas un chargeur solaire planqué quelque part.

Sa qualité de vape est indéniable et seul défaut que j’ai trouvé à ce chipset concernera le changement de puissance ou de température, trop rapide et qui oblige à tâtonner pour trouver la valeur souhaitée.

En résumé

Points positifs :

  • Qualité de fabrication et de finition excellentes
  • Design
  • Qualité de vape vraiment extra
  • Écran très lumineux lisible partout
  • Bouton de feu parfait
  • Simplicité d’utilisation
  • Bonne gestion des accus
  • Capot facile à manipuler et tenant parfaitement
  • Bon rapport qualité-prix

Points négatifs :

  • Logiciel pour régler le mode de vape personnalisé indisponible
  • Peinture sensible au rayures
  • Poids élevé
  • Pas de possibilité à ce jour d’acquérir un capot seul si l’on souhaite en changer

Conclusion

Notre note : 5/5. Que peut-on réellement reprocher à cette Charon TC 218 ? Son poids éventuellement et l’absence de logiciel pour les réglages personnalisés ? Oui, c’est vrai. Mais pour tout le reste, absolument rien à dire. La Charon met la barre assez haut, comme quoi il est possible de fabriquer de l’excellent matériel à un prix très abordable. Si vous deviez n’achetez qu’une box double accus, c’est celle qui vous faut, impossible d’être déçu.

La Charon TC 218 en images

Name of Reviewed Item: Charon TC 218 Rating Value: 5 Image: http://fr.vapingpost.com/wp-content/uploads/2017/06/smoant-charon-tc-218.jpg Review Author:Review Date:
  • Ton ressenti est bon, elle délivre effectivement plus de puissance qu’elle annonce, en gros 10% de plus quel que soit le réglage de puissance demandé. Elle délivre carrément 240 watts quand on en demande 218 (avec des acus adaptés et pleins, et une résistance de 0.1 ohm). Ca fait tout de même 120w par accu, ce qui est excessif et risque de les dégrader à l’usage.
    On n’est par contre plus qu’à 190w pour 228 demandés avec une résistance de 0.25 ohm, sa tension de sortie maxi est assez limitée. Elle plafonne rapidement sur les puissance élevées quand la résistance n’est pas très basse.
    Bien vu aussi pour la réactivité, le signal à l’oscillo est effectivement vertical au déclenchement, zéro délai pour atteindre la tension voulue.
    Bref, tu as la vape fine 🙂

    • Trob

      Merci beaucoup Ed pour ce complément d’information qui apporte la petite touche de précision qui manquait à cette revue. Un vrai travail collaboratif 😉