Projet de loi de santé : l’Aiduce auditionnée au Sénat 

L’aiduce était auditionnée ce matin par les rapporteurs du projet de loi de santé qui terminait ses consultations pour la réunion de la commission des affaires sociales planifiée le 22 juillet.  L’association a pu faire valoir sa crédibilité et sa compétence en exposant ses inquiétudes sur les mesures en discussion.

“Dénormalisation et réduction des risques ne doivent pas s’affronter mais se compléter”

aiduce-senat

Une crédibilité confortée par la participation aux travaux de normalisation AFNOR et CEN

Le sénat terminait aujourd’hui ses consultations sur le Plan de santé. C’est dans ce cadre que l’Aiduce a été reçue ce matin, représentée par Brice Lepoutre le président de l’association, Alan Depauw son vice-président et le Docteur Philippe Presles coordinateur du conseil scientifique de l’Aiduce.

A la lecture du compte rendu de l’entretien mis en ligne sur le site de l’association, ses représentants en sont sortis manifestement satisfaits, soulignant qu’“un véritable échange s’est installé”. “Très à l’écoute”, leurs interlocuteurs auraient pris “conscience du danger” que le plan de santé “faisait peser en l’état sur la lutte contre le tabagisme”.

L’aiduce a fait valoir que les mesures incriminées entretiennent un amalgame entre la vape et le tabac, telle l’interdiction de vapoter dans certains lieux publics ou celle de la publicité, et les risques associés à la transposition de l’article 20 de la directive tabac européenne par voie d’ordonnance.

Les concepts de dénormalisation et de réduction des risques ne doivent pas s’affronter mais se compléter ont expliqué les représentants des utilisateurs de cigarette électronique. “Oui à la dénormalisation en ce qui concerne le tabac et uniquement le tabac, la vape ne devant être considérée que sous l’angle de la réduction des risques.”

En conlusion, “l’Aiduce tient à remercier la commission sénatoriale de l’avoir reçue et écoutée, et manifeste ses plus grandes espérances et attentes quant aux suites de cette entrevue.”

Le 22 Juillet, la commission des affaires sociales du sénat émettra son avis, le vote en session plénière aura lieu mi-septembre. L’adoption finale du texte pourrait intervenir vers le mois de décembre et la loi ne sera pas effective avant 2016.

 

Review Author:Review Date:
  • Titan

    Voui … Encore une manifestation du “Nous confirmons avoir pris connaissance de vos sollicitations” … Ne pas oublier que ces 50 dernières années en politique sont plus près du “Cause toujours mon lapin” que du “Je vous ai compris” …
    Le peuple est souvent bien regardé mais mal vu et la plupart du temps entendu mais pas écouté …

    • Thierry Nghiem

      C’est tout à fait cela ! Dans leurs pensées, la réalité c’est plus : ” On vous à reçu, on fait le job pour assurer le semblant démocratique du fonctionnement des institutions, vous êtes bien gentils, mais vos considérations, on s’en tape allégrement le coquillard, vous pesez peanuts face aux lobbys avec qui nous sommes en étroite collaboration, alors rentrez maintenant chez vous, reprenez votre place dans le peuple et atchao bonsoir les gnomes ! “

      • Titan

        Oilààààààà … 🙁

        • Avalonne Vero

          et donc il ne faut rien faire et attendre qu’ils aient tout décidé sans qu’on ait même pu essayer de leur donner une autre version de la situation ?

          • Titan

            Comment ça … “une autre version de la situation” …?
            Je pense qu’il n’y en a qu’une, de version de la situation, et je crois qu’ils la connaissent. Le petit peuple, avec ses petits bras, a trouvé tout seul et sans coûter un rond à personne une solution inattendue et révolutionnaire à un des plus grand fléau connu de ce siècle. Il a collé une beigne retentissante et monumentale à toutes les Marisol Touraine et consors qui se sont succédés à ce poste non moins monumental qu’est la Santé Publique, et qui se sont lamentablement plantés en nous coûtant à tous des fortunes colossales. La Vape fait couiner (http://www.vapor-gate.com/la-vape-fait-couiner/) parce que contre toute attente et tout ce qui était prévu par nos dirigeants, elle prouve que ce petit peuple refuse aujourd’hui la pensée unique d’une incompétente notoire qui, en la matière, préfère nous voir dépenser des fortunes en taxes pour notre drogue et pour le traitement de nos cancers pour au final, nous regarder mourir prématurément en économisant l’argent des retraites.
            Alors oui, notre pseudo-démocratie nous permet d’exprimer un désaccord, ce qui permet à l’AIDUCE de se faire “auditionner” au Sénat, mais ça s’arrêtera là. L’Etat ne soutiendra que ceux qui lui rapportent de l’argent (voir ce qui s’est passé pour les taxis), et même si on retourne des voitures dans la rue, la Vape est aux antipodes du concept …
            De plus, les décrets, articles 49.3 et autres directives européennes sont des armes de guerre qui ne nous appartiennent pas …

  • Favrel Patrick

    Tant que la Santé Publique n’abordera la priorité Tabac que par le biais médical & addictologique, la France n’en sortira pas. Au dernier congrès de la Fédération Française Addiction, la preuve par 9 était faite. Plus des 3/4 de la Salle fumait ou avait fumé. Plus d’1/3 s’était arrêté. Seules, 2 ou 3 personnes avaient eu recours à un médecin ou adictologue…
    Auto-support, l’e-cigarette échappe à la prescription médicale, la vente en pharmacie & ne prêche pas au Sevrage.
    Trois éléments qui constituent des handicaps pour sa légitimité.