Une Suède “sans fumée” en 2025, mais pas sans SNUS ?

Le ministre de la Santé suédois Gabriel Wikström a déposé un projet de loi pour atteindre l’objectif d’une “Suède sans fumée en 2025”. Son projet a été bien accueilli dans l’ensemble mais deux mesures inquiètent les défenseurs de la réduction des risques et des dommages.

La Suède, dernier pays de l’Union Européenne pour la prévalence tabagique, premier pour le sevrage.

Le SNUS suédois, un produit rejeté par l'Union européenne alors qu'il aide objectivement à réduire les risques du tabagisme.

“En plus de 100 ans d’utilisation contrôlée, les effets néfastes du SNUS suédois sur la santé n’ont jamais été démontrés” Atakan Befrits

La Suède avait fait du SNUS une condition de son entrée dans l’Union Européenne et obtenu une dérogation pour qu’il puisse continuer à y être commercialisé légalement. Cette exception suédoise a été confirmée dans la révision de la directive tabac européenne 2014/40/UE.

Le Snus suédois est un produit très populaire en Suède qui occupe la dernière place du classement des pays de l’Union Européenne selon le pourcentage de fumeurs, et la première selon le pourcentage de fumeurs ayant arrêté, comme le montrent les graphiques ci-dessous tirés du dernier Eurobaromètre tabac (pdf).

 

Le 8 Février, le ministre de la Santé Gabriel Wikström est venu défendre sur une chaîne de la télévision publique, son projet de loi pour atteindre l’objectif d’une “Suède sans fumée en 2025”. Comme un nombre de plus en plus important de pays, la Suède envisage d’instaurer le paquet neutre, mais aussi des interdictions de fumer en extérieur en particulier lorsque des enfants sont présents. Le ministre a annoncé aussi deux mesures l’une concernant le SNUS et l’autre le vaporisateur.

Le ministre de la santé souhaite harmoniser les avertissements sanitaires du SNUS avec ceux en vigueur pour d’autres produits du tabac oraux, librement vendus dans l’Union Européenne mais beaucoup plus dangereux que le SNUS.

Par ailleurs, le projet de loi prévoyait de confier l’encadrement de la cigarette électronique à l’Agence des produits médicaux suédoise, mais cette dernière proposition a été invalidée les jours suivant par une décision de la Cour suprême, la cigarette électronique restera un produit de consommation courante.

Afficher la même dangerosité pour le SNUS et des produits dix fois plus nocifs ? Un bien mauvais message pour Atakan Befrits.

Le blogueur suédois Atakan Befrits s’est élevé contre les deux propositions du gouvernement qui auront des effets néfastes sur la réduction des méfaits du tabac en Suède.

“En plus de 100 ans d’utilisation contrôlée, les effets néfastes du SNUS suédois sur la santé n’ont jamais été démontrés.” -Atakan Befrits

Harmoniser les avertissements sanitaires du SNUS avec ceux de produits beaucoup plus dangereux serait un très mauvais message adressé aux suédois estime le blogueur qui rappelle qu’en plus de 100 ans d’utilisation contrôlée, les effets néfastes du SNUS suédois sur la santé n’ont jamais été démontrés. Il craint que les consommateurs ne perdent confiance dans la moindre nocivité de ce produit traditionnel par rapport au tabac fumé et pour lui c’est aussi un mauvais message adressé aux autres pays.

La dérogation obtenue dans le traité d’adhésion à l’Union Européenne, concerne toutes les questions liées au SNUS, dont les avertissements, le SNUS est une affaire nationale suédoise et doit le rester, insiste Befrits.

Un rapport attendu pour le mois de mars prochain doit justement aider à réviser la réglementation du SNUS. Le blogueur appelle le gouvernement à renoncer dans l’immédiat à encadrer de quelque manière que ce soit le SNUS. Cela ne pourrait pas raisonnablement être effectué de manière satisfaisante avant la date limite du 20 mai 2016.

Review Author:Review Date: