Une lueur d’espoir pour la vape à l’OMS ?

A quelques semaines de l’ouverture de la réunion “COP7” du FCTC qui aura lieu en Inde, l’OMS publie un rapport sur la cigarette électronique qui servira de support aux débats.

oms-cigarette-electronique-cop7Lors de la précédente édition à Moscou, les participants à la Conférence des parties avaient demandé l’établissement d’un rapport sur la cigarette électronique. Le document qui vient d’être publié tente un tour d’horizon sur le vaporisateur : ses effets sur la santé, son rôle potentiel dans l’arrêt du tabac, son impact sur les efforts de lutte contre le tabagisme et propose une série de mesures.

La charge est certes sévère et rondement menée contre le dispositif, les mesures proposées vont à l’encontre des politiques prônant la réduction des risques. Pourtant une porte s’est peut être entrouverte, une lueur d’espoir ?

Paragraphe  5

“Si la grande majorité des fumeurs qui ne peuvent pas ou ne veulent pas arrêter de fumer optait sans délai pour une autre source de nicotine comportant des risques moins importants pour la santé, et cessait finalement de l’utiliser, cela représenterait une amélioration de santé publique significative. Mais cela serait uniquement le cas  si le recrutement de mineurs et de non-fumeurs dans la population des dépendants à la nicotine n’est pas plus élevé que pour le tabagisme, et qu’il soit finalement réduit à zéro. Que les dispositifs de délivrance avec ou sans nicotine (ENDS/ENNDS) puissent faire ce travail est encore un sujet qui fait débat entre ceux qui veulent que leur utilisation soit rapidement encouragée et approuvée sur la base des preuves disponibles, et d’autres qui appellent à la prudence compte tenu des incertitudes scientifiques existantes, ainsi que la variabilité de la performance de ces produits et de la diversité d’usage chez les consommateurs.”

 


Une version française devrait être mise en ligne par les organisateurs de la réunion “COP7”, en attendant, le lien vers la version anglaise [pdf].

  • Titan

    Pas convaincu par ce type de discours convenu, établi seulement pour “intégrer” au menu du plat du jour une option que personne ne commandera au cours du repas …
    L’OMS aura fait ses “devoirs” juste “pour qu’il ne soit pas dit que …”