Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » Le Global Forum on Nicotine à Varsovie, “c’est un peu le Cannes de la vape”

Le Global Forum on Nicotine à Varsovie, “c’est un peu le Cannes de la vape”

« Le Global Forum on Nicotine c’est un peu le Cannes de la vape » nous glisse Rémi Parola à l’oreille. Pas faux, si l’on considère les 350 participants venus de 55 pays fouler la moquette rouge à la rencontre des figures scientifiques et politiques de la vape.

gfn2016-conference-salle-clive-bates

GFN, la grande salle de conférences

En examinant le programme de la conférence qui s’est tenue les 17 et 18 juin à Varsovie, difficile de ne pas être d’accord avec Rémi Parola, le “GFN c’est le Cannes de la vape”. Rassemblées pour deux journées de présentations et de débats, les figures sont bien ici : Clive Bates, Linda Bauld, Bertrand Dautzenberg, Jean-François Etter, Konstantinos Farsalinos, Jacques Le Houezec, Ann McNeil, Riccardo Polosa, ou encore David Sweanor.

Jouant dans une autre catégorie, Aaron Biebert est ici aussi, venu présenter son film A billion lives en avant première européenne.

Environ 350 participants ont fait le déplacement depuis 55 pays, dont la Nouvelle Zélande, l’Australie, le Canada, les Etats Unis, le Sénégal ou encore la Russie, le Kazakhstan, la Tunisie, le Liban, l’Inde et la Corée du Sud.

Dans les allées nous avons croisé le Professeur Bertrand Dautzenberg qui assistait pour la première fois à l’événement et l’avons interrogé sur son ressenti à la fin de la seconde journée. « Je suis frappé de l’ambiance contre les docteurs, et pourtant c’est lorsqu’elle est bien accueillie par les médecins praticiens, comme en France ou au Royaume-Uni, qu’elle se développe le mieux » regrette le tabacologue.

« Aucune donnée n’est communiquée sur les ex-fumeurs qui sont aussi ex-vapoteurs, pourtant c’est un phénomène que je constate souvent chez mes patients, ils arrêtent de fumer et finissent par arrêter de vapoter. Rien n’est dit là-dessus ».

La présence de l’industrie du tabac venue présenter ses « produits à risque réduit » déplait au pneumologue qui a consacré sa carrière à combattre les méfaits du tabagisme. Leurs études sont rejetées des publications scientifiques et elles profitent de cet événement pour communiquer.

Le pneumologue redoute certains produits comme l’iQos « conçus pour faire fumer » qui pourraient se révéler aussi addictif que la cigarette. Soulagé, depuis les enquêtes Paris Sans Tabac que la vape n’attire pas les jeunes qui expérimentent principalement le vaporisateur sans nicotine, le professeur redoute que ces produits dits à risque réduit ne crée une nouvelle génération d’utilisateurs dépendants.

Konstantinos Farsalinos, rencontré un peu plus loin, constate le succès grandissant du forum, avec davantage de participants et des salles bondées. Le nombre de posters scientifiques a au moins doublé remarque-t-il. Nous avons relevé que plus de la moitié sont publiés par l’industrie du tabac. JTI, BAT, PMI et Fontem Ventures occuppent plus de la moitié des murs.

« La science c’est la science » justifie le cardiologue grec, « je ne suis pas opposé par principe au fait que les cigarettiers publient » mais compte tenu du passé de cette industrie « il est très important d’avoir des études indépendantes qui contrôlent leurs résultats et leurs produits », à coté de lui, Jacques Le Houezec acquiesce.

Gerry Stimson, l’organisateur de l’événement, satisfait du succès croissant de ce rendez-vous annuel, se félicite que 70 vapoteurs présents aient décidé de collaborer ensemble sur les questions internationales et notamment la prochaine réunion de l’OMS, le “COP7” qui devrait examiner, selon des fuites, un rapport sur la cigarette électronique.

Review Author:Review Date:
  • Titan

    “Pr . B Dautzenberg @parissanstabac
    PAS D’ACCORD??JF Etter défend au #GFN16 publication des articles de Big tobacco dans journaux scientifiques??NON NON”

    Il défend quoi JF Etter …? Le droit d’afficher des publications (de BT ou de qqu’un d’autre, c’est légal), ou ce qu’elles racontent? C’est pas clair, ça …

    • Il défend le droit de publier, dans des revues scientifiques, des études financées par l’industrie du tabac, au même titre que les autres industries ou organismes d’état ou privés. De nombreuses revues refusent aujourd’hui tout ce qui vient de Big T.

      • Titan

        Merci Ghyslain.
        Cela dit et connaissant le passif mensonger de BT concernant leur communication en matière de santé publique, le fait qu’il publie et affiche “leurs” résultats précisément au Global Forum peu laisser … pensif. On peut comprendre une certaine méfiance, voire un “ça suffit, vous nous mentez depuis 60 ans, on vous croit plus”. Et de là à refuser toute com émanant d’eux, il n’y a qu’un pas … que je pourrais franchir moi aussi assez facilement. Un certain côté amoral à la chose, je suppose, d’autant que BT ne va surement pas nous faire de cadeau dans l’avenir.

        • C’est un vaste débat, si l’industrie a menti pendant des années, elle a certainement laissé derrière elle un traumatisme très fort, et qui a façonné la lutte anti-tabac depuis. En dehors des considérations politiques, l’accès à la science et le partage d’information dans ce domaine, sont défendus par certains, et ce quel que soit le profil des auteurs. Certains défendent une science neutre, d’autres la préfère sélective.

          • Titan

            Vouais, mais tu sais ce qu’on dit: “La confiance, c’est comme un timbre, ça colle qu’une fois”. Parce que pour défendre une “science neutre” comme tu dis, il faudrait qu’elle le soit. Ors, 60 ans de mensonges by Big T nous disent le contraire, alors je peux comprendre un certain rejet. D’autant que s’ils publient la vérité, ils signent leur arrêt de mort. Ils sont obligés de mentir, la nature de leur bizness ne leur laisse pas le choix.

          • Belle image que celle du timbre en effet. C’est en tous cas un débat qui divise l’opinion scientifique.

          • Resteanonyme

            Il ne vous est pas venu à l’esprit, que même chez BT, il y a des convaincus de la Vape ?
            Qui doivent se battre plus en interne qu’en externe d’ailleurs…
            La seule et grande différence entre ceux-là et les autres acteurs du marché, c’est qu’ils pensent en terme de marché de masse et pas en terme de marché “artisanal”

          • Resteanonyme

            Selon moi BT est le meilleurs allié de la vape.
            En effet ce sont les seuls a avoir la puissance commerciale nécéssaire à faire du vaporisateur un succès et un réel produit de masse donc à convaincre les plus de fumeurs de fumeurs possible de changer.
            Ce d’autant plus que le marché actuel continue à se concentrer sur des systèmes rechargeables qui ne conviendront jamais à la majorité des gens. Les consommateurs veulent des produits simples, faciles à utiliser sans manipulations et sans danger (pour rappel pour plus de 75% des consommateurs les e-liquides sont source de danger)
            Un seul concept peut fonctionner et commencer à intéresser plus de consommateurs c’est le “ready to use”
            Faites une analyse de marché tous produits de grande consommation confondus et vous verrez que c’est vrai…
            Pour nos amis français rappelez-vous cette période pas si lointaine où on trouvait des boutiques franchisées à tous les coins de rue qui vendaient des systèmes de cartouches d’imprimantes remplissables… combien en rest-t’il ??? Ite missa est .

  • vaporama

    Ce n’est pas 60 ans de mensonge. Ce sont des mensonges d’il y a 60 ans. Depuis, BT se traîne des casseroles qu’ils n’ont pas volées. Mais les génértions ont changé et le gars de BAT l’a dit clairement, eux ont choisi la tranparence totale, et ils pubient des études même quand leurs résultats ne sont pas conformes à leurs espérance. JF Etter dit que Big T a les moyens de faire avancer la science beaucoup plus vite. On peut aussi faire remarquer que si Big T a menti en sélectionnant ses publications, il ne faudrait pas que les journaux scientifiques mentent en ne publiant que ce qui va dans le sens de leur politique éditoriale, et induise l’opinion publique en erreur. Le GFN est le bon endroit pour mettre les choses à plat et se parler entre scientifiques.

  • QuantiqueCat

    Ok, déjà quand un film a été présenté au festival de Cannes, je ne regarde pas à moins de vouloir pallier un manque de somnifères, je sais, je suis superficiel.
    Blague à part, en tant que scientifique, cela est particulièrement crispant de voir la manière dont chacun tire la couverture à lui en se justifiant avec la science.
    Problème : hormis les statistiques, ni BT ni la vape n’ont d’arguments scientifiques irréfutables, c’est ainsi.
    Conclusion : seules des statistiques indépendantes (rires) peuvent à ce jour nous donner des pistes, le reste n’est que du pipeau entouré de mots savants pour impressionner la galerie.