Pologne : l’avenir d’un des plus gros marchés de l’e-cig s’assombrit

L’avenir des vapoteurs s’assombrit en Pologne. La transposition de la TPD et l’introduction de mesures encore plus coercitives devraient avoir un impact très négatif sur l’un des plus gros marchés mondiaux de la vape.

Ventes en ligne et transfrontalières interdites

Warszawa Plac zamkowySelon Miroslaw Dworniczak, chimiste polonais qui s’intéresse à la vape depuis qu’il s’est arrêté de fumer, la transposition de la TPD est inévitable. En revanche, il fustige la réglementation beaucoup plus contraignante que la majorité des États-membres, à l’initiative du ministre de la Santé, le docteur Konstanty Radziwill. Cet homme n’est pas connu pour défendre la cigarette électronique, c’est le moins que l’on puisse dire ! Il a souvent expliqué que la cigarette électronique était aussi nocive que le tabac.

Malgré leurs multiples sollicitations, les autorités polonaises n’ont malheureusement jamais voulu échanger avec les défenseurs de la vape. Les mesures additionnelles décidées par le gouvernement polonais sont, comme nous le craignions, l’interdiction de la vente transfrontalière de cigarettes électroniques et sur internet.

Le projet de loi a été voté le 8 juillet et devrait être ratifié par le Sénat, avant que le président ne le valide. Le décret d’application pourrait être publié à la mi-août.

Accès illimité à la cigarette

Ironiquement, les Polonais pourront continuer à acheter des cigarettes de tabac n’importe où dans le pays. En revanche, nombre d’entre eux ne pourront plus se procurer de cigarettes électroniques, en particulier dans les petites villes et villages. Par ailleurs, les sites internet vont devoir fermer, avec des centaines de pertes d’emplois à la clé.

  • Benjamin Golinvaux

    On peut plutôt espérer que les ex boutiques en ligne vont ouvrir des boutiques physiques. Cela ne sera pas facile, mais on ne peut pas imaginer que personne ne profite de cette opportunité commerciale.