Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » L’histoire de ma cigarette

L’histoire de ma cigarette

Fumer des cigarettes jusqu'à 100 ansHa la bonne clope après le repas juste avant le dessert… C’est quand même sympa de voir Mamie s’en griller encore une petite.

Le problème c’est qu’on est pas beaucoup à partager son code génétique et qu’on a toutes les chances de commencer à sentir le sapin avant nos 60 ans.

J’imagine la tronche de mes petits enfants devant mon chargeur USB, moi et mon ecig de l’an 2000. Bon d’ici là on aura peut être du vin électronique, des gosses génétiquement bien éduqués et des gâteaux 100% glycérine végétale, mais il faudrait déjà pouvoir en arriver jusque là.

Etant enfant je me souviens très bien de mon grand-père fumant sa pipe insouciant au volant de sa Renault 5. Mon addiction à la cigarette a du commencer par cette fenêtre conducteur juste assez entre-ouverte pour laisser s’échapper un mince filet de fumée, mon frère et moi sur la baquette arrière, humectant le profond parfum de ce tabac humide et franc. Ca sentait rudement bon. L’odeur du tabac à pipe et celle des cigarettes n’ont rien à voir, il ne s’agissait pas de cette odeur acide qui une fois refroidie alourdie l’atmosphère d’une effluve presque macabre. Vous connaissez bien ces lendemains de soirée où les cendriers sont restés pleins et les fenêtres fermées, c’est à vomir.

Non la pipe c’est différent, du moins d’après mes souvenirs. Voir mon grand-père dans son fauteuil, pénard avec ses pantoufles, en train de lire son journal pipe à la main, m’a toujours inspiré quiétude et chaleur d’un foyer où il faisait bon vivre. C’est malheureux à dire mais j’ai associé très tôt tabac et plaisir.

Je me vois encore fouiller dans son garage et chercher dans ses boites à tabac les vieilles pipes encrassées dont il ne se servait plus mais qui devaient sans doute avoir assez d’histoire pour ne pas avoir finies à la poubelle. Je les prenais au bec pour simuler le geste, je me sentais adulte.

Les cigarettes c’est différent, c’est bien plus vulgaire, comme beaucoup de produits américains d’ailleurs. J’entends déjà les wikipédistes me dire “oui alors attention, les premières cigarettes manufacturées sont apparues en Espagne vers 1825”, mais bon c’est les américaines que l’on fume aujourd’hui, c’est la bonne lucky d’après guerre non ? Et puis j’aime pas les américains.

Bref toujours est-il que mon adolescence dans une école populaire avec ces clopes fumées aux toilettes entre les interclasses n’ont fait que renforcer mon addiction. J’étais cool, enfin je me sentais cool.

Le côté “repos à la maison, j’ai bien travaillé, je mérite donc bien une petite cigarette” a très vite disparu de mon tableau d’enfance. La dépendance et les compulsions morbides ont vite pris le dessus sur les lattes innocentes prises en cachettes dans les toilettes de l’école. “Fais moi un bib” qu’on disait, pour faire entendre le mot “biberon” à celui qui tenait la cigarette tête retournée dans sa main, alimentant une par une les bouches affamées des jeunes cons que nous étions. La clope durait quelques secondes et on repartait puant dans nos classes respectives, fiers.

La fin de l’adolescence rebelle, les études de psychologie sociale qui servent à rien, la musique de junkie, l’aspirance pour un modèle social intello branchouille n’ont rien arrangé.

Aujourd’hui j’essaie de m’en débarrasser, j’ai fait un bon pas avec la cigarette électronique en éliminant les cigarettes les plus dangereuses, celles du bureau et de l’ordinateur. Mais ma santé encore intacte me fait souvent oublier le danger qui se cache derrière chaque cigarette que j’allume encore en soirée, ou le soir après le travail avec mon verre de vin.

J’ai reconstruit un peu cette image de mon grand-père finalement, le tabac repos, calme et structuré. Reste plus qu’à le briser avant de finir comme lui.

Review Author:Review Date:
  • Christelle33

    Je me reconnais pas mal à votre histoire, mon père fumait partout dans la maison sans savoir si ça pouvait nous nuire ou non. Je ne lui en veut pas, c'était une autre époque. Bravo pour votre blog. Je devrais recevoir ma cigarette électronique cette semaine, j'ai hâte d'essayer, marre cette satanée cigarette !!