Vous êtes ici : Vaping Post » Humour » La vérité sur le goût de vos e-liquides

La vérité sur le goût de vos e-liquides

    Annonce

C’est une constante sur les forums et groupes de vape : des hordes de passionnés absolument désespérés parce que le dernier liquide à la mode ne rend pas bien sur leur set-up d’enfer. Et si nous puisions dans les bases de la philosophie pour répondre à vos problèmes ? Non, revenez, ça a l’air, mais c’est pas barbant, en fait.

La vérité

Quelle est la définition de la vérité ? Ça dépend, de laquelle vous parlez ? Vous parlez d’une vérité correspondantiste, cohérentiste, pragmatique, constructiviste ou redondantiste ?

Avouez que vous ne vous y attendiez pas, à celle-là. Et encore, il n’y a là que les écoles généralistes de pensée. Selon qu’on soit scientifique, juriste, ou alcoolique au comptoir d’un troquet, la définition de la vérité varie.

Non pas que la vérité n’existe pas. Elle existe. Elle est juste rare, tellement rare que même Django Reinhardt peut compter les vérités définitives sur les doigts d’une seule main. Elle sont au nombre de deux :
– La Terre tourne autour du soleil.
– On dit pain au chocolat, et pas chocolatine.

Voilà. Pour tout le reste, le doute est permis. Dans les limites du raisonnable, bien entendu. Par exemple, dire “La terre n’est pas ronde, en vérité, elle est légèrement ovale et très légèrement aplatie aux pôles” est une expression du doute raisonnable. En revanche, dire “La Terre est plate” donne juste des arguments à ceux qui doutent de la sélection naturelle de Darwin.

Mais quel est le rapport avec la vape ? Me demanderez-vous. Et je vous répondrait : oh, doucement ! J’écris ces lignes un vendredi après-midi, j’ai la semaine dans les pattes et j’aperçois la ligne d’arrivée du week-end, ne me brusquez pas ! J’y viens.

La vérité, mon canard

Donc, tandis que je parcours les groupes de vape à la recherche de la dernière nouveauté qui me permettra de dilapider mon capital déjà bien écorné, je suis toujours étonné de voir le comportement des déçus où des fans du liquide qui déchire.

Tenez, un exemple : le Goose Juice. Tout le monde a entendu parler du Goose Juice. Le reviewer écossais Mark Todd ne jure que par lui. Un magasin qui en vends, non loin de chez moi, voit des clients faire cent cinquante kilomètres pour venir en acheter. Le Goose Juice, c’est la meilleure custard du monde, avec une pointe de caramel, une tuerie.

Du moins, selon ses fans. Moi qui suis amateur de e-liquide custard, si on me demandait de mettre le Goose Juice dans un classement, peu importe le nombre de places, je le positionnerai toujours dernier, sachant que l’avant-dernière place serait occupée par une base neutre.

Et bien, croyez-moi, dans certains groupes, mieux vaut affirmer haut et fort que l’on est un éminent cadre du parti nazi que de dire qu’on n’aime pas le Goose Juice si on veut gagner un concours de popularité.

J’y ai dit, sur ces groupes, que j’aimais pas le Goose Juice. On a remis en cause le fait que je saches monter correctement un atomiseur. On a ensuite décrété que les atomiseurs que j’utilisais n’étaient pas performants. On m’a conseillé de changer de coton, de changer de MOD, de changer de fil résistif. On a fini par m’expliquer que j’étais certainement tombé sur un clone où un batch frelaté. Lorsque j’ai expliqué que j’avais goûté plusieurs fois le liquide et qu’à chaque fois, il venait d’une bouteille différente, d’un batch différent, d’un magasin différent, là, les fans du Goose Juice ont commencé à murmurer des mots comme “malédiction”, “vaudou”, et m’ont conseillé d’aller voir un exorciste. Un ami, oui, un ami, m’a conseillé d’aller voir un médecin pour mes problèmes de papilles.

Il n’y en a pas un qui s’est dit, “tiens, il n’aime juste pas le Goose Juice”.

La vérité, j’te jure

C’est à toi que je m’adresse, ami ou amie, qui a acheté une bouteille du liquide du moment. Celui dont on dit que c’est le meilleur (rayez les mentions inutiles) custard, gourmand, classic, fruité, frais, crémeux, etc. Et qui fixe penaud ton atomiseur préféré après avoir refait dix-sept fois le montage, en spires espacées, en microcoil, en fil classique, en clapton, en alien, avec un tirage fermé ou plus aérien qu’une tempête dans l’Atlantique et qui ne parviens pas à t’extasier comme tous les autres.

La vérité, la voilà : tu ne l’aimes pas. Il n’est pas pour toi. Tu n’es pas une sorte de mutant qui n’aime pas le meilleur liquide du monde, tout simplement parce que le meilleur liquide du monde n’existe pas. Oui, c’est dur à admettre, et tu te heurteras à un mur d’incompréhension. Mais soit fort, dis-toi que c’est une chance : un jour, tu tomberas sur un liquide que tu seras le seul à aimer. Et tu pourras acheter tout le stock à un prix défiant toute concurrence.

Et dis-toi que ceux qui s’extasient sur le nouveau meilleur liquide du monde en seront, d’ici quelques jours, lassés, et se pâmeront devant une autre nouvelle sensation.
Mais le all-day, l’amour pur, durable, sincère et exclusif d’un e-liquide qui devient le meilleur pour celui qui le choisit est une chance que peu de gens connaissent.

En revanche, le plus mauvais e-liquide du monde existe. Il s’appelle le Crab Juice, et il met immédiatement tout le monde d’accord, ce qui lui a valu de devenir la troisième seule vérité universelle, après le fait que les pains au chocolat tournent autour du soleil.