Vous êtes ici : Vaping Post » ArticlesGoVape indésirable chez Apple

GoVape indésirable chez Apple

    Annonce

L’application GoVape s’est vue refuser l’accès à l’App Store, grand marché des applications destinées aux produits Apple. Une injustice criante qui laisse profondément perplexe sur le positionnement du géant américain. Tous les détails de cette affaire et l’interview de David Argence, créateur de GoVape.

GoVape, comment ça marche ?

GoVape est une application à installer sur son smartphone, et qui vous permet de localiser rapidement la boutique de vape la plus proche de votre position (à condition qu’elle se soit inscrite sur le site de l’appli). Inutile de détailler les intérêts de ce petit logiciel, qui sont évidents et multiples.

Jusqu’ici, GoVape n’était disponible que sur Android, où elle avait déjà fait ses preuves, mais ses créateurs avaient développé les deux versions, celle pour le système de Google et celle pour l’iOS d’Apple.

Mais alors que les utilisateurs d’appareils sous Android utilisent régulièrement GoVape, l’appli, après maintes turbulences, s’est vue imposer une fin de non-recevoir par Apple.

David Argence s’exprime

David Argence

A l’initiative du projet GoVape, David Argence ne cache pas sa déception “Nos appels sont restés sans réponse à ce jour. C’est difficile à entendre, parce que développer une application, ça prend du temps, ça coûte de l’argent, et toutes les personnes impliquées dans ce projet y ont mis beaucoup d’elles-mêmes.”

Pour autant, ce n’est pas la fin de GoVape, loin de là. “Si nous ne sommes pas présents sur iOS, en revanche, GoVape est disponible sous Android. C’était passé comme une lettre à La Poste” explique David Argence, ce qui représente l’essentiel. “On est sur du 20/80, entre iOS et Android, l’avantage allant nettement vers le système de Google.”

Ceci vient du fait qu’Android est beaucoup plus ouvert. “Nous sommes passés sans difficultés avec Google, explique David Argence, mais dans le cas contraire, il existait le moyen de passer par un éditeur tiers. Android est ouvert, contrairement à iOS où tout doit recevoir l’aval d’Apple”. Ce qui peut s’avérer décevant. “Je comprends la déception des possesseurs de produit Apple, qui paient très cher pour avoir finalement accès à un nombre très limité d’applications. Ça n’enlève rien à la qualité des produits de cette marque, c’est leur politique qui est discutable” argumente le créateur de l’appli.

Pourtant, il existe des applis de vape sur iOS ? “Oui, mais il y a une guideline des applis sur iOS édité par Apple, et que la société peut modifier à sa guise. Aujourd’hui, les produits assimilés à du tabac sont bannis, ce qui n’était pas le cas auparavant, ce qui empêche toute nouvelle application d’être proposée. Mais les anciennes applications, si elles ne correspondent plus à la guideline, certes, restent présentes sur l’App Store, mais ne peuvent plus être mises à jour. C‘est les condamner à mort par obsolescence à chaque changement d’OS” déclare David Argence. Il faut dire que Apple est spécialiste de l’obsolescence programmée.

L’homme à l’origine de l’appli parle d’applications assimilées par Apple au tabac “On est bien d’accord. Dans la guideline, nulle part il n’est fait mention de vape, d’e-cigarette ou autre produit qui nous concerne. Mais Apple considère juste que vape et tabac, c’est la même chose. La société est basée en Californie, ce n’est peut-être pas un hasard…”

L’appel selon Apple

Le 20 novembre, l’application GoVape, dont le développement avait duré cinq mois, était soumise pour approbation à Apple, seule habilitée à accepter ou refuser des logiciels proposés pour ses smartphones. Dès le 21 novembre, fin de non-recevoir, assortie de l’explication suivante (en anglais, traduction Vaping Post) “Nous avons constaté que votre application fait la promotion de l’utilisation du tabac ou d’accessoires liés à la nicotine, y compris, mais sans s’y limiter, les cigarettes, les pipes, les narguilés ou les cyber-cigarettes, ce qui n’est pas permis sur l’App Store. Pour résoudre ce problème, veuillez supprimer toutes les caractéristiques ou fonctionnalités qui favorisent ou encouragent l’utilisation du tabac ou des produits à base de nicotine.”

Le 22 novembre, les promoteurs de GoVape répondent à Apple, en expliquant qu’en droit français, la vape n’est pas considérée comme un produit du tabac, mais répond à la législation sur les produits de consommation courante. L’équipe demande également s’il y a des erreurs, notamment dans les restrictions liées à l’âge ou géographiques, qu’ils peuvent corriger.

Le même jour, nouvelle fin de non-recevoir. “Nous avons entendu vos commentaires. Bien que votre application soit principalement destinée à fournir des informations sur les boutiques de cigarettes en ligne et les magasins de cigarettes électroniques, il est toujours lié au tabac, y compris mais non limité aux cigarettes, pipes, narguilé, cyber-cigarettes ou vape.”

Quelques jours après le 22 novembre, puis à nouveau le 11 décembre, GoVape fait appel de cette décision, mais ses messages sont restés, à ce jour, sans réponse.

Bref, en un mot, les usagers de smartphones sous Android (premier prix 59 € pour un appareil de qualité) pourront bénéficier de GoVape, alors que les utilisateurs d’iPhone (à partir de 809 €) n’auront que les yeux pour pleurer.

Annonce