Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Atomiseurs » Test : Fogger V2

Test : Fogger V2

    Annonce

Voici le test d’un atomiseur reconstructible, le Fogger V2, qui reste un peu délicat à utiliser mais qui offre une qualité de vape incomparable une fois l’assemblage bien maitrisé. Présentation et explications détaillées dans cet article.

Environnement et situation : un reconstructible à 30 euros!

Le Fogger V2 est livré avec un petit sachet d'outillage

Le Fogger V2 est livré avec un petit sachet d’outillage

Dans un premier temps, je tenais à vous préciser qu’il s’agit d’un deuxième test effectué sur un reconstructible après le Magoo S. Ce dernier a toujours pour rôle principal de s’adresser aux non experts et cela aux fins de les convaincre ou pas de franchir le gué.

Il est vrai que le prix (environ 30 euros) peut être un frein comme pour d’autres reconstructibles mais à mon avis ce n’est vraiment pas un obstacle, car moi le premier, je n’osais pas. Je me disais que ce « machin compliqué» n’était pas pour moi et que j’avais autre chose à faire que de passer mes heures nocturnes à faire et refaire des mèches de telle ou telle manière ….voilà ce que je pouvais penser à l’aube de mon test précédent le Magoo S de Ismoka et si vous avez lu mon test ici (lien ) vous savez ce j’en pense.

Le Fogger V2 est monté par défaut avec une résistance

Le Fogger V2 est monté par défaut avec une résistance

Je vais donc vous présenter le Fogger V2 qui est le clone (abordable) du Taifun GT. Il est fabriqué en acier inoxydable que je pourrais qualifier de brutal. Vous pourrez constater lorsque vous le recevrez qu’il est prêt à l’emploi car une résistance y est déjà installée. Je vous déconseille d’utiliser ce montage car il s’avère relativement « mauvais ». Pour ma part, j’ai horreur de commencer par un goût infecte de métal cramé et pollué et ce malgré tous les réglages possibles et imaginables en la matière. Bref, croyez-moi laisser tomber ces résistances d’origines.
Je vais vous demander encore une fois de persévérer.

Mais la vraie question sera toujours de savoir si cet « engin » vous irait, vous les vapoteurs passifs, et n’y voyez pas de connotations sexuelles hein …. C’est juste une volonté de ma part de toujours m’adresser au plus grand nombre et de ne pas m’inscrire dans un langage de surfeur de la vapote incompréhensible par la moyenne d’âge honorable des vapoteurs…. Chacun son truc ! (si vous avez déjà par de vers vous une paire de reconstructible passez votre chemin ….)

Caractéristiques techniques

  • Pas de vis : 510 via une vis (ça commence moyen entre nous mais c’est réglable)
  • Résistance : Ca c’est votre boulot (mais pensez à jeter celle d’origine)
  • Capacité : 6 ml de liquide (pour ma part, j’en ai mis 5 ml)
  • Longueur (embout vissé à fond) : 70.1 mm
  • Longueur (sans embout) : 50.0 mm
  • Diamètre : 22 mm
  • Poids : 86.8 g (plus lourd que le Magoo S et 2 fois plus qu’un Protank)
  • Un embout buccal métallique dévissable qui vient sécuriser le tank au vissage (drip tip remplable)
  • Bague de réglage d’entrée d’air en bas (qui marche peut être un peu trop bien)
  • Réservoir en pyrex (réellement mieux que le plastique)
  • Un petit sac de bricolage (contenant 3 brins de Kanthal de 0.2mm, 1 mèche en Mesh et fibre, 3 joints pour le tank, 2 petits joints pour l’embout, 2 vis de remplacement et un tournevis relativement petit).

A première vue, on peut se dire que ces « petits effets de remplacement » sont sympas mais j’avoue que cela m’inquiète un peu de la part du fabricant. N’aurait-il pas confiance en leur produit? Est-ce justifier que de douter ?

Il me reste à le sortir de sa boîte affreuse en carton noir (entre nous, je commence à comprendre d’où vient le prix) qui nous laisse heureusement apercevoir un design acier assez classe. Néanmoins, après l’avoir pris en main je trouve que le polissage de l’acier laisse à désirer et que le style du marquage Fogger sur l’embout est une véritable « contrefaçon ».

Aspect général du Fogger : design acier brutal, polissage perfectible, tank impeccable, assemblage par joint et non pas vis…

Vue générale du Fogger V2

Vue générale du Fogger V2

Un autre aspect m’a interpellé: le poids. Effectivement, il est lourd et l’assemblage du tank sur la base par le système de joint (comme pour un Tank F16 par ex) me laisse craindre le pire en terme de fuite.

Par conséquent, j’en viens donc à la première limite de ces reconstructibles. Pour moi ces atomiseurs sont réservés à un usage assez exclusif, chez soi, tranquille et pour le coup c’est vraiment identique au fait d’allumer un bon cigare. La différence et non des moindres c’est que vous n’allez pas goudronner vos bronches et qu’au final cela vous coûtera moins cher.

Je veux bien croire qu’il ne s’agisse pas d’une bonne nouvelle, pour qui attend son colis avec impatience, d’apprendre qu’il est préférable de jeter la résistance d’origine. Je vais maintenant aborder la reconstruction de cette fameuse résistance pour ensuite vous parler de l’assemblage de l’atomiseur.

Fabrication de votre résistance : précision absolue et vue d’aigle nécessaire

Vue de la base avec les deux petites vis

Vue de la base avec les deux petites vis

Préalable : il va falloir commencer par choisir ses brins de Kanthal, 3 fils de 0.2mm sont fournis à l’achat et à l’usage. Je vous conseille cette taille voire 0.25mm mais pas 0.30mm comme ce que j’ai actuellement car vous atteindrez des résistances relativement basses de : 0.3 ohm à 1 ohm qui vont de ce fait limiter grandement votre parc de MOD utilisables. Beaucoup refusent de fonctionner en deca de 0.7/1 ohm. L’autre critère à prendre en considération est le diamètre de votre fil, plus il est gros plus votre résistance pourra être basse.

Seconde petite chose, au démontage de la résistance vous remarquerez un petit joint mal positionné et bien soyez rassuré si vous l’avez cassé comme moi, il ne sert à rien ou du moins ça marche très bien sans.

Fabrication et raccordement de votre résistance : 1001 possibilités, un vrai laboratoire d’essai!

Les 4 éléments séparés du Fogger V2

Les 4 éléments séparés du Fogger V2

Je vais vous livrer la méthode qui pour ma part répond le mieux à mes désirs de vape à savoir une résistance simple et deux mèches ou un bout de coton roulé mais pas écrasé. Pour ce faire il faut préparez 2 mèches de silice de 2/3 cm de long chacune puis prendre votre brin de kanthal de 6/8cm. Ensuite faites environ 3 à 5 tours serrés autour de votre mèche. Cette manipulation doit se faire doucement, il faut essayer que les différents fils ne se touchent pas. Vous pouvez par exemple vous aidez du petit tournevis comme support si vous n’avez rien d’autre sous la main. Essayez maintenant de fixer un premier fil à une vis.

Là je dois dire que pour moi ces vis sont vraiment trop petites et je vous avoue, encore une fois, que cela m’a légèrement agacé. Après avoir enfin réussi à visser la première micro vis, positionnez votre résistance de manière à ce que les mèches entrent dans un des trous/encoches de chaque côté de la base. Recommencez le même processus avec la seconde vis. Vous comprendrez donc pourquoi le fabricant a mis des vis de rechange. Elles sont tellement petites qu’il faut un détecteur de métaux pour les retrouver si elles tombent. Sans rire Messieurs faites des efforts de fabrication en pensant aux consommateurs.

Ajouté à cela, vous remarquerez que les vis ne dépassent pas suffisamment de la base. Cela revient donc à compliquer encore notre tâche lors du montage et vissage des brins autour des dites micro vis de la base.

Attention, les deux mèches de chaque côté doivent bien combler les deux trous/encoche de la base sinon vous risquez d’avoir les fameuses agglutinations (glou glou ) qui pervertissent votre vape.

Une autre méthode est de remplacer la fibre par du coton. A vous d’essayer et de voir, cela dépend de vos goûts mais aussi et surtout de la teneur en Glycérine végétale de votre liquide. Pour ma part, les mèches me vont très bien et je trouve ça plus simple. L’avantage avec ces dernières, c’est qu’en cas de rupture de stock vous pourrez toujours trouver du coton.

« Coup de gueule » intermédiaire: Nous ne sommes pas tous des chirurgiens ou mécanos avec des yeux de 20 ans! Je veux bien croire que la recherche du hit et de la qualité de vape est importante pour nous tous, c’est louable mais il ne faudrait pas le faire au détriment de la praticité quant à la reconstruction des mèches. Vous l’aurez compris, je n’aime pas du tout le système de fixation de la résistance sur ce Fogger V2, c’est trop petit, trop minutieux et trop fragile. Merci quand même de mettre des vis de rechange.

Assemblage et remplissage du Fogger V2 : facile et bien assemblé malgré les joints

Cela s’avère beaucoup plus simple que la fabrication de la résistance et heureusement car je vous avouerai que mes nerfs ont été mis à rude épreuve. C’est la raison de mon agacement mais ce dernier ne doit pas venir obstruer votre jugement si vous êtes plus tatillon que moi car tout le reste de ce Fogger V2 n’est que délectation sensitive et vapoteuse.

Pour commencer, il vous suffit de visser assez fort la cloche sur la base puis de positionner votre tank pyrex sur cette base en vissant pour ne pas écraser vos mèches et ne pas créer de fuites. Pour ma part, je verse le liquide avant de remettre le capuchon du haut avec la vis, de ce fait le remplissage ne nécessite aucun accessoire (seringue ou autres). Ensuite, je le positionne en prenant soin de dévisser la vis avant afin de permettre à l’air de s’évacuer du bon côté.

Montage du Fogger

Montage du Fogger

Il vous suffit maintenant de revisser l’embout sur la cloche du centre. Celui-ci verrouillera l’ensemble sur la base. N’ayez crainte le joint du bas ne s’enlèvera pas seul, il est bloqué par le tank qui lui-même est bloqué par la cloche et l’embout.

Petite remarque sur le connecteur vis : le constructeur le mentionne comme réglable, certes il l’est de part sa vis mais je vous conseille de la visser une fois pour toute et de ne plus y toucher car elle a tendance à prendre vite du jeu et donc créer très facilement des courts-circuits.

Conclusion

Pour conclure et après m’être égaré dans le montage pénible de cette résistance, je peux maintenant dire que ce Fogger V2 m’a offert une grande qualité de vape et un hit monstrueux, même trop parfois. Ce Fogger V2 est assurément une bonne affaire de sensation haut de gamme en terme de vaporisation mais aussi de possibilité presque infinie de montages. Pour ma part, je trouve que la circulation d’air est trop importante et trop bruyante. Le montage des résistances est lui aussi vraiment pénible du fait de la petite taille des plots.

Je vous conseillerai de ne pas le choisir pour un premier reconstructible mais plus comme un second ou troisième. Il faut quand même avouer qu’il fait vraiment bien son boulot.

En résumé

Points positifs :

  • Hit monstrueux
  • Look industriel
  • Qualité d’assemblage malgré le système de joints
  • Rapport prix/plaisir
  • Résistance selon vos désirs (possibilités presque infinies)
  • Grosse contenance

Points négatifs :

  • demande une grande dextérité et une excellent vue
  • nécessité d’avoir du fil résistif en 0.20mm ou 0.25mm
  • résistance d’origine à jeter !
  • nécessité d’avoir un mod électro qui accepte les basses résistances ou un mécanique
  • poids élevé
  • vapeur froide (pour information)
  • mollette de réglage d’air à perfectionner (fonctionnement on/off point)
  • passage d’air trop fort et trop bruyant à mon goût

Fogger V2

29,90 EUR chez la boutique du Petit Vapoteur

1 Fogger V2 avec 1 drip tip 510 métal / Un lot de joints toriques de rechange (3 joints pour pyrex, 2 joints haut de cloche, 5 joints à positionner sur la mèche) / 3 brins de kanthal de diamètre 0.2 mm / 1 mèche hybride / 2 vis de pôle / 1 mini tournevis cruciforme

Le Fogger V2 en images

Name of Reviewed Item: Fogger V2 Rating Value: 4 Image: http://www.ma-cigarette.fr/wp-content/uploads/2014/01/fogger-v2-vue-generale.jpg Review Author:Review Date: