Vous êtes ici : Vaping Post » Opinion » 2019 sera une année charnière pour la vape

2019 sera une année charnière pour la vape

    Annonce

Que nous réserve 2019 ? Sans trop s’aventurer dans les territoires du pessimisme sombre, on peut dores et déjà prédire que cette année sera importante dans l’histoire de la vape, et pas qu’en bien. La pression augmente sur le marché, alors que l’accalmie législative européenne promet d’être de courte durée.

L’hiver arrive

2019 sera donc l’année où se finira Games of Thrones. Et si les personnages de cette série sont obsédés par la venue de l’hiver, au Vaping Post, nous gardons un œil sur la météo de la vape. Et, en 2019, ça va chauffer.

L’entrée dans le capital de Juul d’un opérateur du tabac est tout, sauf anodine. L’industrie cigarettière, malgré les obstacles placés sur le chemin de la vape, sent bien que le vent tourne. Ici, la société civile lutte, justement, pour le vapotage. Là, c’est en faveur de la légalisation du cannabis. Ailleurs, c’est encore autre chose, mais la conclusion est là : plus personne n’a envie de défendre Big Tobacco, et, pire selon eux, les jeunes considèrent la cigarette comme has been.

Un sévère camouflet pour ces entreprises multimilliardaires qui ont toujours su préparer l’avenir en contaminant très tôt les futurs consommateurs.

Et, dans sa conquête du marché du vapotage, l’industrie du tabac est à la peine. Certes, les chiffres sont colossaux, mais minuscules comparés au train de vie auquel s’étaient habitués les cigarettiers. Leur force de frappe financière est encore colossale, mais ne pourra éviter un effritement à moyen terme si la réaction n’est pas immédiate.

Il est fort probable que l‘industrie du tabac va observer de près l’entrée d’Altria dans Juul.

Même si il n’existe aucune autre entreprise de la vape qui arrive au niveau du pod américain, nul doute que Big Tobacco cherchera plus que jamais, à l’avenir, à acquérir des entreprises qui ont déjà réussi, stratégie plus aisée que de lancer un produit en partant de zéro. Sans doute, d’ailleurs, ces deux méthodes seront-elles utilisées en parallèle.

Tu ne sais rien, Jean Neige

Autre réseau dont il faudra tenir compte, les buralistes. Ils arrivent en force dans la vape, et même si leur crédibilité peut sembler moindre dans le domaine par rapport aux boutiques spécialisées, ils ont la force d’un réseau et une clientèle qui est moins préoccupée par les questions éthiques que le vapoteur engagé.

Il est probable que le nombre de buralistes va continuer de diminuer, avant d’arriver à une stabilisation. Mais les magasins à la carotte qui seront passés entre les gouttes seront devenus des acteurs majeurs de la vape, pour le meilleur… ou pour le pire, avec notamment l’accroissement du vapofumage.

Enfin, les opposants à la vape seront de plus en plus virulents au fur et à mesure que la pratique va s’accroître. Preuve en est ce tweet de l’idole américaine des anti-vape, Stanton Glantz, expliquant l’air de rien que la vape est dangereuse et qu’il vaut mieux fumer.

Quant à l’Europe… La Commission Européenne, naturellement hostile à la vape et vérolée par les lobbyistes, laisse passer les élections en faisant le gros dos, par peur des mouvements populistes. Mais une fois celles-ci passées, nul doute qu’une nouvelle TPD pointera le bout de son nez. On ne peut en attendre que du mauvais.

Bonne année quand même ?

Alors, l’année sera difficile, l’hiver arrive-t-il, délivrant sa cohorte de marcheurs blancs ? Elle sera, en tout cas, décisive sur un certain nombre de points. Mais tout n’est pas sombre : la vape a de son côté des militants convaincus, des politiques intelligents, des scientifiques rigoureux, des initiatives couronnées de succès qui sont autant de bons points à son palmarès.

Et plus que jamais, vous pourrez compter sur l’équipe du Vaping Post pour vous informer avec clarté et indépendance.

Bon réveillon, et meilleurs vœux à toutes et à tous.

Annonce