Vapoter n’est pas fumer, même à Malte où l’e-cigarette est pourtant considérée comme du tabac

La cathédrale St. Paul ici à Valletta.

La cathédrale St. Paul ici à Valletta.

Le quotidien Malta Today rapporte qu’une maltaise se serait vue adresser une contravention pour avoir enfreint la loi sur l’interdiction de fumer dans les espaces clos. L’amende dont le montant s’élève à 232,94 Euros fut remise par un officier de police dans le quartier de Paceville, célèbre pour ses bars et ses boîtes de nuit où se trouvent paradoxalement de nombreux distributeurs de cigarettes en libre service.

Mais l’objet de le contravention ne concerne pas une cigarette, mais bien une cigarette électronique. A Malte les cigarettes électroniques, qu’elles contiennent de la nicotine ou non, sont considérées comme des produits du tabac. Si les vendeurs sont pour le moment autorisés à en vendre, ces derniers sont en revanche contraints de ne pas en faire la publicité. Un statut légal encore flou qui peut créer comme nous l’avions rapporté en 2013, des situations ubuesques avec l’émergence d’un marché noir.

La contrevenante aurait obtenu gain de cause auprès du tribunal qu’elle avait préalablement saisi pour contester cette décision. La cour après avoir confirmé que cette personne ne fumait pas une cigarette mais “fumait bien une cigarette électronique” a confirmé le fait que la loi ne pouvait pas s’appliquer à ce type de pratique et l’a par conséquent relaxée de l’accusation faite à son encontre.

Malte évoque indirectement l’affaire de l’ancien commissaire européen en charge de la santé et des consommateurs, John Dalli, mouillé dans une possible affaire de traffic d’influence à l’époque où la TPD prenait ses premières formes. Ce dernier qui a toujours nié sa démission volontaire n’aurait pour le moment par réussi à se faire entendre.

Review Author:Review Date: