Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » Vapoter des drogues avec un vaporisateur personnel augmenterait-il les risques pour le consommateur ?

Vapoter des drogues avec un vaporisateur personnel augmenterait-il les risques pour le consommateur ?

Ce reportage, diffusé le 7 octobre dernier dans l’émission Télé matin sur France 2, nécessite une mise au point. Encore heureux qu’en début de reportage il est bien précisé que cette pratique reste marginale.

Possiblement… c’est de l’extrapolation.

Brigitte-Fanny Cohen, Chroniqueuse Télématin (Santé)

Brigitte-Fanny Cohen, Chroniqueuse Télématin (Santé)

Le Dr Karila qui connait bien les effets des drogues illicites se lance ici effectivement dans l’extrapolation. Selon lui, les effets du cannabis seraient amplifiés lorsqu’on le vapoterait par rapport à l’utilisation en joint (fumé, donc avec combustion, et en général associé à du tabac).

Il convient ici de rappeler que le vapotage est une vaporisation sans combustion, donc sans production de monoxyde de carbone ou de gaz oxydants (qui sont les facteurs de risque les plus importants pour le système cardiovasculaire), ni particules fines (facteurs de risque pour les maladies pulmonaires). Par ailleurs, le Dr Karila ne tient pas compte de la vitesse d’absorption au niveau pulmonaire, qui ont le sait (voir les études du Dr Farsalinos) est beaucoup plus faible que celle de la cigarette, et par extension du joint.

On se demande donc comment l’utilisation de cannabis dans un vaporisateur personnel pourrait être « possiblement » plus toxique. A mon avis, tout comme pour la cigarette, cette pratique peut être considérée au contraire comme une réduction des risques, couramment pratiquée dans le domaine des drogues illicites (substitution opiacée par exemple).

Le crack, la cocaïne et les amphétamines

Il est vrai que la cocaïne fumée (le crack est une cocaïne moins raffinée, donc moins chère, car elle doit être brûlée) est plus addictive et plus dangereuse que la cocaïne « sniffée », car son action est beaucoup plus rapide (l’inhalation est la voie d’absorption la plus rapide, elle est plus rapide qu’une intraveineuse).

Pour les utilisateurs de cocaïne « sniffée », il est effectivement probable que l’absorption de la substance soit plus rapide avec le vaporisateur personnel (quoique l’absorption par la muqueuse nasale, pour la cocaïne, est aussi très rapide, comme on le sait par les études faites avec le spray nasal de nicotine, plus rapide que les formes orales comme les gommes), et pour les utilisateurs d’amphétamines il n’y a pas photo puisqu’elles sont généralement ingérées.

Il est donc raisonnable de ne pas encourager ces pratiques. Par contre pour les utilisateurs de crack, l’utilisation du vaporisateur personnel me semble là encore relever de la réduction des risques puisque dans ce cas on élimine la combustion.

… et même pour la nicotine… chez les adolescents

Je trouve que les propos du Dr Karila sont ambigus : « et même pour la nicotine, chez les adolescent, il vaut mieux éviter d’initier son usage par la cigarette électronique ». Ces propos sont maladroits, car ils pourraient être interprétés par les jeunes qu’il vaut mieux commencer par la cigarette de tabac que par la cigarette électronique.

Si je suis d’accord que pour un adolescent il vaut mieux ne pas commencer à fumer ou à consommer de la nicotine, il convient de rappeler que l’immense majorité des utilisateurs de vaporisateur personnel chez les adolescents est le fait de jeunes qui fument déjà (voir les données de Paris sans tabac, ou mieux encore les données anglaises publiées par ASH).

L’utilisation chez les non-fumeurs est marginale. Mais en tout état de cause, si un adolescent a un risque potentiel de devenir fumeur (famille ou pairs fumeurs), il vaut mieux qu’il utilise un vaporisateur personnel avec de la nicotine, plutôt que de fumer une cigarette.

Une fois encore il s’agit de réduction des risques, non seulement sanitaires, mais aussi de création de dépendance, puisqu’il semble au vu des données des utilisateurs (études du Dr Etter ou du Dr Farsalinos) que la nicotine seule créé une dépendance plus faible que lorsqu’elle est fumée (dû à la présence d’autres substances de la fumée de tabac, comme les IMAO ou l’acétaldéhyde, qui renforcent la dépendance à la nicotine).

Review Author:Review Date:
  • Patricia

    Merci beaucoup pour ces précisions nécéssaires Mr Le Houezec.

    Il est dommage que ceci n’ait pas été entendu par les spectateurs de télématin.
    Le choix du sujet est en soi assez particulier, car avant de passer une information sur une pratique tout à fait marginale comme celle-ci, il aurait été plus judicieux à cette heure là de parler de l’interet de la vape en regard de la consommation de tabac…. Mais l’information n’était peut-etre pas ce qui a motivé cette rubrique.

  • Radagast Yontalama

    De l’information ? Que nenni…

    Télé Purin a osé lancer l’offensive sur ce sujet effectivement TRES marginal.
    Je n’y vois là qu’une nouvelle tactique politico-médiatique visant à dénigrer une fois de plus les vaporisateurs personnels au profit des grandes industries meurtrières.

    Mais jusqu’où notre gouvernement est-il prêt à aller dans sa lutte (Pro-tabac et Pro-Pharma) contre nos VPs ?? Jusqu’au moment où il pourra enfin sortir de son chapeau l’article 20 de la Directive Tabac comme LE moyen pour répondre à toutes ses infamies qu’il distille jour après jour sur la vape via les médias soumis aux pouvoirs politiques.
    Que doit-on faire :
    – Ne pas relayer cette information pour ne pas lui donner plus d’importance ?
    – Ou bien lutter et démonter point par point ces allégations ?

  • Tony Fiant

    Hum, sujet qui devait être abordé, tôt ou tard (déjà vu sur des sites en anglais il y a quelques mois avec les mms conclusions).
    Franchement, côté vape, cela ne nous concerne pas. Tout simplement.
    Côté image, encore un petit coup de canif…

  • Patricia

    Un petit coup de canif qui pourrait bien servir d’argument aux défenseurs de la cartouche scellée quand-même ça….

    On reconnaitra la cigalike, l’inhalateur de nicotine, le dispositif de réduction des risque au tabac chauffé etc … Bref, les produits BT !

    ça ne me fais pas rire….

    Ne soyons pas naïfs, eux savent pertinemment ce qu’ils préparent et où ils vont arriver.

  • lolomazerratti

    selon des recherches rapides sur le net, il n’est pas possible de vapoter du cannabis car on n’atteint jamais la température nécessaire pour que le THC devienne actif (nécessite combustion au minimum à 400 degrés).
    Sinon… ça se saurait 🙂 Ou laors, c’est qu’on aime le gout du gazon….
    (même s’il existe des vaporisateur idoines, ils ne fonctionnent pas comme un mod et cherchent plutôt à éliminer le tabac et les particules lourdes de la fumée de tabac). Mais je suis pas un spécialiste.
    J’ai rencontré un écrivain qui vaporisait du thé haut de gamme dans des trucs à cannabis (genre thé aux fleurs du tibet et autres mélanges qui sentent vraiment bon) pour ses nuits d’écriture… comme quoi…. 🙂

  • Randall

    Il me semble normal que les usages “marginaux” de la vape soient envisagés : il est moins acceptable de les mettre en avant pour stigmatiser un usage très positif pour la la santé publique en général et la santé des fumeurs en particuliers comme le fait Dr Karila, médecin hospitalier confronté aux seuls cas compliqués et/ou psychiatriques.

    Et il reste vraiment dommage que l’auteur s’arc-boute sur une prétendue dépendance “à la nicotine” alors qu’elle n’est avérée qu’en association avec du tabac.

    ** Sans tabac, pas de dépendance **

    Les observations sur les jeunes non fumeurs ayant expérimenté l’ecig convergent toutes pour nier la création de dépendance à la nicotine : les cas de vapotage continué sont anecdotiques.

    Pour ce qui concerne les études cliniques contrôlées, AUCUNE n’a jusqu’à présent mis en avant la réalité d’une dépendance à la nicotine seule. Et au contraire, il existe des études montrant que ce n’est pas le cas pour des non fumeurs. Cf. par ex. (il s’agissait alors de patchs à 15 mg sur des sujets âgés) :
    Nicotine treatment of mild cognitive impairment A 6-month double-blind pilot clinical trial, Neurology. Jan 10, 2012; 78(2): 91–101 :
    “No withdrawal symptoms were reported by subjects or informants nor were
    any subjects reported to be continuing to use nicotine after the study
    was completed.”

    Cher Jacques, citer Etter et Farsalinos comme autorités – ce qu’ils sont – ne suffit pas : aucune étude à ce jour n’a montré de dépendance à la consommation de nicotine pure chez l’homme. Tes propos sont scientifiquement non fondés, désolé.

  • Victor Listrat

    Je ne comprend pas comment on peut encore parler d’initiation à la nicotine chez les jeunes ou les non-fumeurs. Il faudrait faire une étude là dessus mais ça m’étonnerai beaucoup qu’un non-fumeur qui se met à la e-cig choisisse de prendre des liquides avec nicotine. C’est pas comme si le n0 était difficile à trouver.

  • Kitty la Famosa

    Pardon mais ce que dit Guest est erroné : Il est tout à fait possible de vaporiser du cannabis (et bien d’autres plantes) à plus ou moins 190 °C, soit une chaleur suffisante pour dégager tous les arômes de la plante sans contact direct avec la source de chaleur. Souvent prescrit dans le cadre médical. Rien est brulé, la plante respectée et la vapeur douce et pure. Filtrée à l’eau encore mieux !
    Et comme le joint par sa combustion détruit de ce fait une partie des principes actifs, il est donc normal que les effets soient plus intenses en vapotant !
    Et puis mélangé à un peu de menthe séchée, on se paye en plus le luxe d’avoir une bonne haleine ! 🙂

  • fabien

    Nous vendons et fournissons des produits chimiques de recherche de pureté et de haute qualité des deux grandes et de petites quantités dans le monde entier. Voici une liste des produits actuellement disponibles, nous avons en stock.

    méphédrone 4MMC
    MDPV
    méthylone (bk-MDMA)
    cristal mdma
    am-2201
    methradrone
    methoxetamine
    5-iai
    4-F
    mdma
    mdai
    mcat
    zz_ 1
    5fakb458
    5fur-144
    jwh-018-250
    kétamine

    Email: drugssurply@gmail.com
    Skype: blueprint.laboratory

    =============================

    Je vends des produits chimiques de recherche de haute pureté de qualité dans les deux petites et grandes quantités. Voici une liste de nos produits

    Méphédrone (4-MMC)
    Methylone (bk-MDMA)
    Bulytone (bk-MBDB)
    MDAI
    MDPV
    La poudre cristalline du chlorhydrate de kétamine
    MDPV
    champignons psilocybine
    phencyclidine
    LSD
    extase
    opium
    marijuana
    cocaïne
    méthamphétamine
    crack
    héroïne

    Email: drugssurply@gmail.com
    Skype: blueprint.laboratory

    =========================================

    Nous vendons et fournissons des produits chimiques de recherche de pureté de haute qualité et à la fois
    petites et grandes quantités dans le monde entier. Notre coût d’expédition et de livraison
    est de 100% des produits sûrs que nous avons en stock.

    Méphédrone (4MMC)
    méthédrone
    Cocaïne
    LSD
    MDPV
    MDMA
    A-PVP
    3 mmc
    kétamine
    2C-C
    2C-D
    2C-P
    Nembutal

    Email: drugssurply@gmail.com
    Skype: blueprint.laboratory

    ================================

    Nous vendons et fournissons des produits chimiques de recherche de pureté de haute qualité et à la fois
    grandes et de petites quantités, ci-dessous la liste complète pour vous de voir

    Cocaïne
    méphédrone
    4MMC
    MDMA
    MDPV
    Tout Série AM
    Tous JWH série
    Flephedrone
    méthédrone
    4-Fluoromethamphetamine
    A-pyrrolidinopropiop hénone
    butylone
    L’oxycodone,
    MDPV
    La testostérone
    JWH-073
    La méphédrone
    4-fluoroamphétamine
    Methylone
    butylone
    MDPV

    Email: drugssurply@gmail.com
    Skype: blueprint.laboratory

    =====================================

    produit chimique de recherche de qualité à vendre à des prix modérés.

    méphédrone
    Methylone
    MDAI
    kétamine
    Bulytone
    MDPV
    Cocaïne
    Herion
    LSD
    kétamine

    Email: drugssurply@gmail.com
    Skype: blueprint.laboratory

    =========================

    qualité et de recherche de haute pureté des produits chimiques dans les deux
    petites et grandes quantités dans le monde entier. Notre coût d’expédition et de livraison
    est 100% sûr et pratique. Nous sommes prêts à vendre des quantités minimales
    et les livraisons importantes dans le monde de notre produit.

    MDPV
    La méphédrone
    MDMA (ecstasy)
    mdai
    méthédrone
    Methylone
    cocaïne
    héroïne
    méthamphétamine
    Bulytone (BK-MBDB)
    Flephedrone
    Butylone (BK-MBDB)
    barbituriques
    méthadone
    Les benzodiazépines
    Amphétamines (speed)
    JHW-018
    Cannabis
    4-MTA
    LSD

    Email: drugssurply@gmail.com
    Skype: blueprint.laboratory

  • fabien

    Nous vendons et fournissons des produits chimiques de recherche de pureté et de haute qualité des deux grandes et de petites quantités dans le monde entier. Voici une liste des produits actuellement disponibles, nous avons en stock.

    méphédrone 4MMC
    MDPV
    méthylone (bk-MDMA)
    cristal mdma
    am-2201
    methradrone
    methoxetamine
    5-iai
    4-F
    mdma
    mdai
    mcat
    zz_ 1
    5fakb458
    5fur-144
    jwh-018-250
    kétamine

    Email: drugssurply@gmail.com
    Skype: blueprint.laboratory