Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » Une étudiante américaine reçoit des subventions pour comprendre l’effet de la vapeur d’une ecig sur des femmes enceintes

Une étudiante américaine reçoit des subventions pour comprendre l’effet de la vapeur d’une ecig sur des femmes enceintes

Sujet du jour : Testons la vapeur d'une ecig sur des femmes enceintes.

Sujet du jour : quel peut être l’effet de la vapeur d’une ecig sur des femmes enceintes ?

Un fond de recherche vient d’être accordé à une étudiante pour comprendre l’effet de la vapeur d’une e-cigarette sur des femmes enceintes.

C’est le journal de l’université Riverside en Californie (Etats-Unis) qui publie fièrement cette nouvelle sur son site UCR Today.

90 000 dollars est la somme offerte par le National Institutes of Health (NIH) pour donner à Rachel Behar, une étudiante de troisième année spécialisée en biologie cellulaire, les moyens de mener à bien ses petites recherches.

Je vais isoler les composés chimiques les plus toxiques compris dans les aérosols d’e-cigarettes et les tester sur des cellules embryonnaires -R. Behar

L’étudiante explique que depuis son plus jeune âge, elle a toujours été intéressée par le sevrage tabagique et les maladies liées au tabagisme. Une passion qu’elle peut enfin mener à un très haut niveau avec ce joli fond de recherche : “je vais isoler les composés chimiques les plus toxiques compris dans les aérosols d’e-cigarettes et les tester sur des cellules embryonnaires pour imiter leur exposition à des stades précoces du développement humain.”

“Une part significative des femmes enceintes est intéressée par ces produits comme alternative au tabac” explique Prue Talbot, la directrice du centre de recherche sur les cellules souches à l’université (UCR Stem Cell Center) afin de justifier l’intérêt de cette étude.

Cet article a été édité le 31 juillet à 15h41. Ma critique un peu sévère sur l’intérêt d’une telle recherche a été retiré.

Comme le souligne Steve K. (qui a déniché cette news), les cigarettes électroniques ont été bannies des campus universitaires en Californie, sous l’impulsion du professeur Glantz qui ne voit pas l’ecig d’un très bon oeil. Par conséquent la question de l’exploitation des résultats à des fins de propagande peut éventuellement être posée.

Sources :
Next Generation Researchers – Friend or Foe? – Steve K. : http://www.stevevape.com/next-generation-researchers-friend-or-foe/
Graduate Student Awarded NIH Fellowship to Study Electronic Cigarettes- UCR Today : http://ucrtoday.ucr.edu/16653

Review Author:Review Date:
  • Freetabac

    Une telle étude n’est pas inutile. Cela permettra de lever le voile sur les incertitudes relatives à la cigarette électronique. Il n’y a eu que trop de supposition jusqu’ici

  • Premiergaou

    Le but théorique de cette étude est très honorable, mais je pense que c’est un peu du vent… En effet, le financement de 90.000$ est sur 3 ans, jusqu’à la fin de sa scolarité, pour couvrir ses frais de recherche mais aussi ses frais de scolarité et son salaire… Le financement de 90.000$ se transforme donc en environ 15.000 euro/an pour la recherche, connaissant le milieu cela équivaut à un beau stage. Donc voilà, c’est juste une stagiaire qui va étudier la nocivité de certains aérosols directement sur des cellules souches embryonnaires humaines (et pourquoi pas un modèle souris pour commencer ? de plus, si tu mets de l’eau sur des cellules, elles explosent (choc osmotique), est ce que l’eau est toxique ? non! c’est juste des conditions non-physiologiques, tout comme mettre des aérosols sur des cellules souches humaines). Le NIH veut faire croire qu’il s’intéresse au sujet, mais si c’était le cas, il aurait consacré plus de financement, à quelqu’un de plus compétent… C’est un peu dur ce que je dis, mais au niveau de la recherche, c’est plus un coup de pub à mon avis (étudiant+cellules souches+ecig=grosse pub!)

    • Effectivement vu sous cet angle les choses paraissent bien différentes. Merci pour ce commentaire.