Umberto Veronesi : « moins de tabac, moins de cancer »

Dans une interview pour le site web italien Sigmagazine.it, le cancérologue et homme politique italien Umberto Veronesi revient sur les raisons qui l’ont poussé à intégrer le comité scientifique international pour la cigarette électronique.

Le geste : seule similitude entre l’e-cig et la cigarette de tabac

Umberto-VeronesiUmberto Veronesi n’assimile en aucun cas le vaporisateur personnel aux cigarettes conventionnelles. La seule similitude entre la cigarette électronique et la cigarette de tabac réside dans la gestuelle. Il  rappelle que l’e-cig ne génère pas de combustion, ni de particules cancérigènes.

Umberto Veronesi est un combattant du cancer pragmatique. Il se félicité de l’envolée récente du nombre de vapoteurs italiens, qui sont aujourd’hui au nombre de 2,3 millions. Pour lui, l’équation est simple « moins de tabac, moins de cancer. »

Ce comité piloté par le professeur Riccardo Polosa vise à promouvoir la recherche scientifique et à informer la population italienne. Il a aussi le pouvoir de prendre des décisions de santé publique.

riccardo-polosa (2)

Riccardo Polosa, professeur à l’Université de Catane, pilote le le comité scientifique international pour la cigarette électronique italien.

Dans l’interview, Umberto Veronesi, également directeur scientifique émérite de l’Institut Européen d’Oncologie, évoque ECLAT, une étude scientifique menée par le professeur Riccardo Polosa en 2013, qui l’a particulièrement marqué. Celle-ci démontre que la cigarette électronique est un instrument de sevrage plus efficace que toutes les autres méthodes connues.

Parmi 300 fumeurs qui n’avaient pas manifesté l’envie de se sevrer, le chercheur transalpin a constaté que près de 9% d’entre eux avaient arrêté la cigarette et un peu plus de 10% avait réduit au moins par 2 leur consommation de cigarettes.

Malgré tout, Veronesi estime peu probable que des recherches publiques soient financées pour comprendre davantage les conséquences de l’utilisation de la cigarette électronique en Italie, où elle est encore largement stigmatisée.