Test : Top Evod kit – Kangertech

Le kit Top Evod est le produit « premier prix » de la gamme du mastodonte chinois KangerTech. Commercialisé en France dans les prochaines semaines, c’est un setup destiné aux fumeurs, qui veulent s’essayer à la cigarette électronique, proposé à un prix imbattable. Est-ce que le Top Evod se révèle être à la hauteur de l’enjeu ? Réponse maintenant.

Encombrement mini, performances aussi

CoffretSoyons clair, ce kit est minimal. Dans la boite cartonnée aux couleurs rouge et noir de Kanger, on trouve la batterie de l’Evod de 650 mAh, le top tank (réservoir à remplissage par le haut), une résistance VOCC-T de 1,5 Ohms et le chargeur USB.

piècesPas de réservoir de rechange, ni de résistance supplémentaire. On est vraiment au minimum de ce que peut offrir un kit de démarrage. Je ne me prononcerai pas sur le mode d’emploi, il n’était pas à l’intérieur du kit proposé en test.

Revue technique

Note : Le produit utilisé pour cette revue est considéré comme étant un prototype avant mise en marché. Il pourrait ainsi faire l’objet de modifications de la part du fabricant.

Les caractéristiques essentielles sont les suivantes :

  • Batterie non-variable d’une capacité de 650 mAh
  • Une résistance de 1,5 ohms dotées de coton biologique
  • Capacité du réservoir : 1,7 ml
  • Connexion : eGo/510
  • Un bouton rond agrémenté d’un éclairage led (on et off par 5 pressions rapides)
  • Protection contre l’inversion de polarité et contre les courts-circuits
  • Recharge par câble micro-USB fourni
  • Affichage batterie en charge par une led multi couleur
  • Quatre coloris disponibles (noir, blanc, rouge et argent)
  • Un mode d’emploi en anglais
  • Diamètre : 14 mm
  • Poids : 109 g
  • Longueur : 16 cm

Un remplissage par le haut

Top fillLa principale nouveauté de ce kit par rapport à l’ancien kit Evod se situe dans le tank. Petit indice, il s’appelle désormais “Top Evod”, c’est donc un tank à remplissage par le haut, toujours un plus dans la facilité d’utilisation.

On dévisse le top cap et on remplit avec la pipette. Pas trop large la pipette, le tank est très fin (14 mm). A ce stade, ne faites pas comme moi qui ai vapé après seulement 2 minutes d’attente, résultat pas de dry hit, mais quasiment aucune vapeur.

Qualité de vape surannée

Il faut bien attendre 15 minutes, le temps que le coton de la résistance s’imbibe bien pour que la résistance délivrance son potentiel maximum de vapeur. Une fois que ce laps de temps est écoulé, la batterie étant livrée chargée, il n’y a qu’à cliquer cinq fois sur le bouton rouge de la batterie pour l’allumer et vaper.

TankAyant récemment testé, l’Endura T18 d’Innokin, un concurrent direct, quoique légèrement plus cher mais très bien conçu, le volume de vapeur m’a déçu. C’est vraiment léger.

Le “huge vapor” vanté par Kanger n’est clairement pas au rendez-vous. La batterie envoie 3,7 volts sur la nouvelle résistance VOCC-T de Kanger de 1,5 ohms, ce qui donne une puissance de 9,12 watts, et ça ne fait pas de miracle.

Il faut donc aspirer longtemps, tout doucement, à plusieurs reprises pour dégager un volume satisfaisant. Une fois que la vapeur est là, le rendu de saveur est honnête.

SetupAutre problème, comme il faut s’y prendre à plusieurs reprises, le tank et le drip-tip en métal chauffent rapidement. On peut aussi avoir de petites remontées de liquides, ce qui n’est jamais agréable.

L’airflow non-réglable est constitué de trois trous d’un millimètre de diamètre, mais il procure une vape serrée agréable, adaptée à la résistance.

En conséquence du faible volume de vapeur, le petit volume du réservoir (1,7 ml) n’est pas un handicap, l’autonomie est très bonne, un vrai chameau. De son côté, la batterie offre également une autonomie correcte, même surprenante pour ses 650 mAh.

chargeurLa batterie se recharge par le chargeur USB qui se connecte, soit à une prise murale, soit à un ordinateur. Pas de fonction pass-through, il faut dévisser le réservoir de la batterie et y visser le chargeur.

La finition des pas de vis n’est pas bonne, si le réservoir n’est pas vissé à fond, il reste très branlant. Autre détail, quand on agite le setup, le bouton cliquette.

Question prix, le Top Evod est proposé entre 15 et 20 dollars sur les sites chinois et américains. La date de sortie n’est pas encore définie mais on peut s’attendre à le retrouver en boutique française aux alentours des 25 euros dans les prochaines semaines.

En résumé

Points positifs :

  • Design sobre
  • Simplicité
  • Prix
  • Remplissage par le haut
  • Pas de fuites

Points négatifs :

  • Faible volume de vapeur
  • Finition décevante
  • Puissance non-variable
  • Airflow non-réglable
  • Pas de fonction pass-through
  • Pas de pièces de rechange
  • Drip-tip propriétaire

Conclusion

Note de 2/5. Le kit Top Evod que j’ai testé ne tient pas ses promesses, à savoir procurer un plaisir de vape capable de faire basculer un fumeur dans le monde de la vape. Le volume de vapeur n’est pas satisfaisant et rappelle les modèles sortis il y a trois-quatre ans. Alors oui, ces modèles ont été efficaces pour certains à l’époque, mais aujourd’hui, il existe des modèles analogues, certes un peu plus chers, mais nettement au-dessus en terme de qualité de vape, de confort d’utilisation et de finition.

Ce kit peut intéresser des primo-vapoteurs curieux de tester le vaporisateur personnel, mais il risque de ne pas les convaincre de l’efficacité de la vape. Sa principale qualité, c’est son prix, son problème, c’est qu’il ne fait pas de miracle.


Matériel aimablement fourni par Joshnoa & co
Review Author:Review Date: