Test : Vapor Giant Mini V4 – Niko Vapor

Le Vapor Giant semble perdre un peu de son identité et de ses atouts principaux avec cette version 4 qui n’apporte pas grand-chose à ce qui existe déjà par ailleurs.

Mini… “à l’autrichienne”

J’ai eu le plaisir de tester la marque autrichienne notamment la version 3 de ce Vapor Giant mini.

Mini “à l’autrichienne”, car en comparaison des autres mastodontes de la marque, il n’a pas grand chose de mini.  Cet atomiseur reste dans les dimensions classiques des reconstructibles supérieurs.

Pour mémoire, Vapor Giant est fabriqué par Niko Vapor, un moddeur autrichien qui s’est fortement inspiré du Taifun pour la mécanique intérieure et c’est pourquoi je le compare à l’un de mes atomiseurs préférés, j’ai nommé le Taifun GT3 à qui j’ai attribué récemment un 5/5. L’intérêt de Vapor Giant est son tarif, qui le positionne en intermédiaire entre les hauts de gamme à 120/140 euros et les atomiseurs classiques à 40/50 euros et au regard de sa finition c’est assez remarquable.

Mais ce qui faisait la raison d’être du Vapor Giant V3 par rapport au Taifun disparait malheureusement avec cette version 4. Elle échoue là où la précédente parvenait à se différencier du GT 2 avec brio tout en restant plus accessible financièrement. On avait alors deux produits bien identifiés qui se distinguaient facilement.

J’ai donc en main cet atomiseur fabriqué par Vapor Giant en acier inoxydable avec une finition et un look des plus réussis. Il est d’ailleurs plus séduisant que le Taifun GT 2, mais cette bonne impression ne restera qu’esthétique.

Cette version 4 propose donc pour environ 100 euros (10 de plus que la version 3) un atomiseur au design remarquable et à la finition toujours aboutie mais qui, selon moi, ne marquera pas les esprits. Cette version 4 manque sa cible et perd son identité de déménageur robuste en voulant trop copier le GT 3 sans jamais y parvenir véritablement. Cela m’a d’ailleurs rendu un peu triste.

Revue technique

  • Taille (avec le drip tip) : 61 mm
  • Taille (sans le drip tip) : 51,2 mm plus court que la V3
  • Diamètre : 23 mm
  • Poids : 77 g plus léger que la V3
  • Connectique : 510 via une vis réglable
  • Drip tip : type 510 en Delrin gros diamètre
  • Capacité : 4,5 ml (1 ml de moins que la V3)
  • Matière : acier inoxydable 1.4301 et finition brillante
  • Réservoir : Pyrex / inox et tank PMMA en option
  • Résistance : plutôt mono coil mais gros diamètre possible
  • Airflow réglable : 3 ouvertures non équidistantes
  • Un sachet (contenant vis et joint de remplacement).

 

Finition  excellente, montage facile, remplissage par le haut mais une collection de petits riens qui finissent par décevoir

La finition est excellente, le montage facile, le remplissage par le haut mais le Vapor Giant V4 mini souffre d’une collection de petits défauts qui à force attriste pour un ato de ce calibre.

Le look est très réussi, plus discutable son drip tip en Delrin est très large. Mais sous son air de faiseur de gros clouds, il n’en a pas le coffre. Ceci dit, entre nous ce n’est pas plus mal, ce n’est pas ma quête de vape mais, tout de même il faut s’habituer à pareil téton. Il faudrait aussi pouvoir monter des double coils pour avoir l’utilité d’un tel diamètre d’airflow.

Le design des fenêtres du tank est totalement repensé pour une bien meilleure visibilité sur le niveau de e-liquide que sur la V3. C’est clairement mieux, attention toutefois, cette configuration lui donne une grande fragilité aux chocs latéraux et comme il n’y a qu’un seul tank dans le coffret il va falloir être prudent. C’est une partie de son identité qui lui échappe ici : il perd ici la grande robustesse de ses aînés.

Un tank PMMA en option lui rend son identité avec en prime une meilleure visibilité. Pour tout vous dire, j’ai délaissé le tank Pyrex pour conserver celui-là qui ne gâche rien au look et le rend incassable. Mais la raison essentielle est ailleurs et je vous l’avouerai plus bas. Niko Vapor serait bien inspiré de laisser le choix du tank à l’achat s’ils ne peuvent pas fournir les deux dans l’offre de base.

Pour finir sur les impressions générales, il faut observer la bague entre les airflows et le tank. Cette bague faiblement crantée est pourvue d’un système qui lui permet de continuer à tourner même quand l’atomiseur est vissé à fond. En effet contrairement au GT 3, où c’est via le drip tip que l’on ferme ou ouvre les entrées de liquide, ici pour le Vapor Giant V4 c’est en tournant le tank que l’on ferme ou ouvre ces entrées.

Sur le papier, l’idée est meilleure, mais à l’usage, j’ai constaté qu’à force de tourner le tank pour ouvrir et fermer les entrées de liquide à chaque remplissage, le tank est vissé de plus en plus fort sur sa box son tube. À la longue, et comme le système est plutôt dur, l’atomiseur est serré à fond et donc difficile à dévisser.

Pire, si vous ne faites pas attention à la position de votre main en tournant l’atomiseur, vous verrouillez aussi le top cap sur le tank qui, à son tour, devient très difficile à dévisser pour le remplissage. C’était bien sur le papier mais hasardeux à l’usage. J’ai dû utiliser une pince pour débloquer mon top cap.

Lors de mon premier remplissage au lieu de dévisser le top cap, j’ai dévissé la partie juste en dessous, celle qui solidarise le tank Pyrex sur l’acier… Je me suis retrouvé avec tout le e-liquide sur le bureau… Le système d’ouverture de liquide passe par une adaptation et une modification de vos gestes.

Ainsi à l’usage, j’ai pu constater que le tank PMMA vient s’adapter pile-poil aux fenêtres de e-liquide en position ouverte lorsqu’il est vissé à fond. Vous n’avez alors qu’à le dévisser un peu pour fermer ces entrées de liquide et procéder au remplissage.

Les matériaux utilisés sont de très bonne qualité, et le fabriquant annonce l’usage d’un acier 1.4301 comme étant alimentaire. 

Un super look mais une conception qui ne tient pas ses promesses à l’usage, particulièrement la facilité du remplissage par le haut

Les précautions d’usage sont de mise pour éviter l’énervement que l’on a tous connu face à un reconstructible récalcitrant.

Résistance simple à poser, plateau assez large mais une arrivée de liquide erratique

Le plateau est assez large pour ne pas trop contraindre le choix du diamètre de fil et de coil, mais l’arrivée de liquide irrégulière nécessite un cotonnage délicat et précis.

La version 3 était simple, une fiabilité à toute épreuve et un montage qui pardonnait vos petites erreurs. La version 4 est plus capricieuse et nécessite une vraie réflexion.

Le diamètre de la cheminée de base et le drip tip ultra large, peut légitimement laisser penser que cet atomiseur va permettre une grande latitude de choix de résistances et que l’on va pouvoir l’utiliser sans souci avec une résistance basse grâce à un airflow assez aérien quand il est ouvert à fond. Et bien non ! Si tout est dimensionné pour faire de cette V4 un ato généreux, l’alimentation en e-liquide n’est pas du tout optimisée pour permettre un fonctionnement serein sans dry hit. Même ouvert à fond, le liquide ne remonte pas correctement ou pas assez rapidement vers le coton et ce n’est pas faute d’avoir essayé plusieurs montages et plusieurs cotonnages.

L’espace entre le tank et la cloche est trop restreint et le système de petites gorges comme sur le GT 3 est ici plus inutile qu’autre chose. Les arrivées de liquide sont à mon avis trop hautes par rapport à la base de l’atomiseur.

Si l’arrivée de liquide du GT 3 est parfois trop généreuse, celle du Vapor Giant V4 est à l’inverse trop restreinte et malheureusement on ne peut pas corriger le problème autrement qu’en utilisant une résistance plus élevée et un cotonnage léger, non tassé dans les gorges.

J’ai opté pour le tank PMMA qui laisse un espace plus grand entre le tank et la cloche permettant donc une meilleure arrivée de liquide vers les entrées. J’ai trouvé une solution de rechange qui certes fonctionne pas mal avec une résistance à 0,7 ohm. Mais il faut avouer que l’on est très loin de la géniale versatilité du GT 3.

Enfin pour conclure cette quête du meilleur coil pour cet atomiseur, il vous faudra penser à décoller le coil de l’arrivée d’air de la base afin d’éviter les dry hit. Avec cette technique je n’ai plus rencontré de souci de dry hit mais avouons aussi que j’ai limité mes coils entre 0,5 et 0,7 ohm.

On a alors un ato trop aérien par rapport aux valeurs de résistances qui permettent au liquide d’arriver suffisamment vite. Pour faire simple, cette V4 est sous-alimentée si vous la poussez trop ! Dommage.

Après le passage au tank PMMA, une solution de secours est proposée avec la présence d’un réducteur d’air de la cheminée intérieure

Pour répondre à notre problématique précédente de cette version 4 devenue trop aérienne, Vapor Giant et Pipeline proposent un pin de remplacement qui vient réduire l’entrée d’air dans la base de l’atomiseur.

C’est effectivement nettement plus serré à l’usage mais alors cela transforme votre atomiseur au point de devenir plus serré qu’un FeV V3 par exemple. Il perd là une partie de ses atouts de départ. Si la vape proposée avec toutes ces modifications est largement acceptable, il existe bien mieux dans le genre en guise de restitution des goûts et plus simple à l’usage, j’ai nommé le Flash e-Vapor.

J’en reviens donc à ma déception de départ : cet atomiseur, très bien construit par ailleurs, semble proposer une vape aérienne et subohm mais sans offrir la contrepartie, une alimentation en liquide nécessaire à cette vape.

Ainsi on se retrouve à devoir changer le tank et le diamètre de la cheminée d’airflow intérieure. Ça fait beaucoup pour un seul atomiseur. Vous en convenez non ?

On a très vite fait de regarder du côté de son mentor le GT 3. Il est certes plus cher, mais il est aussi largement plus simple à l’usage et c’est la raison essentielle pour laquelle je pense que ce Vapor Giant mini V4 a perdu sa raison d’être.

Un remplissage par le haut largement facilité par rapport à la V3 sous réserve d’avoir pris garde au vissage de l’atomiseur et à l’ouverture des entrées de liquide

Après avoir bien vérifié que les deux fenêtres de liquides sont fermées, vous pouvez dévisser le top cap pour accéder aux deux orifices vous permettant de remplir vos 4.5 ml de liquide. C’est simple sur le papier mais pas aussi pratique que sur le GT 3.

Si vous avez serré fort votre atomiseur pour ouvrir les arrivées de liquide, il se peut que vous ayez, sans prendre garde, vissé très fort le top cap sur son tank qui devient alors indévissable. Dommage pour le remplissage et agaçant.

Prenez garde à ne pas toucher le top cap après chaque remplissage et à chaque ouverture des fenêtres d’arrivée de liquide, il restera ainsi manipulable sans problème.

Un airflow avec trois ouvertures réglables améliorées et plus simples à manipuler que sur la version précédente

L’airflow est assez réussi , il n’est pas trop bruyant et assez facile à régler. Outre le changement possible de la taille de l’entrée d’airflow pour l’adapter à votre style de vape, cette version 4 du Vapor Giant Mini est initialement relativement aérienne mais comme dit précédemment, sans  une alimentation en liquide adaptée. La restitution des saveurs n’est pas au rendez-vous notamment par rapport au GTIII que je trouve là encore bien meilleur. 

Pour finir, je n’ai constaté aucune fuite à l’usage durant mes trois petites semaines de test.

En résumé

Points positifs :

  • Etanchéité parfaite y compris avec le tank PMMA
  • Montage coil simple et classique
  • Excellente finition et matériaux de fabrication de grande qualité
  • Visualisation facile du restant de liquide
  • Design réussi
  • 23 mm et poids raisonnable

Points négatifs :

  • Alimentation en liquide trop réduite
  • Cotonnage délicat et peu intuitif
  • Airflow trop aérien par rapport à l’alimentation de liquide disponible
  • Tank en Pyrex peu protégé
  • Serrage et desserrage problématique pour l’ouverture des arrivées de liquide
  • Atomiseur nécessitant une certaine expertise et compréhension des flux (air, liquide)
  • Qualité gustative en retrait
  • Drip tip excessivement large par rapport à l’usage offert

Conclusion

Note de 3/5. Cette version 4 du fameux Vapor Giant Mini n’est pas à la hauteur de mes espérances et des précédents. Quitte à investir plus, autant se tourner vers le Taifun GT 3 plus facile à l’usage, plus performant à l’attaque et plus goûteux à la réception. Au-delà de ces considérations le design de cet atomiseur est une vraie réussite.

Le Vapor Giant Mini v4 en images