Systèmes de remplissage sans fuites : Aperçu des travaux en cours à la Commission européenne

Dans le cadre de la directive sur les produits du tabac, la Commission européenne doit établir les standards techniques garantissant un remplissage sans fuites des réservoirs de cigarettes électroniques. Un document de travail publié par la société Nerudia permet de se faire une idée assez précise de ce prochain point de la nouvelle réglementation.

La Commission pourrait proposer deux solutions

remplissage-sans-fuite

Certaines caractéristiques techniques de la Directive européenne concernant les produits de la vape sont toujours en cours d’élaboration au sein de la Commission européenne.

La directive tabac européenne a posé l’obligation d’un mécanisme de remplissage des réservoirs de cigarettes électroniques sans fuite. En effet, “en raison de la toxicité des e-liquides nicotinés”, les rédacteurs de la directive ont jugé “approprié” d’assurer que “la façon de remplir les réservoirs minimise les risques de contacts cutanés ou d’ingestion”.

C’est à la Commission qu’il incombe le soin d’établir les standards techniques pour parvenir à cet objectif.

En l’état actuel des travaux, le projet de texte pourrait prévoir (.docx) que les clearomiseurs et les flacons de recharge respectent l’une des deux exigences suivantes afin de pouvoir être commercialisés sur le territoire de l’Union européenne.

  1. Première solution : les flacons doivent  posséder une buse non détachable d’au moins 1 cm de long, plus étroite que l’orifice de remplissage du réservoir pour pouvoir y être introduite confortablement. Le débit d’écoulement du e-liquide ne doit pas dépasser 20 gouttes par minute lorsque le flacon est placé verticalement ;
  2. Deuxième solution : le remplissage fonctionne au moyen d’un système d’ancrage du flacon au clearomiseur qui ne permet l’écoulement du liquide  que lorsqu’ils sont connectés.

Enfin, des instructions de remplissage, incluant des illustrations graphiques, doivent être fournies aux consommateurs. La largeur de la buse ou de l’orifice du clearomiseur doit être mentionnée pour permettre aux consommateurs d’identifier la compatibilité entre les flacons de recharge et les réservoirs utilisés.

Graphique tiré de la norme AFNOR XP D90-300-2 (E-liquides)

Graphique tiré de la norme AFNOR XP D90-300-2 (E-liquides)

La première solution pourrait être largement inspirée des normes issues des travaux menés en France au sein de l’AFNOR, comme par exemple l’indication du diamètre de la buse d’écoulement ou encore le débit maximum de 20 gouttes par minute.

  • patman

    “en raison de la toxicité des e-liquides nicotinés” Nous, on va trouver un système pour se protéger de leurs conneries !

    • Titan

      Ce que je ne pige pas et je suis sérieux, c’est une vraie question: Quid des patchs nicotinés en contact 24/24 avec la peau et dont certains sont dosés à 24mg …?
      Et dans cet esprit, comment peut-on donner autant de crédit à des dirigeants au plus haut niveau qui verrouillent un système qui, au pire des cas, ne mettrait que quelques secondes un liquide dosé max à 18mg en contact avec la peau? En sachant de plus que les vapers à 18 mg ne sont pas légion et que ce genre de chose ne pourrait se produire que ponctuellement et pendant très peu de temps …
      Si l’incrédulité ébahie était source d’énergie, j’éclairerais tout Paris avec!
      Ça pue le foutage de gueule taille adulte, ça !

      • Jean Francois Surbier

        Peu être parce qu’il y a plus de 18mg de nicotine dans un flacon de liquide. C’est pas 18mg par flacon mais 18 pour 1ml non?

        • Falken Vape

          C’est pas faux, mais il y a plus de 24mg dans un patch à 24mg (environ 100mg de mémoire), comme avec les clopes on ne fait pas la différence entre ce qu’il y a dedans et ce qui est ingéré (~10% pour les clopes, ~20% pour les patchs, ~20% pour ce qui s’avale) ni entre ce qu’on ingère en 1h et en 24h (ce qui se fume va plus vite -secondes/minute- que ce qui se vape -minutes- qui va beaucoup plus vite que ce qui s’ingère -minutes/heure- qui va plus vite que ce qui se touche -heures-).

  • “en raison de la toxicité des e-liquides nicotinés” Je veut bien, mais commençons par le début… Quelle étude fiable l’a prouvée, cette toxicité des e-liquides ? Donc plutôt que chercher à contourner la chose, pourquoi ne pas attaquer directement la cause de ces Lois ?
    En effet le DL50 est basé sur des approximations d’un autre temps, et une étude Britannique semble dire qu’il ne serait en fait nécessaire de poser le symbole de danger qu’a partir de 20mg/ml, si je me souvient bien… si Jacques passe dans le coin, pour confirmer, ou pas ^^

    • Chris Topher

      Ce n’est un secret pour personne que la nicotine à (très) haute dose peut mener à une intoxication voir être létale. En revanche à dose faible/moyenne, soit fumage/vapotage normal voir même excessif, il n’y aucun risque à part l’addiction. Ils parlent d’une toxicité dans le cas d’ingestion direct d’e-liquid nicotiné.