Smokio

Quand j’ai reçu le coffret de la cigarette électronique connectée Smokio j’ai décidé de ne pas faire ce test moi même pour la simple et bonne raison que je ne suis plus la cible de ce genre de produit, et je pense que Denis avec ses dizaines de Mods et son sens critique affuté l’est encore moins. Au lieu de mettre l’objet dans un tiroir j’ai décidé de l’offrir à un ami, et pas n’importe lequel.

Nils est informaticien, il programme des jeux vidéos pour sa société basée à Malte (Puzzl) et fume du tabac tous les jours comme 14 millions d’autres français. Intéressé par l’ecig mais pas encore vapoteur, geek dans l’âme, il a accepté mon cadeau et la nécessité de revue qui allait avec. Voici son expérience.

Smokio, une ecig connectée

La semaine dernière, Ghyslain n’est pas venu à Malte les mains vides : il m’a apporté le nouveau Smokio, dans sa belle boîte.

J’en avais déja entendu parler : une e-cig qui se connecte en Bluetooth à votre smartphone ou tablette, et qui traque votre consommation. Je trouvais l’idée amusante à l’époque. “Il y a une e-cig pour ça !” comme dirait l’autre. Et bien, me voilà en face de la bête. Chose que je n’aurai pas imaginé de si tôt, merci Ghyslain.

Le Smokio se vend en France notamment dans les magasins Fnac au prix de €89,90 TTC mais aussi sur certaines boutiques en ligne, comme celle de Smoke-safe.fr d’où elle provient.
Il est disponible en 2 coloris, métallique ou noir.
Une e-cig vendue à la Fnac ? Intéressant.
Ah, il faut que je la teste cette semaine en plus ? C’est parti.

Packaging

1

Niveau packaging, cela m’impressionne assez. C’est bien foutu. C’est écrit en 5 langues, dont le Français.

A première vue, c’est compatible iOS, et Android. Avec Bluetooth.
Le logo Smokio est séparé en deux. Smok, ça évoque direct, et IO, en bon geek que je suis, ben ça veut dire Input/Output : connectivité. Ils ont même poussé le vice à prendre le nom de domaine internet smok.io (qui redirige vers smokio.com, j’ai vérifié). Les malins.

2De ce que cela dit au dos de la boîte, on peut controller la e-cig du smartphone/tablette. Bien.
Je note quand même le pictogramme du coeur répété sur tout le packaging. Ca me dérange un peu cette association e-cig / santé. Il est indiqué nulle part que ce produit s’adresse à des fumeurs pour réduire les risques de leur tabagisme.

En plus, l’oeil est amené vers le pictogramme du coeur affiché sur l’écran de l’iPhone avec l’e-cigarette pointée vers l’iPhone qui affiche le coeur. Technique marketing classique du forcing du chemin inconscient du regard. Mes warnings s’allument en veille doucement.
C’est confirmé au dos de la boîte: picto stats, picto dollars, picto santé, la sainte trinité. Hmm.

3Par contre bon point: la mention “Made in France” ; mais je sens l’astuce du “Designed in California, made in China” : c’est du “Designed in France” ça, pas du “Made in France” ! Je vais sur le lien “about us” sur leur site web – décidément très Anglais – pour vérifier. Et voilà: 4 personnes dans l’équipe affichée, la 3ème habite à Guangzhou, Chine. Et c’est l’ingénieur électronicien qui monte des start-ups depuis un bout de temps.
Tout est dit. Donc, pas vraiment “Made in France” hein. Les malins.

Contenu

4J’ouvre la boîte. Des instructions picto claires sur la gauche. En dessous des instructions l’on trouve deux petites boîtes, avec le chargeur et une fiole de liquide. A droite se trouve le Smokio.

Nous avons droit à deux clearomizers, et une longue batterie. Ca respire du solide, ca brille. Me voilà avec un nouveau sabre laser. J’assemble : effectivement, c’est grand. Mais assez léger. Je sors des e-cigs du moment pour une comparaison. Oui, le Smokio est grand, plus grand que l’EvoD. J’ai donc hérité du modèle noir.

6J’ouvre la boîte du liquide: surprise ! Un liquide au menthol, sans nicotine. Je me demandais comment le Smokio pouvait se vendre dans les magasins Fnac. Pas de nicotine, donc.
J’ouvre la boite du chargeur : décu. Il n’y a pas de chargeur qui se raccorde à une prise murale, c’est juste un cable USB vers la batterie. Ce n’est pas grave, j’ai mes 30 chargeurs de téléphones et tablettes. Enfin tout de même, je voulais passer à 31.

10Je teste la batterie. De jolies couleurs sur la led d’activité. Je démonte le clearo : du classique interchangeable. C’est plutôt très bien.
Bon, ou est le manuel ? Ah c’est vrai ! Caché en dessous des boîtes. Le manuel est en 5 langues. Facile.
Je mets la batterie à charger sur mon chargeur de téléphone. La batterie refuse de charger. Qu’à cela ne tienne : une batterie de secours portable Duracell fera l’affaire ; on est un geek ou on ne l’est pas.
La batterie charge. Je charge du liquide dans le clearo.

Vous avez dit “Smart, Bluetooth Smart”?

15La batterie est chargée maintenant. Il est temps de télécharger l’application gratuite Smokio.
Un tour sur le site web de Smokio. Il est marqué ‘compatibilité avec Nexus 7’. Ok, j’ai ça !
Je sors mon Nexus 7, je lance le store Android, je tappe ‘smokio’ dans la recherche, et là, pas de résultat.
Zéro. Comment, me dis-je, ce fait-il de quoi ? ‘Smokio ecig’, ‘smokio ecigarette’, rien.

Retour case site web de Smokio, ils doivent bien avoir l’application en téléchargement direct sur leur site pour Android tout de même ?
Il n’en est rien, j’ai retourné le site. Bon. Plan B.
Je vais sur le site web Google Store au lieu de l’application native. L’application est bien là.
Mais surprise de nouveau : le site Google Store refuse de me laisser télécharger l’application, sous prétexte que mon appareil Nexus 7 n’est pas compatible.

26Plan B du plan B, je force la main au Google Store et récupère l’application “.apk” par des moyens détournés. Je transfère l’application à la main sur le Nexus 7, installe et lance l’application, et stupeur et vapote électrique, l’appareil me soutient “appareil non compatible au revoir” et ferme l’application illico.

Gné ? Il est pourtant bien dit que mon Nexus 7 est compatible, hein ?

Et bien oui et non. Il existe deux modèles de Nexus 7 : le premier modèle, et le deuxième modèle nouveau qu’il faut acheter car vous avez l’ancien d’il y a 6 mois. Et bien sûr, l’un a quelque chose en moins que l’autre : le Bluetooth LE. Pour “Low Energy”.
La techno dérivée de Ant+, vous savez, les montres cardio utilisent ça depuis des années pour se connecter aux senseurs que l’on se met sur le torse. Et bien voilà. Il n’est pas précisé qu’il faut le nouveau Nexus 7 : c’est marqué juste “Nexus 7” sans distinction de modèle.
Dommage.

Je re-regarde le logo Bluetooth sur le packaging: il y a bien marqué “Bluetooth” mais il y a aussi marqué en dessous “Smart”. C’est pas que c’est “smart” je réalise alors, c’est que le Bluetooth “Smart” c’est en fait le surnom du Bluetooth LE (“Low Energy”, ou “BLE”).

Et là, cela veut bien dire que l’on est plutôt restreint en appareils compatibles avec le Smokio en “BLE”, car il n’y en a vraiment pas beaucoup encore sur le marché. D’ailleurs, la liste d’appareils compatibles présentée sur le site web est limitée à une quinzaine d’appareils.
Moi qui me faisait une joie pour vous tous.

Plan C

Je sors m8a console portable Android dernier cri (Nvidia Shield), compatible Bluetooth “Low Energy”, lance le store, fais une recherche ‘smokio’. Je trouve. Je download. J’installe. J’ouvre. J’allume le Smokio. Il faut appuyer cinq fois sur le bouton de la batterie du Smokio pour le mettre en mode connexion. Les deux appareils synchronisent. Ca y est, le Smokio est connecté me dit l’application.
Me voila promu ultra geek.

Je vapote un peu, avide de voir mes statistiques bouger. Il ne se passe rien sur l’application.
Le compteur est à zéro et refuse de bouger. Je vapote furieusement. La vape est bien.

Peut être que ça ne compte pas en direct ? Je m’inquiète un peu.
Je note que l’application me dit “statistiques 0 comparées à hier 0”.

J’avance l’horloge de ma console de deux jours (grande technique de manitou pour récupérer des crédits à Candy Crush), pensant que si je gruge l’application de quelques jours, elle va me sortir les statistiques qui potentiellement seraient regroupées par journée.
Et bien non. Il n’en est rien. La console est déja à après-demain, j’ai du bien vapoter 20 fois sur le Smokio, mais il est affiché partout 0.

16Je déconnecte, reconnecte, déconnecte, reconnecte. L’application me dit bien que l’e-cig est connectée. Mais pas de stats ! C’est bizarre.

J’investi donc le site Smokio, et dans les questions/réponses, il y a la question “mon appareil se connecte mais ne met pas à jour les statistiques”.
La réponse : “veuillez nous contacter par email”. Hmm.

Je regarde les avis sur l’application Smokio sur l’Android Store. Le premier avis, commentaire: “les statistiques ne fonctionnent pas”.
Je ne suis donc pas le seul dans ce cas et cela me rassure. Au passage, je note le nombre total de téléchargements pour l’application qui est gratuite : de 100 à 500 téléchargements.
Me vient alors l’idée suivante : et si le Smokio n’était pas “pairé” correctement avec mon appareil et que l’application Smokio me ment ? Et bien oui, cela se confirme : l’application Smokio ne m’a jamais montré le pop-up de pairage Bluetooth, et m’a induit en erreur tout ce temps en me certifiant que le Smokio était connecté.
Du coup, une visite dans les settings Bluetooth de la console, et je rentre enfin le code de pairage: “000000”.
17Je relance l’application, pas de changements, les stats sont toujours à zéro. Ah, ca y est, cela bouge ! Me voila à une bouffée comptabilisée. Puis 2. La mise à jour des statistiques prend un peu de temps, mais ça marche ! Le compteur est parti de zéro et n’a pas semblé sauver ma vape ultérieure. Bon.
J’essaye du coup les trois pré-réglages d’intensité de la batterie (faible, moyen, fort). Cela semble fonctionner, mais il me manque de la granularité. Ils auraient peut être pu l’intégrer dans un simple menu déroulant avec plus de choix d’intensité, dommage. Enfin, c’est déja bien. Et ils pourront peut être l’intégrer dans de futures mises à jour.

De quoi ? Oui, je commande ma e-cig depuis ma console portable. Pas vous ? Noob.

Bonne nouvelle: l’on peut vapoter furieusement sur le Smokio sans connexion.
On peut récupérer les statistiques quand on veut, car le Smokio intègre une “mémoire de vape” interne, mais il faut d’abord le synchroniser une fois avec votre application.
Pour vérifier cette théorie, après avoir débranché la connexion Bluetooth, vapoté un peu, et resynchronisé les deux appareils, mes stats de vape ont fait un bon de 6 bouffées à 25. Ca y est, j’ai économisé une cigarette me dit l’application !

iPhone

18Il me reste donc à piquer l’iPhone de ma petite amie pour tester sur iPhone.
Pas trop mal le liquide menthol sans nicotine, en intensité “moyen”.

iPhone récupéré (modèle 4S), application téléchargée. Je la lance. Je note qu’elle semble bien plus aboutie que son alter ego Android : il y a plus de détails dans les statistiques il me semble, et l’interface est un peu mieux.

Je synchronise le Smokio avec l’iPhone. Cette fois ci le pop-up de pairage est forcé par l’application, on progresse ! Je rentre le code “000000”, et l’application me signale qu’il y a un nouveau “firmware” à télécharger. Je laisse faire l’application, et elle me demande si je veux bien mettre à jour le Smokio. Bien sûr !
Malheureusement, l’upload du firmware échoue sans me donner plus de précisions. Dommage.

19Mais je tiens à essayer l’application sur iPhone et voir ces statistiques bouger.
Et bien non, je n’en aurais jamais l’occasion : l’application plante systématiquement lorsqu’elle se synchronise avec le Smokio. Je paire le Smokio en Bluetooth, je lance l’application, l’application quitte. J’ai eu beau rebooter le téléphone, c’est toujours le même scénario : l’application plante coup sur coup. Dommage, dommage.

Je reconnecte le Smokio sur ma console Android. Les stats augmentent et sont bien là. Tout fonctionne bien, la mise à jour ratée du firmware sur l’application iPhone ne semble pas avoir eu d’impact de ce coté là.

Conclusion

Surfant sur la vague explosive des “wearables”, ces appareils connectés qui nous renseignent en temps réel sur l’état de notre activité et qui se substituent à un coach personnel, le Smokio est une bonne idée, assez bien réalisée, se basant sur un principe simple : enregistrer le nombre de bouffées tirées sur la e-cig et vous présenter cette information sur votre smartphone.

La navigation au sein de l’application smartphone associée manque de clarté, les boutons/gestures n’étant pas clairement identifiés ; et quel dommage pour la version iPhone, qui, dans mon cas, n’a jamais passé l’ouverture après une synchronisation du Smokio.
Cependant je concède à Smokio le bénéfice du doute et leur donne le temps pour qu’ils corrigent cela : l’application a le mérite d’être assez simple, et a tout le loisir d’évoluer dans de futures mises à jour.

Le matériel fourni est de bonne qualité, et, sans être transcendant, assurera une qualité de vape raisonnable et une expérience positive pour un débutant.
Et, rassurez vous, il ne vous faudra pas attendre une mise à jour de l’application à chaque fois que vous utiliserez le Smokio : vous pouvez vapoter avec déconnecté.

Points positifs

  • La première du genre grand public, relativement abordable
  • Matériel standard: l’on peut brancher son propre clearo et resistances sur la batterie “intelligente”
  • On peut vapoter sans connexion constante au smartphone, le Smokio enregistrant dans sa mémoire interne votre activité
  • Les statistiques, au final, utiles
  • Potentiel d’évolution de la partie software
  • Deux clearomizer fournis
  • Le mot de passe de connexion du Smokio peut être changé, pour ne pas se faire pirater son e-cig
  • Commandez votre e-cig depuis votre téléphone et épatez les amis. Petits Noobs, je suis ultra geek !

Points négatifs

  • Des problèmes software de jeunesse, ce n’est pas si simple qu’il n’y parait
  • Peu d’appareils compatibles aujourd’hui avec le Bluetooth Low Energy requis par Smokio
  • Pas de chargeur mural fourni
  • L’application requiert les droits au GPS de votre smartphone ? Vraiment ?
  • L’application iPhone est plus élaborée que celle Android, bien que Android représente les 2/3 du marché mondial aujourd’hui
  • L’utilisation pas très justifiée du label “Made in France”
  • L’association malvenue du produit avec le bénéfice santé dans son aproche marketing
  • Le module capteur/connectique est intégré à la batterie: si la batterie meurt un jour, vous perdrez le module capteur/connectique également

Mot de la fin

Le Smokio préfigure une prochaine génération d’e-cigs intelligentes. C’est de bonne augure, et l’on peut se mettre à rêver d’avoir plus de capteurs intégrés dans de prochaines versions. En attendant mieux, le Smokio est disponible en deux coloris dès maintenant chez les vendeurs, dont Smoke-safe.fr et également dans les magasins Fnac au prix de €89.90 TTC.

-Nils

Smokio en images

Review Author:Review Date:
  • Raou

    Il me semble que l’application propose également de nous dire où nous avons vapoter, d’où le pourquoi de la demande de l’activation du GPS (bon on est d’accord, ça ne sert à rien).

  • Thomas

    J’avais au début hésité à acheter cette ecig doutant du côté gadget mais mon côté geek a pris le dessus et au final j’ai plutôt ete séduit par ses nombreuses fonctionnalités.
    Dommageque le test ne les montre pas plus d’ailleurs . Et puis c’est notre première ecig française …… Enfin la r&d je pense :))
    Mon appairage sur mon iPhone s’est heureusement passé du premier coup contrairement au testeur sinon j’aurais lâché l affaire par contre lol
    Reste a ce smokio prenne connaissance des retours ça serait pas mal je pense pr améliorer encore l appli

    • Raou

      Quelles nombreuses fonctionnalités ?

      • Thomas

        Salut Raou, perso j’aime bien l écran indication santé, qui indique des stats sur la santé. J’aimerai bien savoir sur quoi smokio s’est basé d ailleurs.
        Économie réalisé , ça donne tjs des prises de conscience du fric que j’ai pu balancer à l état :))
        Les affichages de conso hebdo aussi en mode graphe c’est pas mal.. C’est là ou je me rends compte qu en soirée j’ai tendance a abuser légèrement loooool

        • Raou

          Excuse moi, je ne t’ai pas salué 😮
          A la rigueur, l’histoire du graphique pour savoir si tel jour on a un peu abusé mais sans ça, l’indicateur santé comme tu dis on ne sait pas sur quoi il se base et savoir ‘où on a vapoté”…. Enfin voilà quoi.

  • sebyrollins

    Sauf qu’elle se déconnecte tellement souvent et longtemps que la donnée de géolocalisation de la vape n’est pas vraiment exploitable ! Test 7 jours avec la smokio en vidéo : http://youtu.be/cJVy4zoSDmM

  • David

    Vapoteur débutant, (j’espère bientôt ancien Gros fumeur de blondes) et un peu geek j’ai opté pour Smokio dont le prix a baissé à 79.90€ (reçue aujourd’hui 😉 avec 2 clearomiseurs smokio (résistance entre 2 et 2.4 ohms). Smokio propose désormais 2 nouveaux clearomiseurs KangerTech “fabriqués pour Smokio” EVOD 2 (10.90€) et Mini Protank 3 (17.90€). Que pourriez me conseiller entre ces 3 clearomiseurs voire une autre alternative adpatable sur Smokio et pas trop compliquée en entretien ?
    Merci d’avance pour vos réponses.

  • David

    J’ai testé pour vous le support SMOKIO :

    Je les ai contacté ce matin via leur site car après 5 jours d’utilisation je n’arrivais plus à faire fonctionner ma SMOKIO. Un appel a été automatiquement ouvert. 30 mn après j’avais une réponse pertinente et sympathique par mail. Le problème venait du clearomiseur (confirmé après utilisation du 2nd clearomiseur). Ils m’en expédient un nouveau cet après-midi (même si j’espère qu’après démontage, nettoyage remontage l’autre devrait à nouveau fonctionner et malgré que j’ai acheté la smokio à la fnac). J’en ai profité pour poser toutes les questions que je pouvais avoir et auxquelles ils ont gentiement répondu. Pour couronner le tout ils font un geste commercial avec une réduction valable sur leur site.
    Conclusion le support est vraiment au top à condition tout de même de savoir l’utiliser (accès par le site, puis support puis envoyer une demande puis pour plus de confort s’inscrire en demandant l’envoi d’un lien pour choisir un mot de passe).