Selon certains spécialistes, la cigarette électronique est en train de ralentir les ventes de cigarettes au tabac

Les cigarettes électroniques seraient-elle en train de causer du tort à la vente de cigarettes ?

Les cigarettes électroniques seraient-elle en train de causer du tort à la vente de cigarettes ?

C’est le maître Yoda qui nous rapporte cette histoire, alias Michael Siegel de l’université de Boston que je ne présente plus, et qui cite sur son blog les propos de deux spécialistes américains des analyses de marché pour les petites et moyennes surfaces aux Etats-Unis, Bonnie Herzog et Jessica Gerberi. Selon eux, le recul des ventes de cigarettes, qui a atteint son plus bas cette année dans ce type de commerce, serait pour la première fois imputé en partie au succès de la cigarette électronique.

Ce qui est intéressant c’est que cette analyse provient de spécialistes d’un type de commerce très particulier (“convenience store” en anglais), dans lequel on peut acheter de tout mais surtout à la fois des cigarettes et des cigarettes électroniques. On peut alors imaginer que ces personnes sont assez bien placées pour comprendre comment le marché est en train d’évoluer.

Une dénormalisation du tabac

Siegel utilise dans son article cette analyse commerciale pour contrer le discours très souvent tenu par les détracteurs la cigarette électronique qui voient en elle un risque d’initiation au tabagisme chez les jeunes et/ou une normalisation de l’acte de fumer. Siegel tire une conclusion toute bête : si la cigarette électronique ralentie les ventes de cigarettes, alors c’est bien la preuve qu’elle n’incite pas au tabagisme et dénormalise l’acte de fumer du tabac.

Les mêmes analystes anticipent également que les ventes de cigarettes électroniques dépasseront celles des cigarettes dans les prochaines décennies, ce qui rend enthousiaste notre professeur de Boston, grand défenseur des méthodes de réduction des risques pour le fumeur. La cigarette électronique est selon lui, et je pense que beaucoup de vapoteurs partagent son avis, la plus grosse menace à la normalisation du tabac dans nos sociétés.

Comment un produit qui remplace petit à petit les cigarettes pourrait-il conduire à une augmentation de leur consommation ?

Review Author:Review Date:
  • Tout d’abord merci pour cet article.
    Et en tant que vapoteur, je ne peux qu’aller dans le même sens que le Professeur Siegel.
    Si les ventes de cigarettes électronique avancent pendant que celles des cigarettes de tabac reculent, la logique impose le fait que ça n’incite pas à fumer du tabac.

  • Les zélotes anti-tabac – arroseurs arrosés – prennent pour eux la stigmatisation de la fumée. Tout ce qui se fume est un produit du diable… Ils ont peur que la cigarette électronique prévienne ce qui est leur fantasme : un monde sans fumée.

    Mais bien au contraire : la cigarette électronique a le potentiel de transformer les fumeurs les plus accros en aimables vapoteurs, polis, respectueux et en plus ne rejetant pas de particules nocives de façon significative. Cela tue leur ‘business model’ et les renvoie au siècle dernier. Paix à leurs fantasmes de pureté absolue…

  • jeanbapt84

    Toujours les même qui vont s’en mettre plein les fouilles…comme chez nous ils vont l’interdire puis bizarrement dans quelques années Altadis ou une autre “entreprise” va “révolutionner” en sortant sa super- méga-cigarette-de-la-mort-qui-tue en écrasant tous les shop français qui survivent en essayant de trouver du matos à prix correct pour ceux qui ne commandent pas ou pas trop direct en Chine (pour le matos car les accros de la vapote en france sont passés aux liquides from USA pas de mystère c’est les meilleurs AVE, S&S etc OK de bon british aussi…) et surtout ne veulent plus enrichir les lobbys du tabac en s’intoxiquant. J’arrête là car j’en finirai pas en digression et passerai ma soirée à me corriger, en tous cas tous des pourris et MERCI aux vendeurs français qui se démènent pour nous satisfaire malgré toute cette tentation extra-muros!!!

  • marina tomassini

    Et si nous commencions par creer un association et ensuite commencer par visiter les pneumo et cardio beaucoup sont convaincus je travaille dans l assistance respiratoire. Il n ont pas tous des comptes a rendre aux labo. Si nous nous organisions dans chaque ville pour tenter de leur faire signer la pétition…cela aura du poids a Bruxelles. Je suis assistante commerciale et je suis confrontee chaque jour a la détresse des patients qappareilles qui malheureusement n’ont pas eu la force de lâcher la tueuse. Mon frère est pneumo et va pote aussi. Ciao vivant. Marina