Robert West contre la désinformation sur l’e-cigarette

Robert West, rédacteur en chef de la revue britannique « Addiction », publie ce mois-ci un article qui décortique les techniques utilisées par les détracteurs de la cigarette électronique. La revue entend “présenter les preuves objectives, quels que soient leurs résultats, et à corriger les tentatives de désinformation”. Voyons comment.

Comprendre la science et la communiquer avec précision

Le journal Addiction publie les résultats de recherches en pharmacologie et dépendances, revues par les pairs.

Le journal Addiction publie les résultats de recherches en pharmacologie et dépendances, revues par les pairs.

Selon Robert West, les opposants à la cigarette électronique (mais pas seulement) utilisent la science à mauvais escient, déforment, interprètent de manière erronée voire dénaturent  les faits. Pourtant les décideurs, les fumeurs, les cliniciens et le public en général ont besoin d’informations précises sur la sécurité et le potentiel de ces outils, qui peuvent s’avèrer très utiles pour réduire les taux de tabagisme et les maladies associées.

On comprend que l’enjeu est de taille puisque les e-cigarettes sont utilisées par des millions de personnes à travers le monde, généralement pour réduire leur consommation de tabac ou de cesser complètement de fumer.

Les méthodes des détracteurs sont analysées point par point et Robert West espère aider les lecteurs à mieux évaluer et décoder les messages :

Oublier de quantifier

Cette technique contribue à donner l’impression que vapoter est aussi dangereux que fumer. L’exemple typique est le constat de la présence de toxines dans la vapeur émise par les cigarettes électroniques, sans comparaison aux concentrations présentes dans la fumée de tabac. Celles-ci sont en effet généralement inférieures de façon très significative.

Entretenir la confusion et établir des liens de causalité inverse

Robert West met en garde contre les conclusions de certains que le vapotage réduirait les chances d’arrêt du tabac, parce que des études établissent que sa prévalence est plus élevée chez les fumeurs que chez les ex-fumeurs.

Trier les études en fonction de ce que l’on cherche à démontrer

Cette méthode consiste à se concentrer sur les études qui semblent trouver des effets nocifs tout en ignorant celles qui démontrent l’inverse.

Déformer les résultats des enquêtes

L’exemple le plus courant de cette utilisation éhontée des données scientifiques concerne l’usage de la cigarette électronique par les jeunes en citant exclusivement la proportion de ceux qui ont essayé au moins une fois l’e-cigarette.

Accepter des preuves ? deux poids, deux mesures.

Il s’agit d’admettre sans critique les conclusions d’études qui affirment que l’utilisation de l’e-cigarette est nocive, même si les limitations méthodologiques sont majeures. Inversement, les études favorables à l’e-cigarette sont systématiquement critiquées et écartées même si elles sont réalisées dans un cadre plus rigoureux.

Discréditer la source :  un classique du genre

Décridibiliser les chercheurs qui auraient reçu un support financier d’entreprises, fabricants ou non de cigarettes électroniques : leurs motivations sont biaisées, il n’est pas possible d’avoir confiance dans leurs études. Bien évidemment, en parallèle, les calomniateurs se défendent de tout conflit d’intérêt, alors que leur profession et leur position morale représentent en soi un conflit d’intérêts substantiel.

Robert West souligne enfin que ces tactiques ne sont pas propre au débat sur la cigarette électronique et appelle à la vigilance pour reconnaître ces pratiques. Les politiques doivent être fondées sur des interprétations objectives et rigoureuses des faits.

Il s’engage à ce que la revue “Addictions” dans laquelle il est fortement impliqué cherche à respecter les normes les plus élevées dans l’examen critique des documents qui lui sont soumis, quelle que soit la direction dans laquelle pointent ces études.

Review Author:Review Date: