Vous êtes ici : Vaping Post » Témoignages ecigarette » Et puis il y a eu cette phrase terrible, que jamais je n’oublierai …

Et puis il y a eu cette phrase terrible, que jamais je n’oublierai …

A cause du tabac, ce motard de 50 ans a failli vivre une fin de course prématurée. Il nous raconte ici comment l’e-cigarette a pu l’aider dans son parcours.

Profil de Michel

Âge : 50
Années de tabagisme : Entre 35 et 40 ans
Situation aujourd’hui avec le tabac: A complètement arrêté le tabac et continue à vapoter
Matériel utilisé : Itaste WV + Protanks
Avis globalement : Positif

Témoignage

Michel, vapoteur depuis un an est désormais devenu ancien fumeur.

Michel, vapoteur depuis un an est désormais devenu ancien fumeur.

Bonjour, vapoteurs d’un jour ou de long terme !

J’ai hésité longuement avant de vous livrer mon expérience, d’abord parce qu’un long parcours de fumeur n’est pas exactement un sujet de gloriole, mais aussi de peur que mon parcours ne soit pas transposable à d’autres.
Et puis, voilà … La semaine passée, j’ai “fêté” mes 365 jours sans tabac, ce grâce exclusivement à l’ecig comme moyen de sevrage, chose qui me paraissait impossible voire insensée il y a un an. Je n’en suis pas vraiment fier, je ne crois pas qu’il y ait de vanité à s’être extirpé du terrible carcan de la clope, j’en suis juste heureux. Profondément.

En quelques mots: début de la clope très très tôt – vers 13 / 14 ans- rapidement accroc à un paquet/jour, études de professionnel de santé qui me font toucher de bien près les ravages du tabac mais sans envie (sans courage ? ) perso d’arrêter. Puis passage aux roulées il y a 15 ans, plus pour le budget que par envie de limiter, et tout cela durant plus de 35 années au total .

Malgré l’évidence, malgré mes connaissances de kiné/ostéo, malgré la fréquentation quotidienne des malades, pas moyen de trouver la motivation et la force morale de stopper, alors que les signes que la cigarette était en train de faire sa sournoise œuvre létale s’accumulaient depuis déjà un bon moment …. Le souffle aux abonnés absents, la fatigue, le vilain teint, la toux et les crachats comme premiers signes de vie au matin, l’haleine de chacal et autres joyeusetés …. tout cela était mon quotidien mais comme tant d’autres j’en refusais l’évidence.

Et puis, à la fin de l’été dernier un matin pas comme les autres ; au lever, une désagréable douleur dans la poitrine et le bras, une fatigue extrême, un essoufflement et tout cela qui s’intensifie au point que l’on déclenche des secours en milieu de matinée. Vous avez compris, à 49 ans à peine je pétais une belle angine de poitrine, un infarctus soigneusement préparé par les monceaux de cigarettes que je me suis infusés durant trop longtemps.

Et puis il y a eu cette phrase terrible, que jamais je n’oublierai.

Préparez l’hélico, il tiendra pas le transport, il va caner avant qu’on le ramène au CHU.

Celle du médecin urgentiste téléphonant au centre de soins distant de 30 kms du coin de campagne où j’étais en vacances. Pourtant il avait pris soin avant d’appeler de s’éloigner de l’ambulance du Samu dans laquelle on était en train de me brancher sur moult appareils censés me maintenir en vie : “préparez l’hélico, il tiendra pas le transport, il va caner avant qu’on le ramène au CHU“.

Mais je l’ai entendue, cette phrase, et je me suis mentalement – physiquement je pouvais pas – hurlé que si je survivais, la clope c’était fini . Que j’avais désespérément encore envie de vivre, de faire des tonnes de choses, bordel !!!!

Et .. c’est ce que j’ai fait : miraculé après quelques jours, j’ai aussitôt commandé ma première eclope, après avoir compulsé tout ce que je pouvais comme infos sur le net, en particulier ici. (merci aux auteurs du site, si ça se trouve vous m’avez grandement aidé à vivre).

J’ai écrasé ma dernière cigarette en recevant ma commande, juste après avoir fini de charger la batterie, et je n’en ai plus jamais rallumé une. Et je n’ai JAMAIS souffert d’aucun manque, grâce au “vaporisateur personnel” !

Bien sûr, j’ai mis de mon coté un maximum de chances pour ne pas retomber dans le tabac , je vous livre ma petite recette :

  • Dès le début, du bon matos : des batteries au départ en VV puis en WV, puis des mods, de bons clearos qui ne vous dégoutent pas d’emblée par un fonctionnement défaillant ou approximatif (merci Kanger, mais d’autres marques auraient pu m’aider pareillement bien entendu) , de bons e-liquides (beaucoup de Halo au départ entre autres, maintenant plutôt des trucs marrants genre Red Astaire ou Snake Oil)
  • Pas de concessions sur la qualité, pas non plus sur le dosage en nicotine !
    Moi, il me fallait entre 12 et 15 mg/ml au début, c’était il y a un an. Je réduis progressivement, j’en suis à 6mg/ml sans aucune envie de reprendre une clope, je pense parvenir à du 0 dans le semestre à venir.

J’ai plusieurs connaissances qui après 3 ou 6 mois de sevrage ecig (par moi incités….) ont repiqué à la clope (c’est une de mes plus grandes tristesses !) .
Tous ont commis les mêmes erreurs, soit un matériel basique et bien pourri qui leur a fait regretter la cigarette si pratique et si attirante. Soit l’illusion que l’addiction à la nicotine était vaincue en quelques semaines, et qu’ils pouvaient se sevrer totalement. Grosse erreur, la nicotine est une maitresse exigeante qu’il faut savoir circonvenir.

Allez, un petit bilan :

  • Je ne fume donc plus du tout, je suis un vapoteur heureux et en bien meilleure santé que le fumeur que j’étais il y a un an.
  • J’ai (hélas) pris 8 kg, mais ils sont heureusement largement compensés par un souffle retrouvé. Je marche mieux, je suis moins fatigué et plus endurant, je ne crache plus tous les matins d’infâmes glaviots noirâtres et tout le reste.
  • Mes potes médecins, mes potes tout court me disent tous que je vais mieux, trouvent que j’ai meilleure mine, que je n’ai plus mauvaise haleine, etc…..
  • La ecig, ça marche !
    Un peu de motivation – et je vous souhaite à tous de ne pas devoir rencontrer le même aiguillon que celui qui m’a conduit à ce choix -, un bon choix de matériel et de e-liquides, et ce n’est vraiment guère difficile même pour un jouisseur comme moi d’oublier la clope ! Essayez,au moins…..
  • Je pense à terme arrêter AUSSI la e-clope (il est difficile de prétendre que c’est un risque zéro, il demeure évident que ne rien inhaler du tout est meilleur à l’être humain que de s’infuser moult substances pas toujours si bien connues que ça ).
    Mais je ne suis pas pressé, le bénéfice est tellement évident entre 20 roulées/jour et une bonne vapote …. Maintenant , la seule chose qui fume, c’est ma moto le matin, et depuis la vapote je ne suis plus physiquement ruiné après une bonne journée de piste !

Allez, bonne vape.


Envie de raconter vous aussi, votre expérience avec la cigarette électronique ?

Déposez votre témoignage sur la page prévue à cet effet.

Review Author:Review Date:
  • Patricia

    😀

    Si tu as un petit bout de selle derrière… je t’accompagne ! 😉
    Bonne route !!!

    (et on est mieux là que dans l’hélico …)

    • Titan

      Nomédidon-toi … k’t’ensé?

  • Titan

    Je le dis souvent mais je suis vieux, j’ai des excuses: Bienvenu au club, et ce n’est pas simplement une formule.
    Et un grand merci pour ce témoignage qui devrait ETRE ENTENDU A DES HEURES DE GRANDE ECOUTE.
    Très sincèrement, Merci Michel.

  • Super récit qui prouve bien qu’on peut y arriver et que la clope c’est
    vraiment de la merde ! je viens de recevoir il y a une heure ma vision
    II de kanger et un clearomiseur mow…c’est génial ! après avoir vapoter
    avec des e-cig de base je sens bien la différence en terme de qualité
    de vapeur ( vrai sensation de fumer ) et de gout de mes produits ( les
    même qu’avant mais vraiment plus savoureux ! )

    Ce récit me motive encore plus…la phrase du medecin aura eu de l’impact sur plus d’une personne.

    Bravo michel ,merci du partage d’expérience, et V ami motard 🙂

    Romain

  • lechel

    Merci à tous de vos commentaires , je suis touché que vous ayez pris la peine de me lire et de me répondre.

    Merci aussi à Ghislain encore une fois, et au site dans son ensemble ..

    J’imagine qu’ici, la plupart des lecteurs seront d’ores et déjà convaincus de l’intelligence et de l’efficacité de la démarche ecig pour se sevrer du tabac, sans souffrir et même en prenant du plaisir .

    Mais si une personne fumeuse, une seule , en nous lisant tous dans ces témoignages décidait ( et parvenait ! ) à arrêter la clope, j’en serais déjà très heureux!

    Au delà de l’acte d’arrêter et de la précieuse aide de l’ecig, une interrogation : je me triture la cervelle pour comprendre pourquoi un nombre non négligeable de personnes ( dont plusieurs amis, les boules ! ) , étant parvenues à l’abstinence , ayant sous la main avec du bon matos de vape un substitut plaisant et efficace, repiquent quand même dans le paquet de clopes après plusieurs mois.

    Et je suis persuadé que répondre à cette interrogation, c’est indispensable et pour pérenniser les actuelles tolérances envers l’ecig dont sa libre distribution, et pour la légitimer et la présenter comme ce qu’elle est .

    A savoir une vraie arme contre la dépendance voulue et arrangée par des sociétés cigarettières milliardaires, qui ne craignent pas de se comporter comme des génocidaires de masse pour peu que le maintien de leurs revenus l’exige….

    La ecig est un outil certes partiellement critiquable, mais potentiellement si utile !!!

    Ps @ Patricia et @ Romain : y’a des motards vapoteurs, par ici ??? Mais ça m’intéresse, ça ! 😉

  • Randall

    Salut Michel, merci pour ce beau témoignage, bien écrit en plus. Tu dis “La nicotine est une maitresse exigeante qu’il faut savoir circonvenir.” Certes c’est ce qu’éprouvent la plupart des gens ; mais pas tous. Pas les femmes qui apprennent qu’elles vont devenir maman et qui cessent sans problème de manque notable. Pas les nombreuses personnes qui ont une envie d’arrêter de fumer, et pas seulement la volonté ou l’obligation comme dans ton cas. Le pouvoir de la nicotine est alors infondé ; en réalité, ce n’est pas une maîtresse dans tous les cas… Bien sûr il y a des sensibilités variables mais le manque de nicotine n’a jamais fait MAL à personne : ce manque est une souffrance sans douleur identifiable. La souffrance est l’idée que l’on a mal quand la douleur est sensible. Si la nicotine est une maîtresse, c’est dans le cerveau. Et on a des armes pour échapper à ses tentacules, des armes mentales et psychologiques, puisque ce n’est pas un problème “physique”. Tu me suis ?

    Il reste un mystère que j’aimerais éclaircir : pourquoi tant de vapoteurs, devenus intolérants à l