Proposition de réglementation pour la publicité sur les cigarettes électroniques

Je préfère être très direct : je nage dans le conflit d’intérêts. Le site sur lequel vous êtes actuellement rémunère ses auteurs et subvient à ses besoins techniques par les partenariats publicitaires entretenus avec des vendeurs de cigarettes électroniques.

La publicité est omniprésente sur ce site, c’est un vrai supplice. Ça clignote de partout avec des femmes dénudées qui vantent les mérites des e-liquides Halo. Difficile de ne pas succomber à la tentation de se faire un petit clearomizer après le boulot le soir.

C’est de l’ironie bien sûr mais qui pourrait ne plus l’être si le ministère interdit la publicité pour les cigarettes électroniques en France. Qu’elle soit menée de manière directe ou indirecte, responsable (ce que j’estime faire) ou de manière abusive, cela ne fera aucune différence. L’annonceur devra à priori rester muet.

Si je m’apprête à prêcher pour ma paroisse, c’est pour protéger mes deniers et défendre mes convictions en tant que vapoteur.

Pourquoi interdire la publicité pour les cigarettes électroniques ?

La position de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé : “Nous voulons appliquer à la cigarette électronique les mêmes mesures qu’au tabac […] L’interdiction de la publicité s’applique dès maintenant et sans disposition nouvelle. Une circulaire précisera les modalités de cette interdiction.” [source]

La position du CNCT : “Notre position est la même que celle de la Ministre Marisol Tourraine : nous demandons notamment l’interdiction de toute publicité sur la cigarette électronique. On ne fait pas de publicité pour la drogue en France, et la nicotine est en l’occurrence la drogue la plus dure sur le marché“. [source]

La position de l’OFT : “La législation actuelle règlemente déjà la publicité indirecte en faveur des produits du tabac (article L.3511-3 et L.3511-4) et donc la publicité pour l’e-cigarette. Ainsi la loi actuelle interdit clairement la publicité pour l’e-cigarette qui est de fait une publicité indirecte pour le tabac. […] La publicité dans la rue ou visible de la rue doit être interdite comme pour le tabac et celle sur le lieu de vente doit suivre la réglementation applicable au tabac, et, à tout le moins, interdire les images de matériels ressemblant aux cigarettes conventionnelles, aux marques ou produits du tabac, ou véhiculant une image positive du tabac, qui constituent une publicité directe ou indirecte.” [source]

Selon l’OFT et en dehors de détails techniques pour les boutiques physiques, la question est déjà réglée puisque la loi est déjà appliquée. Difficile en revanche de comprendre exactement ce qu’entend la ministre par des modalités d’application et encore moins ce que signifie le CNCT par “publicité pour la drogue”.

Enfin une gomme à la nicotine qui a bon goût !

Exemple de publicité pour la drogue

J’avoue que la position du CNCT me surprend un peu car en France nous faisons déjà de la publicité pour de la drogue. Pour quelqu’un qui n’a aucun contact social, connaitre l’existence d’une boisson alcoolisée aromatisée à l’anis ou d’un appareil délivrant de la nicotine est aujourd’hui possible grâce à la publicité.

Ces produits sont d’ailleurs accessibles aux adultes n’ayant jamais bu une goutte d’alcool ou même fumé une cigarette (vente libre à partir de 16 ans). En revanche pour le cas de l’alcool, le consommateur est prévenu.

Expérience personnelle : Mon propre frère, fumeur latent, mâche des gommes depuis 10 ans. Moi je vapote. A chacun son truc. Les gommes à mâcher, comme les cigarettes électroniques, contiennent des traces de nitrosamines. Réduire ses risques est important, nous sommes d’accord sur ce point.

Le danger d’assimiler cigarettes électroniques et tabac

Message d'accueil pour tous les nouveaux inscrits du forum-ecigarette.com

Le message d’accueil pour tous les nouveaux inscrits du forum-ecigarette.com serait-il trop positif ?

Si l’on applique les mêmes règles actuellement en vigueur dans le contrôle du tabac, il sera impossible de parler cigarette électronique sans être hors la loi. Derrière le terme “publicité” se cache de nombreux autres principes, comme celui de la propagande. Gare au premier internaute qui s’écriera adorer les e-liquides de la gamme El toro.

Faut-il rappeler le procès du magazine “l’Amateur du cigare”, accusé (et relaxé depuis) par l’association Les Droits des non-fumeurs (DNF) de « publicité directe ou propagande en faveur du tabac ». Que pensez alors du forum-ecigarette.com d’où est née l’association AIDUCE ?

Pour un membre de la DNF cela ne fait aucun doute, le forum-ecigarette est un lieu de propagande pro-ecigarette. La bonne blague.

Pour une publicité responsable

pastis51_1280_2

Exemple de publicité pour la drogue, responsable.

L’alcool tue prématurément entre 20.255 et 49 000 morts par an et la publicité pour ce produit est hautement encadrée. Elle permet aux annonceurs de parler de leurs produits de manière pas trop aguicheuse (vraiment ?) tout en informant le consommateur sur les risques qu’il encoure si il abuse de sa consommation.

Boire est un plaisir responsable qui peut s’avérer dangereux car addictif et potentiellement nocif pour la santé. Le mineur est écarté et protégé (parfois) d’une trop grosse exposition (interdiction de publicités sur les radios selon certains jours de la semaine et certains horaires, sur les sites dédiés à la jeunesse et au sport, etc).

La cigarette électronique, jusqu’à preuve du contraire, n’a jamais tué personne mais peut contenir de la nicotine et peut donc créer une dépendance (ce qui reste à prouver). Le risque d’initiation au tabagisme est également très présent dans les esprits moralisateurs et la crainte de voir un écolier se transformer en fumeur via l’usage d’e-cigarettes est l’argument phare pour appeler à la censure médiatique.

Certes ce n’est pas un produit anodin, mais comment la cigarette électronique, qui place clairement le tabac comme une bête noire (appelée délibérément par les vapoteurs “la tueuse”) inciterait-elle au tabagisme ? Sur le plan moral il y a déjà un énorme doute car elle repousse clairement les 70 000 morts par an liés au tabagisme. Sur le plan scientifique c’est littéralement le trou noir. Aucune preuve d’initiation au tabagisme n’est pour le moment parue dans des revues scientifiques.

La sagesse pour moi est très simple : il faut protéger les mineurs et les non-fumeurs tout en poussant les fumeurs invétérés à s’informer sur des méthodes de réduction des risques.

Exemple de publicité pour les cigarettes électroniques

Exemple de publicité responsable pour les cigarettes électroniques

Exemple de publicité responsable pour les cigarettes électroniques

Comme je le dis toujours “critiquer c’est bien, mais proposer c’est mieux”. Voici donc sur la gauche à quoi pourrait ressembler une publicité d’un professionnel du propylène glycol.

Pour satisfaire le législateur j’ai volontairement présenté le produit sous un angle qui ne soit pas trop attractif et mentionné certaines mises en garde.

J’ai même fait du zèle en critiquant la cigarette au tabac, appelée “tueuse”. Si avec ça j’ai pas tout bon, je ne sais plus quoi faire …

Les messages publicitaires pourraient contenir des mentions obligatoires mettant en garde le consommateur sur :

  • le fait que la cigarette électronique s’adresse uniquement aux fumeurs
  • le risque lié à la consommation de nicotine
  • les aides et autres alternatives au tabac (Allo Tabac Info Sévices Service)
  • la protection des mineurs et des femmes enceintes
  • le coût du tabac pour la société

Selon vous, faut-il interdire la publicité pour les cigarettes électroniques ?

J’ai lancé sur Facebook un petit sondage afin de récolter des avis sur cette question de publicité. Pour le moment les avis oscillent entre une réglementation cadrée ou donner libre cours à la publicité. N’hésitez pas à donner votre avis sur la question dans la zone de commentaires plus bas ou sur Facebook.

 

Review Author:Review Date:
  • Ludovic Gruszecki

    Je vois pas ta “fausse” pub pour le PG 😉

    Sinon, je prends en compte plusieurs paramètres 😉
    Je bosse dans un collège et certains des élèves fument, en discutant avec eux, j’apprends qu’il y en a qui ont commencé à 9 ans et ils ont entre 11 et 16 ans.
    Donc je prends en compte le fait que des mineurs fument et très tôt, je prends en compte la réduction des risques, choses que nos “têtes pensantes” ne prennent pas encore en compte, et donc je suis pour une publicité libre afin de sortir le plus tôt possible les jeunes, voir très jeunes, fumeurs de cette spirale que nous avons mis tant d’années à quitter ou tout du moins à réduire efficacement.

    • vaala

      Oui, moi 11ans

    • Salut Ludovic, j’ai mis à jour l’image tu devrais pouvoir la voir désormais. Dis moi si c’est ok.

      • Ludovic Gruszecki

        Bon, je la vois toujours pas, faut que je vide mon cache car en passant par le code source je la trouve 😉

  • Stephane Sereis

    C’est hallucinant ce que l’état peut essayer de trouver comme arguments pour contrer la e-cig.
    Tout est mis en oeuvre pour expliquer une certaine nocivité de ce produit,mais non ,l’état s’entête à mettre encore cela à l’équivalence du tabac !!
    Quand vont-ils comprendre que ce n’est pas du tabac ?
    Pour les jeunes,à 9 ans je trouve que c’est très tôt quand même…que font les parents ?
    Je crois que la publicité se fait d’elle même de toute façon,aujourd’hui tout le monde connaît la e-cig,cela concernerait plus les différents “groupe” de vendeurs ,un peu comme font les grandes surfaces,style la e-roll est moins cher chez untel que chez l’autre,on en viendrait à une guerre des fournisseurs,revendeurs,etc..,l’esprit “passionnés (des consommateurs et des revendeurs) – passionnant (par rapport aux bienfaits de ce produit (arrêt du tabac,divers goûts,etc)) ” ne sera plus le même.
    Comment gâcher un plaisir nouveau ….Merci le gouvernement ,encore une fois !

  • vaala

    Ben vi, contrairement a l’alcool, drogue la plus répandue , ils gagnent pas d’argent dessus!!
    mais bon, le bouche a oreille s’etend très vite sur le sujet pour l’instant, ils vont pas arreter une vague d’une telle ampleur juste avec de jolis mots dont personne n’est dupe !

  • guitou34

    Je ne suis pas pour une publicité tapageuse qui pourrait faire croire que vapoter, c’est “cool”

    Mais de toute façon, le combat est inégal. Aucun argument ne peut tenir face à une mauvaise foi évidente motivée par des intérêts inavouables.

    Ce qui est amusant, c’est que dans les années à venir, des millions de fumeurs auront quitté le tabac en combustion grâce au bouche à oreille ou sur les conseils officieux de leur médecin alors que L’OFT devra continuer à dire que la e-cig n’est pas un moyen de sevrage.

  • Grégory tison

    Un avertissement en guise de préambule, une information choisie et concertée, enfin des liens plus que discrets vers certains sites partenaires ne suffisent pas à vous rendre irréprochable aux yeux de la loi. Je propose, afin d’appuyer l’ensemble déjà si précautionneux, une alarme du type “bombardement aérien” lorsque l’internaute cligne sur la page google de votre site, un écran clignotant alternativement du rouge au noir durant quelques minutes lorsque apparaît la page d’accueil, quoi encore?… Un œil géant dans le coin gauche de la page, simulant l’omniscience divine, culpabilisant sans défaillir le lecteur poussé par l’envie, au combien coupable, de se défaire du tabac.

    Plus sérieusement, je regretterais sincèrement que votre travail ne puisse se poursuivre dans les meilleurs conditions. Ou bien pire, voir votre site contraint de fermer. Je m’avance peut-être, mais puisque que l’on essaie d’envisager le pire: si un jour prochain il nous est interdit de l’ouvrir sur l’e-cig sans risquer l’amende ou la taule du fait de la présence de publicité, nous devrons trouver un moyen autonome de financement pour continuer d’être informé. Devrons nous penser un jour à un système d’adhésion, d’abonnement aux articles publiés sur votre site, comme nombre de journaux diffusés sur internet?… Puisque cela reste toujours la même histoire, poussé au pied du mur, “la liberté d’expression se paye tôt ou tard”… Personnellement je serais partant.

    Cordialement

    • Bonjour Grégory j’adore votre cynisme, c’est joliment dit. Je suis en train de procéder à des travaux pour éventuellement privatiser le site, c’était dans tous les cas une orientation vers laquelle je comptais partir (créer un compte ma-cigarette – gratuit – via lequel le lecteur accèderait à des zones plus personnalisées, favorisant également l’échange).

      Merci de votre soutien.

  • Dadou70s

    On appellerait cela “vaporisateur personnel” ça ne changerait pas grand chose , nos beaux penseurs ne supportant pas que la cigarette électronique soit très prometteuse sauf en taxes,on continue à affirmer des âneries à l infini.Je ne suis pas pour une publicité tapageuse concernant l e_cig mais juste en tracts en boites aux lettres avec le bouche à oreille et les réseaux sociaux. En parlant de boite aux lettres,ma nouvelle carte d électeur s y trouvant et ne sachant pas comment la recycler, je ne sais pas si je dois la jeter dans le bac jaune ou bleu pour le tri sélectif afin de ne pas polluer.

  • Christophe

    L’argument selon lequel la publicité pour la cigarette électronique serait de la publicité indirecte pour le tabac, et donc une incitation au tabagisme, me semble pour le moment erroné.

    Cela ne va pas durer longtemps, et il n’y a pas besoin d’une boule de cristal pour se rendre compte que d’ici quelques mois, si la publicité n’est pas sévèrement encadrée, on verra fleurir des campagnes publicitaires massives pour des cigarettes électroniques qui ressemblent furieusement aux vraies, à tel point que l’on se demandera quel produit est véritablement vanté.

    British American Tobacco a déjà commencé sa campagne d’enfumage : avez-vous déjà vu, chez un buraliste, les images faisant la promotion de la Dunhill switch ? Elles ressemblent étrangement à des cigarettes électroniques… Depuis, on a pu apprendre que BAT venait de racheter une entreprise de fabrication de cigarettes électroniques (Intellicig), et qu’ils se préparent à lancer la “vype”, une nouvelle e-cig.

    Faire de la publicité pour la cigarette tout en faisant dans le même temps la promotion d’une e-cig leur appartenant, c’est du gagnant-gagnant pour Big tobacco. Mais, comme d’habitude, il n’y a qu’eux qui y gagnent.

    Je crois qu’il faut garder ces éléments présents à l’esprit quand on évoque un sujet comme celui-ci, et surtout ne pas se tromper d’ennemi.

    P.S. Pour ceux qui ne l’auraient pas encore lu, qui maitrisent un peu l’anglais et qui pensent que j’exagère, je suggère la lecture du livre de Robert Proctor, The Golden Holocaust, qui décortique les stratégies marketing mises en place par l’industrie du tabac depuis le début du XXe siècle. C’est une lecture édifiante.

    • Bonjour Christophe j’ai le livre de Proctor chez moi, tellement volumineux que je l’ouvre sur certains chapitres, tous plus passionnants les uns que les autres. Comme tu as pu le lire je pense qu’il faut encadrer pour éviter les dérives, je vois aujourd’hui des vendeurs d’ecig prendre des pentes très dangereuses, et surtout mensongères.

    • Randall

      Pour les mêmes amateurs maîtrisant l’anglais, je conseille la lecture du livre de Robert Kaplan : Diseases, Diagnosis and Dollars montrant que plus les gens dépensent en soins médicaux, plus ils sont malades. La Santé est devenu un horrible business et l’industrie pharmaceutique collectionne les scandales sanitaires pour faire du profit, du profit, du profit. La santé est devenu un alibi. Ce n’est pas plus vertueux. On peut même penser que c’est pire : Big Pharma veut le monopole sur la nicotine et est prête à toutes les manipulations pour l’obtenir.

      • Christophe

        Je lirai également ce livre, alors, même si, d’après le coup d’œil que j’ai pu y jeter (via google books), je ne suis pas sûr que les thèses que vous défendez à partir de votre deuxième phrase soient effectivement démontrées dans cet ouvrage. Je persiste à penser qu’une industrie qui se fonde sur l’empoisonnement massif des consommateurs de ses produits, qui le sait et qui le cache encore aujourd’hui, est pire qu’une industrie qui prendrait la santé comme alibi pour faire de l’argent mais qui, tout de même, parvient quand même dans certains cas à soigner les gens (j’ai utilisé et continue à utiliser des médicaments quand j’ai mal ou quand je suis malade, et n’ai jusqu’ici eu qu’à m’en féliciter.)

        Il est possible que “Big Pharma” veuille obtenir le monopole sur la nicotine, mais, d’une part, si elle n’y parvient pas, elle a d’autres moyens de faire du profit (c’est peut-être d’ailleurs ce que tendrait à montrer le livre de Kaplan que vous citez), d’autre part elle a face à elle un adversaire autrement coriace que les vapoteurs : Big Tobacco. Voudriez-vous dire que l’industrie pharmaceutique manipule également les études sur la dangerosité du tabac dans le but de faire main basse sur la nicotine des cigarettiers ? C’est ce que pourrait laisser à penser votre dernière phrase.

        Dans le cas présent, il n’est pas besoin de recourir à la théorie de la manipulation par “Big Pharma” pour expliquer la volonté d’interdire la publicité pour la cigarette électronique, et mon message précédent cherchait à expliquer en quoi celle-ci est susceptible de reposer sur des bases, discutables certes, mais qui ne sont pas illégitimes : un nouveau packaging, un marketing et jusqu’à un vocabulaire qui évoque la cigarette électronique pour promouvoir une nouvelle marque de cigarette dont le propriétaire s’apprête justement à lancer sa marque de cigarette électronique, associé à la connaissance que nous avons de l’extraordinaire subtilité des cigarettiers pour contourner les interdictions (surtout celles qui consistent à interdire l’accès des cigarettes aux mineurs, qui est un marché vital pour eux s’ils veulent renouveler leur clientèle), justifie ce me semble le fait que les autorités s’interrogent sur la légitimité de laisser sans contrôle la publicité pour les e-cig.

        Nous avons tendance à n’avoir en vue que les fumeurs actuels, pour lesquels accéder à des information sur la cigarette électronique est vital : les pouvoirs publics envisagent également la population qui n’a pas (encore) succombé à l’épidémie tabagique. C’est une donnée dont il faut, je crois, effectivement tenir compte dans nos appréciations.

        A ce propos, je trouve que les propositions de règlementation faites ici sont pertinentes et que ce genre de propositions pourrait servir à une organisation comme la Cace comme base de travail pour une discussion avec les pouvoirs publics.

        @”Ma Cigarette” (Ghislain, je suppose) : oui, j’avais vu que vous connaissiez le livre de Proctor – c’est d’ailleurs en vous lisant que je l’ai découvert. Ce dont je ne saurais trop vous remercier.

  • V.S

    Il faudrait rajouter : Attention l’abus de E-Liquide peut être dangereux pour la santé, à consommer avec modération …
    Nous avons les moyens de vous faire sortir du tabac mais Chut ! Laissez-nous le temps de mettre en place une stratégie pour récupérer à notre compte l’Ecig, avant de pouvoir l’afficher dans les halls de gares sur des panneaux JC Decaux … : x

    C’est une mascarade… Pour moi ils veulent pas contrer l’ecig mais l’etat cherche juste a gagner du temp pour la récupérer a son compte !

    Ou je regarde peut être trop de film de conspiration 😛 quoi qu’il en soit c’est stupide de pas communiquer sur la E-cig ! Sans bien sur en faire des spot a la TV, mais une méthode qui peut marcher ça doit se savoir !

  • Kucing

    Si le tabac n’existait pas, je serais contre la pub pour l’e-clope. Dans la mesure où le tabac existe, je pense qu’il faut modifier le code de la Santé Publique afin d’interdire toute tentative d’interdiction de la pub pour l’e-cigarette.

    Par ailleurs, une certaine forme de réglementation, comparable à celle qui régit la distribution des produits alimentaires et d’autres produits de grande distribution, me semble souhaitable afin fixer des standards de qualité et de contrôler la conformité des équipements ou des consommables.

  • bello xavier

    Comment une cigarette électronique qui fait faire des économies plus que substantielles, pourrait faire dévier son utilisateur, vers une vrai cigarette au moins 10 fois plus chère !!!
    D’autre part, pourquoi limiter ou interdire un produit 1000 fois moins nocif qu’un autre? qui lui est en vente libre !!!
    Et pour finir, la publicité sur les patchs et autres gommes, ne devrait elle pas être interdite? le lien avec une vrai cigarette est réel, puisque vendu pour soit disant s’en passer ! sans pour autant y arriver…j’ai personnellement essayé, sans trop de réussite et avec des effets secondaires plus qu’indésirables, dangereux !
    En conclusion, pour le gouvernement, il faut continuer à fumer ! et pour un gouvernement de gauche, je m’insurge, à l’heure du chômage en hausse permanente, du pouvoir d’achat en baisse constante, on nous interdit de faire des économies !!! un vrai scandale !

  • Philofil

    Et pour moi qui ne vapote que du E-liquide aux saveurs fruits sans nicotine!
    on va me pénaliser aussi? pas de pubs? interdit dans les lieux publics? etc..