Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » Pas de rentrée des classes pour l’e-cigarette

Pas de rentrée des classes pour l’e-cigarette

La cigarette électronique à l'école suscite des interrogations de la part des directeurs d'établissements.

La cigarette électronique à l’école suscite des interrogations de la part des directeurs d’établissements.

D’après un article paru dans le Courrier Picard du 10 septembre 2013, la cigarette électronique n’est pas prête à faire son entrée dans les collèges et les lycées.

Foi de proviseurs et de responsables d’établissements qui ne constatent pas de recrudescence de consommateurs côté moins de 18 ans contrairement à la cigarette classique qui elle n’en finit pas de séduire les jeunes.

Un article qui s’appuie sur les témoignages de plusieurs responsables d’établissements, proviseurs et conseillère principale de haute-Somme et qui vient appuyer l’article paru le 8 mai dans notre site : la cigarette électronique n’est pas un moyen supplémentaire pour encourager ou initier les jeunes au tabagisme.

Comment réagir face un élève-lycéen-vapoteur ?

Les jeunes, lorsqu’ils se mettent à fumer, commencent par la cigarette classique, à base de tabac et de goudron.

Avec la rentrée des classes et le phénomène de mode cigarette électronique, les responsables d’établissements sont en droit de se poser la question du « comment réagir face à des lycéens-collégiens-vapoteurs. »

Pour la majorité des personnes interrogées, la loi Évin concerne l’acte de fumer au sens général. Qu’il s’agisse de tabac ou de cigarettes électroniques, la règle reste la même : il est strictement interdit de fumer dans l’établissement.

Certains d’entre eux ont même pris les devants en annonçant dès la rentrée que « …l’e-cigarette est interdite dans l’enceinte de l’établissement. Et je n’ai pas eu de doléances. »

Rareté du phénomène : les élèves ne fument pas ou peu d’e-cigarette

Ce même proviseur du Lycée professionnel de Péronne précise : « mais de toute façon, je n’ai pas repéré d’utilisateurs, même à l’extérieur. »

Ces situations semblent effectivement rares voire jamais rencontrées. Comme le précise Julien Roy du lycée Jean Racine de Montdidier, il n’a aperçu qu’un ou deux élèves en train de vapoter… et encore devant la grille du lycée et non dans l’enceinte.

Même si pour certains, le règlement intérieur peut être révisé au prochain conseil d’administration afin d’y inclure ces nouvelles notions de vapotage et de cigarette électronique dans l’établissement, en attendant le règlement intérieur actuel des collèges et lycées ainsi que la loi Évin suffisent à faire autorité.

Informer les jeunes sur le sevrage du tabac grâce à l’e-cigarette

Quand on connaît le nombre alarmant et croissant des jeunes de moins de 18 ans qui fument du tabac, plutôt que de taxer l’ecig comme facteur déclenchant d’initiation à la cigarette, on pourrait s’en servir pour aider certains à se sevrer, même si ces jeunes-là ne sont pas dans cet objectif.

Le proviseur du lycée Pierre Mendès France remarque « …qu’il serait bien de proposer à nos élèves une information sur ce produit. […] L’e-cigarette est censée aider à se sevrer du tabac. »

On l’aura compris, la cigarette électronique est un produit consommé chez les fumeurs (qui souhaitent réduire leur consommation de tabac par exemple) ou ex-fumeurs (qui souhaitent arrêter et se sevrer du tabac) mais ne constitue pas un déclencheur chez les non-fumeurs et encore moins chez les jeunes.

Review Author:Review Date:
  • Martine Ruellan

    Justement, je trouve bien triste de voir tous ces jeunes agglutinés dehors à fumer leur clope (je connais, je l’ai fait, au lycée, au travail), rarement plus de deux vapoteurs dans le lot et encore, avec de la chance ! Mais beaucoup de mégots par terre ou dans les plantes, hé oui, même fumeuse, j’ai toujours râlé après les mégots.

  • Je bosse dans un collège, environ 600 élèves, des fumeurs il y en a à la pelle, des vapoteurs, aucuns.

    Et dans le personnel, des fumeurs quelques uns, des vapoteurs 3 dont moi.
    Et après on dira que la vape incite à fumer, n’importe quoi.
    Pourtant les élèves savent tous que je vape et me posent tous des questions, surtout les élèves fumeurs, et je le répète, pourtant toujours 0 vapoteurs chez les élèves.