Vous êtes ici : Vaping Post » Economie » Moins de tabac et plus de vape pour Davidoff à Londres

Moins de tabac et plus de vape pour Davidoff à Londres

Un magasin Davidoff ici à Londres (source Google Street)

Un magasin Davidoff ici à Londres (source Google)

Les magasins Davidoff London ont surpris de nombreux observateurs en retirant à la vente plusieurs marques de tabac au profit de modèles de cigarettes électroniques.
Les responsables de cette enseigne s’adaptent ainsi à l’accroissement de la popularité de l’e-cigarette au Royaume-Uni. Les experts estiment que les revenus du marché de la cigarette électronique pourraient dépasser ceux générés par l’industrie du tabac au cours de la prochaine décennie.

Selon Clive Bates, consultant en santé publique et ex-directeur d’ASH, il s’agit d’une évolution très intéressante, qui révèle l’état d’esprit des consommateurs, plus enclins à choisir des produits moins nocifs pour leur santé, mais qui leur rappellent néanmoins les attitudes de consommation liées à la cigarette.

Et parmi les marques d’e-cigarettes présentées dans les rayons de Davidoff London, il y a de nombreuses références de la marque Vapelux. David Taylor, le directeur de cette entreprise, s’est félicité de ce partenariat et se réjouit de voir ses produits figurer dans des magasins qui ont connu les visites de personnages célèbres à l’image d’Arnold Schwarzenegger. Vapelux a notamment pu se démarquer de la concurrence par ses packagings attractifs depuis son lancement il y a deux ans.

On recense actuellement près d’un million trois cent mille vapoteurs Outre-Manche et le marché de l’e-cigarette devrait générer l’an prochains pas moins de 340 millions de livres (430 millions d’euros).


Via Journalism

Review Author:Review Date:
  • Patricia

    Hum …. des cigalikes.
    Je ne sais pas qu’en penser, c’est à double tranchant.

  • Tony Fiant

    J’ai le sentiment que l’industrie du luxe et demi luxe va s’intéresser de plus en plus à la cigarette électronique… Il y a là un réel marché à forte marge et une image distinctive et novatrice qui peut les intéresser.
    Pas forcément une bonne chose d’ailleurs car si des marques intermédiaires du type Guess pondent des égos bling bling à 100 euros, la vape va encore être accusée d’attirer les jeunes.
    La ego Hermès à 1500 euros, moins gênant sauf avec les clones 🙂