Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » MODs » Test : Mad Dog RDTA Kit – Desire

Test : Mad Dog RDTA Kit – Desire

Desire est une société basée à Shenzhen et qui a été fondée en 2015. Leur catalogue compte à ce jour trois RDA, et le Mad Dog RDTA Kit comprend leur premier mod mais également leur premier RDTA à voir le jour. La philosophie de Desire semble être la simplicité et la qualité, et c’est probablement ce qui les a poussés à produire ce kit constitué notamment d’un mod mécanique qui, si vous êtes plutôt mod électro, pourrait peut-être vous faire changer d’avis sur cette façon de vaper.

Une boite colorée

Exit les dragons et autres flammes de l’enfer, ici c’est plutôt ambiance cartoon avec pattes de chien colorées et motifs abstraits. À son ouverture, on découvre le mod qui repose au milieu, bien à l’abri dans une fine protection. Au-dessus on peut voir deux réservoirs  de rechange en Pyrex, toujours appréciable, et à leur droite le bottom cap de l’atomiseur (mais pourquoi l’avoir mis à part ? Vous saurez tout un peu plus tard…). Tout en bas on trouve un petit sachet contenant des vis, quelques joints, une clé Allen, et pour finir, un manuel en anglais et chinois expliquant tout ce que vous devez savoir sur ce kit.

Ayant choisi la couleur rouge, je suis cependant un poil déçu par sa teinte : le rouge est assez clair et tire un peu sur le rose. Beaucoup de pièces sont en plaqué or ou plutôt, toutes les pièces métalliques qui ne sont pas peintes sont en plaqué or. Si vous n’aimez pas spécialement ce matériau, cela va vous poser un problème, car quelle que soit la couleur du kit choisi, ces différentes parties seront à l’identique.

Un mod mécanique dans la plus pure tradition

Comme je l’évoquais en introduction, nous somme en présente d’un mod mécanique dans la plus pure tradition. À ce titre, il n’y a aucune protection quelconque, juste un tube pour y loger l’accu et un switch. Malgré cette simplicité apparente, nous allons cependant voir que Desire a quand même bien travaillé son sujet.

Le tube est en une seule partie et ne pourra être utilisé qu’avec un accu au format 18650. Il semblerait néanmoins que l’on puisse ajouter un vape safe fuse, mais n’en possédant pas, je ne pourrais le confirmer. Le montage de l’atomiseur se fera de façon hybride, le plot positif directement en contact avec celui de l’accu. Dois-je ajouter que si ce type de montage permet une excellente conductivité il n’est pas sans risque ?

Annoncé pour un diamètre de 24 mm, il s’avère qu’en réalité il mesure très exactement 25,5 mm de diamètre. Si cette petite différence semble anodine, elle prend toute son importance lorsque vous y placerez le RDTA qui est en 24 mm de diamètre. Vous vous retrouverez alors avec un setup qui ne sera pas flush, et si sur une box ce genre de détail ne me gêne pas trop, sur un tube qui plus est s’adresse avant tout aux puristes, c’est déjà plus embêtant.

Ce tube possède une forme creusée de façon à pouvoir y caler confortablement sa mimine. Ce renfoncement assurera un bon maintien si l’on possède une petite main et que l’on a l’habitude d’actionner le switch avec l’annulaire, mais devient gênant si l’on possède une main de taille respectable ou si l’on utilise l’auriculaire comme actionneur. Pour ma part, je ne la trouve pas très bien placée, trop vers le bas, déséquilibrant légèrement le mod lorsqu’il est tenu de cette façon. Préférant une prise plus haute et actionner le switch avec l’auriculaire, finalement cette cavité me gêne plus qu’autre chose. Cela partait d’un bon sentiment, mais malheureusement, ce creux se révèle tout simplement incommode.

Le top cap est bien entendu en plaqué or et possède un joint tout autour qui servira pour l’atomiseur comme nous le verrons après. Cette partie ne se démonte pas, enfin à priori, et possède en son centre un pas de vis 510 pour y placer l’atomiseur qui je le rappelle, sera en mode hybride.

J’indiquais un peu avant qu’il n’y avait pas de protection, mais ce n’est pas tout à fait exact. L’intérieur du tube est entièrement recouvert d’un isolant au cas ou l’accu utilisé aurait son enveloppe d’abîmée, et un autre isolant se trouve sur la face interne du top cap. Mine de rien, ces deux petites protections sont les bienvenues et on ne les trouve pas toujours même sur des mods de plus haut de gamme. À noter en passant que ces protections empêcheront l’installation d’un kick avec un accu 18500, au cas ou vous auriez eu cette idée.

Le Switch

Cette pièce qui est fondamentale sur ce type de mod est plutôt bien réalisée. Sont filetage est très bon et l’ensemble parfaitement ajusté. Le switch est actionnable en dévissant la bague inférieure qui est par ailleurs crantée. Cette bague est reliée à un pin : plus vous la dévissez, plus elle repoussera ce pin qui est en contact avec le négatif de l’accu. Pour ma part, deux tours suffisent, ce qui donne 1,5 mm de course. Inversement, en position vissée, le mod est verrouillé de façon à pouvoir le transporter en toute sécurité.

Le mécanisme du switch est composé de deux aimants qui se repoussent. Personnellement je préfère cette option plutôt qu’un ressort, trouvant généralement le fonctionnement plus souple.  Ces aimants se montrent parfaits et avec l’atomiseur rempli et l’accu en place, il est possible de laisser le mod sur ce switch quand il est devisé sans qu’il se déclenche. Entièrement démontable, excepté pour ce qui est de la pièce noire qui repousse l’accu et qui est montée sur ressort, il est composé de cinq pièces. L’ensemble étant en plaqué or, son entretien se bornera au minimum ce qui là encore est un gros plus.

Tout en dessous se trouve les différents logos ainsi que quatre petits trous de ventilation oh combien important pour un mod méca. En cas de dégazage, le flux trouvera son passage par six petits trous placés dans les encoignures de la pièce noire qui repousse l’accu, traversera le switch pour ressortir. Malgré le fait que l’aimant recouvre ces quatre trous finaux, j’ai essayé en soufflant (pas en dégazant un accu, il ne faut pas exagérer non plus) et ça fonctionne. Le système est ingénieux et dans l’ensemble, je trouve son design simple et plutôt bien pensé.

Revue technique

Caractéristiques essentielles du kit Mad Dog RDTA de chez Desire :

  • Hauteur totale avec l’atomiseur sans le bottom cap de l’atomiseur: 132 mm (139 mm avec le bottom cap)
  • Hauteur de l’atomiseur avec son bottom cap, hors connexion et drip tip : 43 mm
  • Diamètre du tube : 25,5 mm
  • Diamètre de l’atomiseur : 24,25 mm
  • Contenance du réservoir : 7 ml annoncés, mais comptez plutôt sur 5,5 ml avec le bottom cap et 4 ml sans le bottom cap
  • Batterie : 1 × 18650
  • Connexion : mode standard et hybride, pin positif réglable
  • Matériaux : aluminium, plaqué or et Pyrex pour le réservoir
  • Poids : 130g sans bottom cap de l’atomiseur (140g avec)
  • Type de résistances : simple et double coil
  • Airflow : sur le côté et réglable librement
  • Drip tip : wide bore en Ultem au format 810
  • Remplissage : sur le côté avec démontage de la cloche
  • Couleurs disponibles : black, red et purple

Le pack comprend :

  • Un mod Mad Dog et son atomiseur RDTA
  • Deux réservoirs supplémentaires
  • Un sachet comportant des joints, vis et clé Allen
  • Un bouchon pour le simple coil
  • Un bottom cap pour l’atomiseur
  • Un manuel en anglais et en chinois

L’Atomiseur

Entièrement en plaqué or jusqu’au bout des vis, cet atomiseur est lui aussi une bonne surprise. On pourra le monter aussi bien en double qu’en simple coil, et pour réaliser ce dernier, un adaptateur est fourni. Il s’agit d’une petite pièce évidée en son centre pour laisser passer le flux d’air, et posséde deux pattes munies de joints qui viendront boucher les trous servant au passage du coton. Il s’agit donc plus d’un bouchon que d’un réducteur de chambre d’atomisation.

Les plots de connexion sont chacun en forme de T. Lors du montage, le fil viendra se placer dans la petite rigole prévue à cet effet, la vis de serrage venant le maintenir par le dessus. Les vis sont d’excellente qualité et permettront de tenir  le fil fermement sans qu’il puisse s’échapper par un côté. Celles qui sont en place sont au format BTR, mais la maison ne reculant devant aucun sacrifice pour satisfaire sa clientèle, Desire en fournit quatre autres au format cruciforme et encore quatre autres utilisables avec un tournevis plat. J’ai rarement vu d’origine une offre aussi généreuse pour un atomiseur. À noter la minuscule inscription « Mad Dog » sur une face de chaque plot, pour ce qui est du niveau de détails, Desire à poussé le jeu jusqu’au bout.

Comme pour tout bon RDTA, le coton passera à travers le plateau par des trous de 3,5mm de diamètre. Cela impliquera de faire des coils de 3 mm interne, ou plus gros si l’on choisit d’y installer des pailles en mesh.

Les deux arrivées d’air sont latérales et leur forme est originale. Plutôt que d’être directement en face du coil, elles sont placées un peu plus bas et inclinées vers le haut pour mieux cibler leur objectif. Au niveau de leur jonction avec la base du plateau, elles dépassent d’environ 1mm de façon à former un petit rebord pour éviter que du liquide ne s’échappe trop facilement. Encore un point bien pensé.

Sur la tranche du plateau juste en dessous d’une des deux arrivées se trouve le trou pour le remplissage. Suffisamment large pour accepter n’importe quel flacon, on remarquera que contrairement au système similaire que l’on trouve entre autres chez OBS, il n’y a aucun joint au-dessus ou en dessous. Toute l’astuce pour fermer cet orifice est située dans la cloche que nous allons voir immédiatement.

Entièrement en aluminium et d’une épaisseur de 2 mm, cette cloche renferme un très large joint collé qui viendra obstruer complètement le trou de remplissage. Ce système fonctionne vraiment très bien et possède l’immense avantage d’empêcher le liquide de venir sur le pourtour du plateau, ce qui est le principal problème avec mes atomiseurs de chez OBS. De plus, la largeur de ce joint permet un maintien vraiment efficace, voire même un peu trop. Si le côté positif est de pouvoir prendre l’ensemble du mod par cet élément sans que rien ne se déboîte, la retirer n’est pas aisé. Le mieux est de la tirer tout en la tournant dans le sens horaire afin de ne pas dévisser la partie retenant le réservoir. Le réglage du flux d’air qui s’effectue en tournant cette cloche, il est précis, n’émet pas de sifflement et privilégie toutefois l’inhalation indirecte.

Une magnifique gravure ‘Mad Dog » vient égayer sa surface et tout en haut bien sûr, viendra se placer le traditionnel drip tip en ultem au format 810.

La base de ce RDTA est pour sa part moins traditionnelle et permettra deux montages différents : avec ou sans bottom cap. Lu comme ça c’est étrange, et je me suis demandé dans un premier temps si je n’avais pas raté un épisode. Si l’on souhaite utiliser l’atomiseur de façon traditionnelle, le bottom cap se placera comme d’habitude et maintiendra le réservoir. Dans cette configuration, il est possible d’utiliser l’atomiseur sur n’importe quel mod ou box. À noter que pour une utilisation en hybride, il faudra juste penser à régler le pin positif en le dévissant un peu pour l’utiliser sans risque.

Par contre, si l’on souhaite gagner encore un peu plus en hauteur ou si l’on recherche l’originalité, il est possible de visser l’atomiseur sans son bottom cap directement sur le mod. Le réservoir viendra trouver son étanchéité sur le joint périphérique du top cap du mod. Oui, c’est un peu gonflé, mais ça fonctionne. Bien qu’appréciant cette particularité, il vous faudra néanmoins posséder une bonne dose de confiance pour utiliser le Mad Dog de cette façon, car si l’atomiseur vient à se dévisser, c’est quand même pas mal de liquide qui viendra directement faire connaissance avec votre accu.

Reste cependant une bien mauvaise surprise : sa contenance. Annoncée comme étant de 7 ml, et ayant déjà remarqué une erreur de diamètre pour le tube, j’ai vérifié avec une seringue médicale. Le résultat est n’est pas aussi élogieux: avec le bottom cap et sans coton dans le réservoir j’arrive à 5,5 ml au ras du trou de remplissage, et 4 ml dans les mêmes conditions sans le bottom cap. Il demeure possible d’en ajouter encore un peu en inclinant le mod à l’opposé du trou de remplissage, mais de toute façon, dès que l’on place le coton dans le réservoir, on perd de nouveau en capacité. En tout état de cause, sa contenance réelle est moindre que celle annoncée, particulièrement dans sa configuration sans bottom cap.

Une vape agréable et sans surprise

Agréable au toucher et léger, le Mad Dog est plaisant à utiliser. Une fois l’accu en place, rien ne bouge excepté peut-être la bague du switch qui une fois dévissée présentera un petit jeu latéral. Le switch par ailleurs se montre avenant, à la fois souple et suffisamment ferme tout en étant réactif. Pour ce qui est de sa conductivité, je l’ai trouvé très bonne, mais cela reste une appréciation au ressenti. Pour ce qui est de son ergonomie, il est possible de l’actionner en appuyant même sur le bord . Je n’ai pas rencontré la moindre défaillance à son utilisation même si j’aurais préféré un déverrouillage en un quart de tour et peut-être une course moins longue.

Le RDTA est lui aussi excellent : les résistances se montent très facilement, et peut recevoir des montages variés. En simple coil avec une résistance de 0,55 ohm, il se montre généreux en vapeur et restitue correctement les saveurs. Certains apprécieront certainement le fait que l’air aspiré puisse passer au travers de cet adaptateur, mais pour ma part, j’aurais cependant bien aimé avoir uniquement une arrivée d’air du côté du coil et l’autre obstruée, ou mieux, un réducteur de chambre comme sur l’Avocado avec un passage apportant l’air directement à proximité du coil. Quoi qu’il en soit, en simple coil ce RDTA se montre plaisant et délivre une vape agréable tout à fait correcte, ce qui est déjà très bien.

En double coil, ce ne sera pas très différent mis à part pour la production de vapeur qui sera plus intense tout en conservant cependant une bonne restitution des saveurs. Bref, ce RDTA est vraiment bien pensé et fait le travail, pour une première chez ce fabriquant, le résultat est plus qu’honorable.

En résumé

Points positifs :

  • Sa qualité de fabrication
  • Son design et ses finitions
  • Son entretien minimaliste
  • Son très bon switch
  • Son RDTA très bien pensé et performant
  • Son packaging complet

Points négatifs :

  • Le tube qui mesure 25,5 mm de diamètre non flush avec l’atomiseur
  • Sa capacité qui n’est pas celle annoncée
  • La forme creusée du tube obligeant une prise en main pas forcément adaptée
  • Son esthétique bling bling sans autre choix possible
  • Son drip tip 810 sans adaptateur

Conclusion

Notre note : 4,5/5. Si pour vous la vape avec un mod méca est la seule digne de ce nom ou si vous souhaitez la découvrir, le Mad Dog est assurément une possibilité à envisager sérieusement. Il faudra cependant adhérer à son esthétique, mais Desire a vraiment bien réussi son pari en offrant un kit très bien fini, complet, performant et au rapport qualité-prix tout à fait juste.

Le Mad Dog RDTA en images

Name of Reviewed Item: Mad Dog RDTA Kit Rating Value: 4.5 Image: http://fr.vapingpost.com/wp-content/uploads/2017/07/mad-dog.jpg Review Author:Review Date: