Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » L’Inde serait sur le point de bannir la cigarette électronique

L’Inde serait sur le point de bannir la cigarette électronique

Un article du journal Deccan Chronicle met en lumière la possible influence de l’Inde sur la position de l’OMS au sujet de l’e-cigarette. Une réglementation forte serait prévue dans le pays pour contrôler ce produit, jugé comme dangereux.

Dangereuse et incontrôlable

L'Inde serait très défavorable à la démocratisation de l'e-cigarette.

L’Inde serait très défavorable à la démocratisation de l’e-cigarette.

Lors d’une récente réunion en présence de scientifiques, experts en santé publique, agents des douanes ainsi que le contrôleur général des drogues en Inde (DCGI), il a été décidé de mettre une restriction sur ces produits qui sont conçus pour fournir de la nicotine.

En gardant en vue ses effets négatifs sur la santé, l’année dernière, l’Inde et d’autres pays du sud-est asiatique se sont engagés à imposer une interdiction de ces produits lors d’un atelier régional pour l’Asie du Sud-Est sur ​​la mise en œuvre de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (FCTC).

Selon le journal indien Deccan Chronicle la décision de contrôler drastiquement les cigarettes électroniques aurait été lancé par l’Inde. Un an après, le ministère de la Santé de ce pays aurait finalement décidé d’interdire les cigarettes électroniques qui sont devenues un phénomène de mode parmi les jeunes consommateurs de tabac.

“Des experts affirment qu’elles ont été commercialisées comme un produit qui pourrait aider à arrêter de fume. Cependant, peu de gens savent que la cigarette électronique a le potentiel de tuer car l’inhalation de nicotine peut être dangereux. Elle est également très néfaste pour les vapoteurs passifs. Ainsi, il a été décidé d’interdire complètement cette menace en implémentant une législation forte“, aurait déclaré un haut fonctionnaire et porte-parole du secrétariat du FCTC au journal Deccan Chronicle.

Au cours de cette réunion, des experts en santé publique auraient fortement déconseillé la prolifération de l’utilisation des e-cigarettes qui sont largement vendues en ligne. “Des mesures législatives et réglementaires appropriées pour empêcher l’utilisation de c-cigarettes sont nécessaires. Ce sont des produits importés, non homologués et largement vendus en ligne. Le rythme de vente des cigarettes électroniques est de plus en plus rapide. Un système robuste sera donc bientôt mis en place pour veiller à ce qu’elles ne pénètrent pas dans le pays “, aurait ajouté le responsable indien du ministère de la santé.

L’Inde compterait aujourd’hui 120 millions de fumeurs. Le pays comprendrait à lui seul 12% des fumeurs mondiaux. En 2009, 900 000 personnes seraient mortes prématurément des causes de leur tabagisme*. Après la Chine, l’Inde est le deuxième plus gros producteur de tabac au monde, avec 875 000 tonnes de tabac produit en 2012*.

Concernant la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac, la sixième session de la Conférence des Parties se tiendra à Moscou entre le 13 et le 18 octobre 2014*.

Review Author:Review Date:
  • Où comment dans un des pays les plus touché par le tabac on continue de préférer mettre dans la bouche des enfants des cigarettes de tabac qui elles n’ont plus rien à démontrer au niveau toxicité.
    Sont fort chez BigT non?

    • Zecat

      Et ne comptons pas sur la France pour s’indigner … faut bien que l’inde gagne plein de sous pour nous acheter nos airbus ou nos rafales … Je te tiens, tu me tiens par la lobyette, le premier qui mourra aura une tapette !

      • Tony Fiant

        On fait même une promo sur Galileo, précis au centimètre près avec une incertitude de 5000 km. Vous m’en prendrez deux ?

  • Tony Fiant

    120 000 millions de fumeurs en Inde. C’est l’INSEE qui a sorti ces chiffres ? 🙂 surement trois zéros de trop.
    Ceci dit, encore un pays qui va dans la mauvaise direction et pas des moindres en termes de population.
    Bizarre, ils ont encore tellement de chantiers, au propre et au figuré, en cours pour le développement de leur pays. Cet intérêt négatif pour la vape est suspect.
    Ludovic a raison, cela pue le lobby à plein nez quoiqu’à à Mumbai, vu la pollution, il passe inaperçu.

    • Titan

      Encore le résultat d’un incompétent grassement payé et investi du pouvoir “d’estimer que …”. Vive le genre humain.

    • Bonsoir Tony, le chiffre provient d’une page de Wikipedia : “There are approximately 120 million smokers in India” – http://en.wikipedia.org/wiki/Smoking_in_India

      • Tony Fiant

        Bonsoir,
        Oui, oui mais l’article mentionne bien 120 000 millions ce qui fait 120 milliards soit un peu trop de gens en Inde et même dans le système solaire 🙂
        J’ai d’ailleurs rectifié dans mon commentaire 🙂

        • Au temps pour moi ! Toutes mes excuses. Je rectifie sur le champ.

  • vapoton

    tiens?encore un très haut fonctionnaire qui a dit une très grosse connerie…

  • lemez

    malin les indiens faut pas tuer la poule aux œufs d’or… et oui la e-cigarette ne peut pas être surtaxé comme la cigarette normale au nom de la santé surtout en plus si les liquides arrivent par la poste 😉
    quelle sommes raporte les cigarettes à l’état? voila le noeud du problème (qu’on me sorte pas le cout de la sécu car la pollution atmospherique est la principale cause mais chute c’est pas orthodoxe de le dire)

    • Tony Fiant

      Et, vu de l’autre côté, celui des industriels de la vape, c’est aussi une mauvaise nouvelle au regard du marché potentiel énorme.
      Après, je me pose quand même la question de savoir si, au regard de la mentalité indienne, d’un sens des valeurs différent et malgré la mondialisation comportementale, la vape aurait pu connaître le même succès que chez les occidentaux ?

  • Frédéric Charles

    Pas étonnant comme réaction de la part du 2eme producteur de ……… tabac !

    A noter que le premier producteur, la Chine, leader de la fabrication de nos VPs, ne commercialise pas les VPs dans leur pays …

    • lemez

      business is business… et la santé passera après