Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » L’étude sur les souris une nouvelle fois critiquée

L’étude sur les souris une nouvelle fois critiquée

La comparaison entre l'homme et la souris pour évaluer l'incidence de la vapeur sur les réponses immunitaires est très relative selon des chercheurs.

La comparaison entre l’homme et la souris pour évaluer l’incidence de la vapeur sur les réponses immunitaires est très relative selon des chercheurs.

Nous avions parlé il y a seulement trois semaines des conclusions d’une étude réalisée par des scientifiques américains dans le Maryland. Il s’agissait des Docteurs Sussan et Biswal qui affirmaient que l’exposition à la vapeur des liquides électroniques altéraient les réponses immunitaires chez les souris, et qu’il fallait prendre en considération ces données pour évaluer la toxicité de la cigarette électronique.

Deux autres docteurs du Center for Smoking Cessation à l’Université de Duke, Alexey Mukhin et Jed Rose, ont analysé cette étude et sont parvenus à démontrer que les conclusions publiées dans la revue Plos One n’étaient pas pertinentes. Les souris doivent en fait être exposées beaucoup plus longtemps à la vapeur d’e-cigarette pour qu’il y ait dans leur organisme des niveaux de cotinine (le métabolite de la nicotine) similaires à ceux des hommes. Ainsi, pour observer les mêmes problèmes pulmonaires chez un humain, un sujet devrait ingérer une dose de nicotine variant de 300 mg à 370 mg. Ce qui correspondrait à 3 600 – 4 600 bouffées de cigarette électronique quotidienne. Or les statistiques de consommation le plus souvent rapportées par les enquêtes auprès de consommateurs montrent une moyenne oscillant entre 50 et 400 bouffées quotidiennes.

Les Docteurs Mukhin et Rose ont affiné leur calcul et ont tenu compte de l’élimination plus rapide de la cotinine chez les souris et ont estimé que l’exposition de ces rongeurs à la vapeur d’e-cigarette correspondrait même à une fréquence de vapotage inimaginable : un homme ou une femme devrait en effet prendre 11 à 13 bouffées de cigarette électronique par minute (soit 11 000 à 13 000 bouffées par jour), soit approximativement une bouffée par respiration. Les résultats de l’étude de Sussan et Biswal doivent donc être pris avec des pincettes, et ce ne sont certainement pas ce qu’on fait les journalistes du Guardian ou de BBC News.

Review Author:Review Date:
  • Titan

    Encore une fois, pour qu’un organisme de presse publie aussi vite de telles conneries, il faut se poser l’éternelle question: A qui profite ce crime de désinformation/intox?