Les vapoteurs maintiennent leur taux de cotinine

Les vapoteurs expérimentés diminuent la concentration en nicotine des e-liquides qu’ils utilisent mais en consomment une plus grande quantité pour maintenir leur niveau de cotinine constante. C’est la conclusion à laquelle est arrivée le professeur Jean-François Etter au terme d’une étude conduite entre 2013 et 2015.

les vapoteurs compenseraient une concentration plus faible de nicotine par une plus grande consommation d’e-liquide

analyses-liquidesJean-François Etter a publié récemment une étude [1] dans la revue Drug and alcohol dependence.  98 vapoteurs exclusifs, recrutés à travers des sites internet et des forums spécialisés lui ont transmis pour analyse un premier échantillon de salive puis un second 8 mois plus tard, accompagnés les deux fois d’un questionnaire décrivant leur utilisation du vaporisateur. Il étaient anciens fumeurs et utilisaient la cigarette électronique quotidiennement depuis 9 mois en moyenne au moment du premier prélèvement.

Les analyses des seconds prélèvement effectués huit mois après les premiers ont révélé des taux de cotinine dans la salive en progression alors que les vapoteurs déclaraient un nombre de bouffées quotidiennes constant, des concentrations de nicotine d’e-liquides plus faibles mais une augmentation de la consommation d’e-liquide.

Ce constat suggère que les vapoteurs compenseraient une plus faible concentration de nicotine par une plus grande consommation d’e-liquide.

Jean-François Etter avance plusieurs hypothèses dont l’évolution de la puissance des dispositifs et aussi la probable amélioration de leur performance dans la délivrance de la nicotine. Deux autres hypothèses peuvent expliquer la diminution du taux de nicotine.

Projet d’abstinence, méfiance envers la nicotine, évolution de la façon de vapoter ?

D’une part certains vapoteurs souhaitent aller vers une abstinence complète, d’autre part la crainte à l’égard de cette substance s’est développée suite à des rapports alarmistes relayés dans les médias et d’une conception erronée de certains acteurs de santé publique des facteurs de risque associés à la combustion, la tabac non fumé et la nicotine. Le professeur s’interroge aussi sur la possibilité que certains consommateurs aient modifié leur comportement de vapoteur.

Sans remettre en cause la moindre toxicité de la vapeur par rapport à la fumée, le professionnel de santé publique voit là tout de même un effet indésirable et encourage les vapoteurs à préférer des taux de nicotine plus élevé avec l’inhalation d’une quantité moindre de vapeur.


[1] A longitudinal study of cotinine in long-term daily users of e-cigarettes
Etter, Jean-François, Drug & Alcohol Dependence, Volume 0, Issue 0, http://dx.doi.org/10.1016/j.drugalcdep.2016.01.003
Review Author:Review Date:
  • ThL

    Je doute de la pertinence d’un recrutement de cobayes au sein des forums spécialisés. On a là affaire à des gens ayant succombé au marketing boxes surpuissantes/drippers pour inhalation directe, qui induisent des consommations de liquide dépassant les 10ml/jour. La grande majorité des vapers que l’on croise sont sur du matériel type evod, ego-one ou au max taifun/kayfun et sont dans une moyenne de 3 à 5 ml/jour, même après plusieurs années, et leur taux de nicotine est en baisse constante. Je ne suis pas sûr d’assister à une compensation par la quantité, au contraire les quantités consommées par cette tranche de consommateur auraient tendance à baisser.
    La (toute) petite conclusion de l’article laisse penser que ce qui inquiète Mr. Etter n’est pas la quantité de nicotine inhalée, puisque l’on sait qu’à priori elle ne pose pas de problème, mais plutôt la quantité de l’ensemble des ingrédients constituant les liquides. Sorti des 4 fondamentaux (PG, VG, Nicotine, arômes), on ne sait pas ce que les fabricants peuvent ajouter comme conservateurs/exhausteurs, et c’est plutôt sur ces derniers qu’il faudrait clairement se poser des questions.

    • Remz

      La conso moyenne sur l’étude est passée de 80ml au début à 100ml à la fin (par mois). Je ne serais pas aussi affirmatif sur le fait qu’ils aient succombé à quoi que soit …
      Ceci dit, je suis assez d’accord avec ta conclusion.

  • Aymard de Ravignan

    Le problème c’est que nous sommes habitué à une certaine concentration et que nous avons du mal a faire des bonds et passer 6mg pour passer a 3mg par exemple. Pensez-vous qu’avoir le contrôle direct sur la concentration en nicotine ( avec un double réservoir ) permettrait de réduire plus facilement notre consommation de nicotine?

    • Titan

      J’ai testé notre DIY sur mon épouse sans lui en parler, ça marche. Elle est un peu éloignée de ce genre de détail, mais elle reste persuadée de vaper du 16mg alors qu’elle est à 9mg depuis 8 mois … Et elle est satisfaite de son dernier petit cadeau à Noël, une Subtank Mini “fushia” 🙂

  • Remz

    Je pourrais ajouter 2 hypothèses pour la baisse du taux de nicotine.
    Pour mon cas, j’ai baissé mon taux car je ne supportais plus physiquement ce que j’inhalais (1)(maux de tête direct). Quand je suis passé sur drippper, j’ai encore dû baisser le taux. Je ne supporte plus rien au dessus 3-4mg.
    Du coup, (grosse) augmentation de ma conso, et diy obligatoire. Et la nicotine, ça coûte assez cher, donc baisser le taux favorise aussi les économies (2).