Les étudiants non-fumeurs attirés par la cigarette électronique selon une enquête

On approche de plus en plus de la Journée mondiale sans tabac et les papiers fleurissent au sujet de la cigarette traditionnelle et de la cigarette électronique dans les médias. De nombreux journaux commencent à relayer ce 13 mai les résultats d’un sondage et d’une enquête sur ces produits, respectivement réalisés par la Smerep et Harris Interactive.

La cigarette électronique serait “fun”

67% des étudiants non-fumeurs affirment avoir essayé l'e-cigarette selon un récent sondage.

67% des étudiants non-fumeurs affirment avoir essayé l’e-cigarette selon un récent sondage.

On apprend d’une part qu’un tiers des étudiants sondés est fumeur et que 15% sont des fumeurs réguliers. D’autre part, les études nous révèlent que 23% des étudiants fumeurs envisagent d’arrêter le tabac lors des 12 prochains mois. Seuls 5% des étudiants consommateurs de cigarettes ont choisi de se mettre à l’e-cigarette suite à la hausse des prix du tabac.

Mais d’autres informations vont faire jaser et vont certainement faire plaisir aux personnes qui dénigrent cette méthode de réduction des risques pour le fumeur. Les enquêtes de Smerep et Harris Interactive nous apprennent que seuls 27% des étudiants “trouvent la cigarette électronique beaucoup mieux que la cigarette“. De plus, 4 étudiants sur 10, parmi ceux qui l’ont essayé, affirment ne pas avoir l’intention de stopper leur consommation de tabac.

On découvre enfin que 67% des étudiants non-fumeurs affirment avoir essayé la cigarette électronique. Les défenseurs de l’hypothèse que l’e-cigarette puisse être attractive pour les non-fumeurs et devenir une passerelle vers le tabac vont se souvenir de ce type d’études …

Review Author:Review Date:
  • Marco

    Et combien d’étudiants non fumeurs ont essayé la cigarette de tabac ? sans ce chiffre, ces 67% ne veulent pas dire grand chose.

  • Bon, reprenons ces chiffres tranquillement. Si 4 étudiants sur 10 (qui l’ont essayé) non pas l’intention de stopper, il y a donc 6 sur 10, soit 60 % ont peut être l’intention de stopper, ce qui représente un chiffres assez conséquent.
    Ensuite, les 67% des non-fumeurs qui l’ont essayé, n’entraîne a aucun moment le faîte qu’une passerelle pourrait se créer vers le tabac. Vu que la question n’ait pas été posée, aucune synthèse ne peut être faite.
    Ensuite, la question qui faudra bien se poser un jour, c’est que vont devenir les “futurs fumeurs” ? Il y aura donc un chiffre assez conséquent de personnes qui vont devenir vapoteurs sans avoir été fumeurs, c’est une réalité.

    • Randall

      “Il y aura donc un chiffre assez conséquent de personnes qui vont devenir vapoteurs sans avoir été fumeurs, c’est une réalité” : ah bon ? Aucune enquête à ce jour ne permet de justifier cette hypothèse.
      Cette hypothèse est basée sur le caractère supposé addictif de la nicotine inhalé, qui n’a jamais été établi. La nicotine inhalée – seule – ne crée pas de dépendance. Donc il y a peu de risque que beaucoup de vapoteurs deviennent dépendants. Cela restera anecdotique plutôt.

  • guitou34

    Pour apporter une touche positive.
    On sait que la majorité des d’étudiants fumeurs vont être aussi accro qu’on a pu l’être, mais maintenant ils disposerons d’outils efficaces pour en sortir.

  • Olivier

    combien d’étudiants ont essayé le cannabis, l’ivresse, les rapports sexuels non protégés, les excès de vitesse, etc etc??? quand on est jeune on touche à tout ça veut pas dire qu’on tombe dedans. Et effectivement je connais plein de non-fumeurs qui ont déjà tiré sur une clope (de tabac) “pour voir”. Donc il est normal que ce soit le cas également avec l’électronique, d’autant qu’il s’agit de quelque chose de nouveau. ça ne veut pas dire qu’ils vont aller courir dans une boutique acheter une e-cig et du liquide à 20mg!

  • Vapevapes

    Quand on est jeune il n’y pas d’urgence de d’arreter de fumer

  • Tony Fiant

    Cf. mon autre commentaire, essayer ne veut RIEN dire, rien.
    Quand on voit autour de soi de plus en plus de gens qui consomment un produit que l’on ne connaît pas, et bien, on a envie de savoir ce que l’on ressent avec ce produit. De là à le consommer régulièrement, il y a un gros pas surtout pour un non fumeur car, le premier réflexe en général, est une bonne quinte de toux à la 1ère vape sans parler de la surprise du goût.
    Mais, oui, cette étude va bien être utilisée pour dénigrer avec la “bonne” manière de présenter la chose.
    En fait, la vape est très intéressante d’un point de vue sociétal : lorsque l’on voit le traitement de l’information, les études, les prises de position, etc., cela en dit long sur le fonctionnement “en général” de notre société sur TOUS les sujets.
    On s’en doutait déjà mais, là, on a des preuves…
    La vape est un spot illuminant les recoins sombres du grand décor mondial.