Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » Les dernières données au Royaume-Uni montrent une hausse notable des tentatives de cessation associées à la prolifération des e-cigarettes

Les dernières données au Royaume-Uni montrent une hausse notable des tentatives de cessation associées à la prolifération des e-cigarettes

L'e-cigarette connait un succès grandissant au Royaume-Uni

L’e-cigarette connait un succès grandissant au Royaume-Uni

Voici un article du professeur Siegel (Université de Boston, États-Unis) dans lequel il réagit aux derniers chiffres du tabagisme au Royaume-Uni :

Les données récemment mises à jour de l’étude Smoking Toolkit Study (fichier Powerpoint) ont fait état d’une hausse notable du taux de cessation en Angleterre au cours des deux dernières années, et que cette hausse est associée à celle spectaculaire de l’utilisation des cigarettes électroniques. Ces données suggèrent que la prolifération des cigarettes électroniques en Angleterre est la raison derrière l’augmentation des tentatives pour arrêter de fumer.

Le nombre de fumeurs britanniques utilisant des cigarettes électroniques est en pleine explosion

Le nombre de fumeurs britanniques utilisant des cigarettes électroniques est en pleine explosion

Le pourcentage de fumeurs qui utilisent des e-cigarettes a enregistré une hausse spectaculaire en Angleterre, passant de 2% en mai 2011 à 16% en août 2013. Les raisons associées à la prolifération des cigarettes électroniques furent :

  • Une hausse du pourcentage de fumeurs ayant tenté d’arrêter de fumer ; et
  • Une hausse du pourcentage de fumeurs qui se sont dit motivés pour arrêter de fumer (autrement dit qui ont l’intention d’arrêter très prochainement).

Alors que ces tentatives de cessation ne semblent pas encore avoir conduit à une baisse démontrable dans la prévalence des cigarettes traditionnelles, on pourrait s’attendre à observer un tel repli avec un suivi soutenu étant donné qu’une hausse des tentatives de cessation et un regain de motivation pour arrêter de fumer sont connus pour être associés avec des taux de cessations réussies.

Alors que ces données ne prouvent pas que l’utilisation de la cigarette électronique ait été à la base de l’augmentation des tentatives de cessation, la nature spectaculaire de cette hausse et le moment de ces changements suggèrent clairement que ce que nous observons est l’effet d’une utilisation d’e-cigarettes.

Ces données montrent un avantage potentiel supplémentaire dont disposent les cigarettes électroniques : il est possible qu’elles stimulent les tentatives de cessation. -M. Siegel

Indépendamment de leur efficacité éventuelle à aider les fumeurs à arrêter, si ces produits permettent d’augmenter le pourcentage de fumeurs essayant de se sevrer, ils devraient avoir un impact positif sur la santé publique.

Le reste de l’histoire

Ces données s’ajoutent aux preuves déjà existantes qui suggèrent que les cigarettes électroniques ont des effets hautement bénéfiques pour la santé publique et qu’elles facilitent la cessation tabagique. Bien qu’elles ne soient pas un produit miracle, elles semblent être au moins aussi efficaces que les produits de remplacement de la nicotine et offrir un espoir à des millions de fumeurs qui utilisent sans succès les produits de sevrage tabagique approuvés par la FDA.

De manière surprenante, les chercheurs pour la lutte anti-tabac continuent d’être opposés aux cigarettes électroniques et refusent de reconnaître les preuves accablantes que ces produits aident réellement des milliers de fumeurs à rester à l’écart des cigarettes de tabac.

Les deux inconvénients des cigarettes électroniques, à savoir premièrement qu’elles pourraient inhiber une cessation nicotinique totale chez les fumeurs, qui y seraient parvenus de toute manière, et deuxièmement, qu’elles seraient une passerelle au tabac pour les plus jeunes, ne semblent pas inquiéter pour le moment. Il n’existe aucune preuve qu’un de ces deux phénomènes ait lieu. La plupart des utilisateurs d’e-cigarettes essaient ces produits précisément parce qu’ils ont échoué avec d’autres approches. Ainsi, ces derniers ne sont pas des fumeurs qui auraient miraculeusement arrêté de fumer si les e-cigarettes n’étaient pas disponibles. Tout comme il n’existe aucune preuve que ces produits sont les premiers que les jeunes utilisent dans leur initiation au tabac.

Par conséquent, à l’heure actuelle, il semblerait que les cigarettes électroniques aient un impact très positif sur la santé publique. Pourtant, les groupes de lutte anti-tabac continuent de décourager cette approche. Fort heureusement, il y a une limite jusqu’où ces groupes peuvent continuer à réfuter les preuves accablantes.


Traduit de l’anglais d’après l’article original : http://tobaccoanalysis.blogspot.fr/2013/10/latest-data-from-uk-show-striking.html

  • Flo

    Groupe de lutte anti-tabac = Lobby du tabac?

    • Alexis Finn

      Non, quand-même pas.
      A mon avis ce phénomène résulte de plusieurs facteurs.
      1 – Dans Cigarette-électronique il y as bien ‘cigarette’, et donc il semble tout a fait raisonnable de se méfier du produit car après tout la cigarette fais peur et avec raison. Si seulement on avais appelé ça ‘vaporisateur nicotinique’ ou quelque-chose dans le genre il y aurais eu j’en suis sur beaucoup moins de problèmes.
      2 – Quand on as passé des années voire des décennies à lutter contre la cigarette, et que quelqu’un viens vous dire que “non cette cigarette là c’est pas pareil”, ben pour rappel c’est exactement ce que disait les companies du tabac au début et tout le monde s’est mordu les doigts de les avoir cru.
      3 – Il est tout simplement difficile d’admettre qu’on s’est trompé et que finalement tout ce qu’on disait il y as un ou deux ans c’était des conneries, désole.

      Bref, il y as un facteur fierté qui empêche les gens d’admettre leurs tort, mais également et SURTOUT UN GROS FACTEUR “MARKETING STUPIDE” qui as consisté (et consiste encore) à appeler ça une “cigarette” électronique et de fabriquer et vendre des appareils qui imitent les cigarettes au point d’avoir une texture de papier a cigarette et une diode rouge sur le bout qui s’allume quand on tire dessus.
      Avec ce genre de marketing il ne faut pas trop s’étonner que les gens confondent cigarettes électronique et cigarette normales car après tout les industriels eux-mêmes ont tout mis en oeuvre pour que ce soit le cas, et c’est franchement un peu hypocrite de leur part de venir se plaindre de cette confusion.

  • Kucing

    D’un autre côté, si la cigarette électronique s’était appelé “vaporisateur nicotinique”, je ne suis pas certain qu’autant de fumeurs se seraient jetés dessus.

    • Alexis Finn

      Certes, mais appelons un chat un chat.
      Si au lieu de dire chat on dit “petit tigre mangeur d’homme” faudra pas s’étonner après si les gens on peur des chats.