Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » Les collégiens et les lycéens fument moins qu’il y a trois ans

Les collégiens et les lycéens fument moins qu’il y a trois ans

Le professeur Bertrand Dautzenberg a mené l’enquête annuelle de Paris sans tabac et ses résultats ont été révélés cette semaine par le quotidien Le Parisien. La cigarette semble séduire de moins en moins les jeunes.

La cigarette électronique en jeu dans la “débanalisation” du tabac ?

D'après une récente enquête américaine, les jeunes ne serait pas attirés par la cigarette électronique

D’après une récente enquête les jeunes seraient moins enclins à fumer.

En 2011, 20% des 12-15 ans déclaraient fumer, ils ne sont désormais plus que 11,2% de cette catégorie d’âge à consommer du tabac. Les lycéens fument également moins qu’il y a trois ans puisqu’ils étaient 42,9% à être fumeurs en 2011, contre 33,5% actuellement.

Gérard Mathern, pneumologue tabacologue et secrétaire général de la Société française de tabacologie (SFT), évoque deux facteurs qui sont très probablement à l’origine de cette évolution. La “débanalisation du tabagisme” et l’augmentation des prix ont réduit l’attractivité du produit auprès des jeunes, mais selon lui c’est surtout l’apparition de la cigarette électronique qui a contribué au déclin du tabac.

1/3 des personnes qui ont essayé la cigarette électronique deviennent des vapoteurs

90% des jeunes fumeurs auraient déjà vapoté au moins une fois mais seulement 31% des vapoteurs ont utilisé l’e-cigarette lors des trente derniers jours. L’explication de ce fait est très simple selon Gérard Mathern : ce sont seulement les personnes qui désirent arrêter le tabac qui adoptent l’e-cigarette.

Certains jeunes sous-estiment encore les conséquences néfastes du tabagisme. Béatrice Le Maitre, tabacologue au CHU de Caen, raconte qu’une de ses patientes, âgée seulement de 32 ans et fumeuse depuis l’âge de 12 ans, montre déjà une insuffisance respiratoire, certainement très handicapante au quotidien.

Review Author:Review Date:
  • Tony Fiant

    On devrait faire un petit sondage en “interne” : connaissez vous une seule personne qui ait commencé la vape sans être préalablement fumeuse, quel que soit son âge ?
    Perso = 0 et je connais pourtant un certain nombre de Vapoteurs.
    Que 90 % des jeunes aient déjà vapoté une fois ne veut rien dire, mes enfants, majeurs bien sur, ont tous les deux essayé, par curiosité. Après une grimace sur un Halo et un hum, c’est bon sur un Suicide Bunny Mothermilk, cela s’est arrêté là.
    La plupart, c’est cela, une simple curiosité. Juste une fois. Sauf que cela va entrer en compte dans des stats malléables à merci.
    Je ne crois pas à la baisse du tabac chez les jeunes grâce à la cigarette électronique, ce n’est statistiquement pas vrai.

    • guitou34

      Idem. Je ne connait personne.
      D’ailleurs, j’ai proposé a un non fumeur d’essayer (un vrai, pas un ex-fumeur). Il me dit: “Tu sais, je n’ai aucune envie. Et je ne comprend pas ce besoin d’aspirer régulièrement de la vapeur ou autre chose par la bouche.”
      He oui, basiquement, il faut le reconnaitre, on est accro à la tétine.
      C’est d’ailleurs lui qui en 2009 m’avait parlé de la e-cig par rapport l’expérience positive d’un copain. Mais, il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. Ce n’est qu’en 2012 que je suis passé à la e-cig avec une approche classique : 1) Je veux arrêter de fumer, 2) quel est le meilleur moyen.
      L’explosion médiatique en 2013 a fait que tout fumeur a essayé, mais que beaucoup ont abandonnés ou tournent à la voile et à la vapeur. Parce que, même si on n’a pas fait mieux en terme de substituts, le shoot de la e-cig n’est pas celui de la cigarette. Tant mieux pour les fumeurs qui sont passé à la e-cig en commençant par curiosité. Mais même, si les forums regorgent des ses expériences miraculeuses, elles restent minoritaires.
      Pour les jeunes je te rejoint également. c’est l’age des expériences et les stats ne veulent rien dire. Hormis pour la cigarette, qui est une vrai vacherie, pour les autres drogues, le passage de l’expérience à l’addiction incontrôlée est principalement due à l’environnement.