Le Professeur Dautzenberg réagit au rapport britannique sur l’e-cigarette

A l’origine du rapport de l’OFT en 2013, le Professeur Dautzenberg a contribué à dédiaboliser la cigarette électronique en France. Après la publication du récent rapport des autorités de santé anglaises sur le vaporisateur, nous l’avons interrogé pour connaître sa position.

95% moins dangereux que le tabac : Un rapport de réduction des risques trop pessimiste

bertrand-dautzenbergCe rapport publié par le gouvernement anglais et non par des experts ou des associations lui confère “une dimension, une force particulière”, nous confie le Pr Dautzenberg. En l’endossant, le département de santé britannique (PHE) vient “combattre les réticences à l’égard de l’utilisation de la cigarette électronique”.

Le rapport de risque de la vape face au tabac serait plutôt de 200 à 300 fois moindre.

Le pneumologue note que si cette position gouvernementale confirme que “la cigarette électronique ne sera jamais un produit complètement sain (…) les incertitudes sont de moins en moins nombreuses” et que ce produit “est beaucoup moins dangereux que la cigarette traditionnelle”.

Le rapport du PHE fournit notamment des chiffres sur cette dangerosité et indique que la cigarette électronique serait au moins 20 fois moindre que le tabac. Si Bertrand Dautzenberg juge que ce chiffre est réaliste, il reconnaît en revanche qu’il ne “repose pas sur des données scientifiques solides”. Selon lui le rapport de risque de la vape face au tabac serait plutôt de “200 à 300 fois moindre”. En tout état de cause, nous dit-il, “si le chiffre précis est inconnu, le bénéfice lui est certain”.

Une influence britannique souhaitable en France

A la question des répercussions de cette analyse britannique sur la politique française de lutte contre le tabagisme, cet expert en tabacologie n’a aucun doute. “Ce rapport a et aura des répercussions sur la politique des différents pays européens”. Le document publié le 19 août s’inscrit en effet dans une intense période législative où la transposition de la directive tabac est en train d’être discutée au sein des différents États membres.

Le Haut Conseil de Santé devrait revoir sa position face avec ces nouvelles données

“Les données rassurantes s’accumulent” confie le professionnel de santé qui rappelle encore une fois que l’e-cigarette “ne constitue pas une passerelle vers le tabagisme chez les jeunes et que dans la vie réelle elle est utilisée presque exclusivement par les fumeurs. Si l’on ajoute à cela la publication des normes AFNOR [ndlr : dont il a présidé les travaux], tous ces éléments rassurent les consommateurs et les décideurs”.

Bertrand Dautzenberg estime qu’il serait souhaitable qu’en France, le Haut Conseil de Santé (HAS) révise son rapport de façon à l’adapter “aux données nouvelles”.

Une Directive européenne très excessive

Interrogé sur sa vision de la nouvelle Directive sur les produits du tabac (TPD) Bertrand Dautzenberg est très clair : “Il ne faut pas tout réglementer de façon excessive”. Pour lui les précisions techniques en provenance de l’Union européenne sont “excessives” et soulève le paradoxe de normes techniques qui pourraient diminuer la sécurité des produits.

La France doit encadrer mais ne doit pas diriger l’évolution de la cigarette électronique

Il cite notamment l’exemple de la contenance maximum de 2 ml pour les réservoirs qu’il juge insuffisante. “Certains vapoteurs ont en effet besoin d’une quantité supérieure dans leur consommation quotidienne, ce qui les obligerait à remplir leur réservoir plus souvent et dans des conditions qui ne correspondent pas à une sécurité maximum.”

Avec le minimum de textes législatifs, déjà longs à modifier lorsque les évolutions technologiques changent, et quelques textes règlementaires adaptés, “la France doit encadrer mais ne doit pas diriger l’évolution de la cigarette électronique.”

“On ne peut que se réjouir qu’en France l’industrie du tabac reste quasi-absente du marché de la cigarette électronique. Les acteurs de la vape indépendante du tabac sont plus forts en France qu’au Royaume-Uni ou aux USA”. Une différence que le pneumologue juge très positive.

Review Author:Review Date:
  • Titan

    Ben voilàààààà! Reste à savoir si ce “langage d’ouverture informatif” restera le même et/ou sera prolongé demain. Ce cher professeur de santé nous a habitué à des discours à tiroirs et à des rapports écrits signés de sa main dont les contenu étaient discutables et qui le sont encore.

    – Recommander d’interdire le VP aux jeunes …! C’est bô et politiquement correct dans une reprise de discours démago ministériel, mais dans la vraie vie, c’est accepter sans le dire de laisser notre jeunesse entrer chez un buraliste qui, nous ne le savons que trop bien, se fichera royalement de l’interdiction aux moins de 18 ans aujourd’hui connue de tous. En revanche, expliquer à notre chère jeunesse (celle qui de tte façon et pour plein de mauvaises raisons se tournera vers le tabac) que “quitte à vouloir emprunter ce parcours de vie particulier, une alternative “infiniment mois dangereuse” existe et que de deux maux, qu’ils choisissent le moindre”, serait un discours plus objectif. Qu’ils choisissent celui qui leur permettra de profiter de leur retraite plus longtemps (j’en entends qui grincent des dents, là …!) Et ça, C’EST de l’INFORMATION VRAIE ET RÉALISTE, non “interprétable” suivant … le vent.

    – Recommander d’interdire le VP aux femmes enceintes …! Ben ça c’est n’importe quoi, une vraie bonne connerie à la française pour au moins deux raisons. Premièrement, je n’ai JAMAIS entendu parler de femmes tombant enceintes et exprimant tout d’un coup de désir de se mettre à fumer, faudrait quand-même pas prendre aussi ouvertement les mères de nos enfants pour des demeurées non-mais-sans-blague! Par conséquent, interdiction parfaitement inutile dans ce cas. Deuxièmement, l’interdire à une fumeuse qui tombe enceinte? C’est ça que ça veut dire, alors …? Donc, ou elle arrête de fumer en claquant des doigts du jour au lendemain, (c’est possible mais rare, et tt le monde n’est pas égal face à ce problème de volonté et de motivation), ou … “Madâââme, nous avons en pharmacie un panel complet de substituts qui, pour une somme absolument astronomique (c’est sûr), pourront vous aider (éventuellement) à … vous donner un coup de main pour … arrêter (peut-être, mais achetez d’abord nos patchs, on verra après)”. Ce qui est rigolo dans l’histoire, c’est que là, la nicotine en patchs, gommes, sprays ou inhalateurs est très bien acceptée par l’inconscient collectif. “Vous comprenez, c’est médical …”. Un gars sur la plage qui se balade avec sa rustine nicotinée sur le bras ou qui rumine sa gomme à mâcher pue-du-bec, “c’est respectable, il souffre et il se soigne”, mais déambuler en vapant avec un biniou vaporeux, ça fait “drogué pas fréquentable qui “sent” …” Donc pour faire court, cette interdiction aux femmes enceintes est … une connerie, on est d’accord.
    Et donc pour en finir (pardon pour ce pavé) avec les assertions de ce cher Dautzy (qui a fini par admettre l’inexistence Vape = porte d’entrée vers le tabac), conseiller à MST d’interdire la Vape en public par principe d’exemplarité reste plus que discutable, même en arguant du faux prétexte de “vapotage passif”, sachant que pour le vaper actif, les composants qui peuvent éventuellement causer soucis ne sont décelés qu’à l’état de trace ou à la limite du mesurable.
    Il reste donc à espérer que d’une part, Dautzy garde le même discours ou le fasse évoluer favorablement, et d’autre part, qu’il ne soit pas “interprétable” et donc interprété en fonction de certains buts inavouables à la forme très politico-correct mais au fond mercanto-nauséabonds.

    • Patrick Rvs

      Dautzenberg a toujours été prudent, ce que sont très rarement les vapoteurs. Dautzenberg connait la biologie et la médecine, ce qui est exceptionnellement le cas des vapoteurs qui la ramènent à tout va, en confondant allegro molécule et cellule, pour ne citer qu’un exemple risible parmi des centaines.

      • Titan

        Pas faux, ceci ne lui donne pas cependant le … “droit” de signer en bas de page un rapport discutable en prétextant ensuite (on l’a eu au tel après en “explication de texte”) qu’il n’avait pas lu des choses qui auraient été rajoutées. En tout cas c’est ce qu’il a déclaré. Mais personne et surtout pas moi, ne doute de ses compétences médicales. C’est quelqu’un qui “habite dedans”, qui voit tous les jours la misère morale et physique causée par le tabac avec des gens qui meurent. Mais je me méfie des ses discours “un pas en avant un pas en arrière”. Parce que j’ai par exemple beaucoup de mal à comprendre dans un même discours: ” Vapotez le plus souvent possible, à votre rythme, sans pression et sans stress” avec ensuite “pas en public par principe d’exemplarité”. D’autant que plus on avance, plus on a d’information sur l’innocuité de la Vape et de ses bénéfices en terme d’aide au sevrage. En l’occurrence le temps travaille pour nous. Et comme ça commence à se savoir, ça rend nerveux une certaine partie de nos dirigeants très bien informés sur le phénomène. Et comme Dautzy est l’intermédiaire en la matière, je persiste à me méfier, non de ses compétences, mais de son discours.

  • venez à Toulouse où l’association TABAC LIBERTE organise le 7 nov 2015 la journée européenne de la ecig: on vous dira tout,les spécialistes répondront à toutes vos questions :ça va chauffer ou vapoter