Le mea culpa d’un buraliste d’Auch

"Je ne veux plus tuer les gens" : un buraliste du Gers veut revendre sa licence

“Je ne veux plus tuer les gens” : un buraliste du Gers veut revendre sa licence. A lire sur Sud ouest.

Un buraliste de la commune d’Auch (Gers) demande à la ministre de la Santé de lui racheter sa licence, sous peine de porter plainte “pour abus de confiance et génocide par manipulation“.
C’est en ces termes que s’est exprimé Cédric Prieur au média Sudouest, pour évoquer son mal-être depuis la chute de son chiffre d’affaires.

Ils rappellent que lui et ses pairs sont “rémunérés en fonction des volumes de vente”, et que l’augmentation de la TVA et des prix continus de la cigarette sont à l’origine de la baisse des ventes. Ces buralistes, situés proches des zones frontalières, subissent encore plus l’effondrement du marché du tabac, en effet une partie des fumeurs français préfèrent se déplacer jusqu’à l’étranger pour se procurer des cartouches à des tarifs plus attractifs.

En parallèle, Cédric Prieur explique qu’il a “pris conscience” de sa contribution néfaste sur la santé publique. “Je ne veux plus tuer des gens en leur vendant du tabac qui assassine sans que les consommateurs le sachent” affirme-t-il. Celui qui a constaté une baisse de chiffre d’affaires de 30% en un an n’y va pas de main morte pour expliquer son désarroi et explique se sentir comme un “tueur par procuration sans le savoir“. L’état est complice de cette situation, il le désigne clairement : “le gouvernement, avec ces taxes, m’a gâché l’envie de travailler” avoue-t-il.
Difficile de croire à cette forme de mea culpa, quand elle arrive seulement au moment où les buralistes voient dégringoler leurs ventes.


Via Sud ouest

Review Author:Review Date:
  • Leio Vptivist

    Donc sans taxes il n’avait aucun remord à tuer les gens ?

    • Soys

      Ou alors, les taxes lui ont elles ouvert les yeux.

  • Soys

    Je ne serai pas aussi catégorique, je veux bien accorder le bénéfice du doute à nombre de buraliste, à vrai dire, j’aimerais bien voir une reconversion complète, même progressive des buralistes en boutique IRL de vapote. Si je prend l’exemple d’un buraliste situé non loin du travail de ma compagne, ce dernier met en avant TOUT ce qu’il a concernant la e cigarette et ne relègue que derrière son comptoir, sans l’éclairer , les produits du tabac. Il sait que je vapote, en même temps, mod à la main c’est difficile de ne pas le voir,et quand je suis dans sa boutique, et pas que moi comme vapoteur, il s’arrange pour faire une discussion sur la vapoteuse en présence de fumeurs. Il n’hésite pas à exposer la dangerosité du tabac et mettre en avant la e cigarette. Il renvoie clairement une image de produit de transition où on prend plus son pied qu’en fumant. Toute sa vitrine est consacrée à la vapoteuse, il a disposé des vitrines à l’intérieur de son enseigne pour la e cigarette, il n’hésite pas à parler de économies que nous faisons en vapotant, et, toujours en présence de fumeurs. C’est un buraliste depuis des décennies, il s’agit se servir de son métier pour convertir des fumeurs. Dans un cas comme celui là, j’applaudi des deux mains, d’autant qu’il sait rediriger les nouveaux convertis dans des enseignes d’ecig, bravo.

    PS: Il est le seul buraliste à ma connaissance dans Nancy à le faire à ce point, mais cela prouve que les consciences bougent et donc bravo.

    • Leio Vptivist

      Je dis aussi bravo de toute manière, c’est juste le raccourci taxe/prise de conscience qui est un peu gros (d’ailleurs probablement le fait du journaliste qui a rapporté l’info inititiale)

  • Roger Arbogast

    Je pense qu’on touche ici à une valeur morale très subjective. Doit-on considérer qu’un vendeur de tabac est un assassin ou un marchand de mort ?
    D’un certain coté, il vend des produits qui tuent, au même titre qu’un marchand d’armes vend des produits qui tuent des gens.

    D’un autre coté, n’est-ce pas plutôt les gens qui achètent qui doivent être blâmés ? (les fumeurs se font tomber le couperet sur la gorge eux-même. C’est plus compliqué dans le cas des acheteurs d’armes).

    On pourrait également considérer que l’état est le véritable coupable car il autorise la vente de produits qui sont mortels dans le cas d’une utilisation normal.

    Bref, je ne jette pas la pierre à ce buraliste, mais je refuse de le considérer comme un martyre, car je pense que si le business aurait été plus juteux, il aurait trouvé moyen de soulager sa conscience.

    • Tony Fiant

      Et encore, les armes peuvent servir à se défendre, elles peuvent donc etre bénéfiques pour notre santé. Pour le tabac, j’ai beau cherché…

  • manu06

    si le chiffre d’affaire explosait comme a la grande époque,je pense qu’il s’en taperait bien de la santé des gens ! toujours a se plaindre ! des centaines de mecs sont sur le carreaux chaque jours a cause de l’effondrement d’un marché ! et quel marché pour l’occasion ! péripatéticienne de le l’état jusqu’à ce que les clie…..les pigeons trouvent la parade pour échapper au racket ! c’est bien beau de regretter,mais comme je pourrais le dire a ce cher Kerviel ! fallait y penser AVANT !

  • Tony Fiant

    Un peu dubitatif par cette prise de conscience juste au moment où le vent tourne.
    Quant au génocide par manipulation, c’est tout aussi hypocrite que le fumeur qui porte plainte contre les cigarettiers.
    Tout le monde a toujours été bien conscient de ce qu’il fait : l’état qui empoche, le buraliste qui vend et le client qui achète.
    A voir toutefois, ce serait intéressant, si son cas en déclenche d’autres.

    • Titan

      Exact mais incomplet:

      L’état qui empoche et qui tue, le buraliste qui vend et qui tue, et le client qui achète et qui se suicide.

  • Soys

    Pour ma part, je prends en compte que tout le monde doit pouvoir bouffer. Si un buraliste ou plusieurs prennent conscience que bouffer c’est légitime, mais que cela ne doit pas être un poids sur la conscience, c’est mieux. Et donc, pour en revenir au buraliste nancéien dont je parlais, je trouve que sa façon sde faire est la bonne : Il pousse ses anciens clients dans les boutiques d’evcig

  • enora

    Je vais surement me faire taper sur les doigts mais…quand on est fumeurs on est bien content de trouver un buraliste, ce sont des commercants comme les autres..la malbouffe tue, l’alcool tue…bref je travaille pour des buralistes et ce ne sont pas des monstres assoifes de sang bien au contraire, il y a des gens bien et des mauvais comme partout, ce qui me gene c’est cette generalisation que l’on fait, et pour rebondir sur le buraliste de nancy, les miens ont carrement ouvert une boutique ecig et en parlent egalement a leur clients tabac, etant vapoteuse depuis trois ans ils m’ont naturellement proposes de travailler dans la boutique et j’en suis ravie, j’ai vendu du tabac pendant pratiquement 10 ans et a l’epoque ou je cherchais du travail je n’avais trouver que cela, mais suis je complice pour autant d’un genocide de masse? et bien non desoler … les gens font ce qu’ils veulent, personne ne m’a obliger a acheter du tabac pendant pratiquement 20 ans, je l’ai fait de moi meme et si je dois en vouloir a quelqu’un c’est BT pas les gens qui ne font que vendre un produit de consommation “courante”.
    Desoler pour le laîus mais cela me tracassait depuis quelque temps deja 😉
    Merci de m’avoir lue et j’espere etre comprise ne serait-ce qu’un petit peu.

    • Tony Fiant

      Etant presque tous de ex fumeurs ici, ce serait certes hypocrite de traiter les buralistes de monstres.
      Le profil joue : le buraliste depuis 40 ans a débuté dans un contexte moins informatif que maintenant. Celui qui a ouvert un bureau de tabac il y a 3 ans, c’est different, il sait que ce qu’il vend est léthal.
      Apres, certains sont uniquement là pour le business, les autres, ceux qui ont une conscience se disent, pour se la donner bonne la conscience, que personne ne pousse les clients à acheter des cigarettes.
      Un buraliste intelligent et disons humain doit songer à mixer : vente de tabac ET de vape.
      Attention, pas la démarche du type de ceux qui vendent du Mtl bas de gamme histoire de limiter la baisse des ventes du tabac (ils ont presque tous maintenant un tourniquet de ce genre de materiel) mais une véritable démarche avec un vrai choix et des produits performants.
      Ils perdront moins d’argent, feront une bonne action et prendront un risque finalement limitée quelle que soit l’évolution des réglementations.