L’e-cigarette dans le plan de lutte contre le tabagisme suscite l’incompréhension des associations

L’annonce hier du nouveau plan de lutte contre le tabagisme a laissé derrière elle l’incompréhension et la colère des différentes associations de défense de la vape.

Des propositions jugées ridicules

Pour l'ensemble des associations spécialisées, la vape est gravement menacée par les récentes mesures annoncées hier par le ministère de la santé.

Pour l’ensemble des associations spécialisées, la vape est gravement menacée par les récentes mesures annoncées hier par le ministère de la santé.

En France comme ailleurs toute interdiction doit être justifiée sur des bases solides. Si un produit est interdit dans les lieux publics, comme ce doit être le cas avec la cigarette électronique tel qu’annoncé hier par la ministre, il faut des évidences scientifiques pour justifier une telle mesure. Le même scénario s’applique pour la publicité, encadrée dès maintenant puis interdite totalement en 2016, qui prend ses racines dans le risque de passerelle vers le tabagisme chez les jeunes. Or ni l’une ni l’autre de ces mesures n’a de bases scientifiques pour le moment.

Les évidences récoltées jusqu’à présent tendent même à prouver le contraire. L’e-cigarette chez les jeunes participe à la dénormalisation de la cigarette traditionnelle et entraine avec elle une baisse de consommation du tabac. C’est en tous cas ce que montrent la récente étude britannique et celle du professeur Dautzenberg plut tôt dans l’année. Quant au tabagisme passif qui ne trouve aucun écho dans la vape, il semble pourtant toujours très présent dans l’esprit du ministère.

Des menaces légales

C’est pour ces raisons que l’Association indépendante des utilisateurs de la cigarette électronique (AIDUCE) annonce dès à présent qu’elle contestera devant les tribunaux cette interdiction d’usage dans les lieux de travail collectif, sans pour autant refuser l’application de règles de bonne conduite évidentes qui s’appliquent à la vape dans certains lieux publics (classes d’école, transports en commun).

Sans tabac, sans combustion et sans effet délétère sur l’entourage” la vape ne peut faire légalement l’objet d’une interdiction explique l’association, qui compte assigner devant les tribunaux la ministre afin de défendre le droit du consommateur à la réduction des risques.

Des idées que l’on retrouvent à la fois dans les premières réactions de la FIVAPE ou du SYNAPCE qui dénoncent tous deux l’affront ministériel porté au produit, un outil jugé par ces professionnels comme ayant le pouvoir de lutter efficacement contre l’épidémie du tabagisme.

Une confusion entre l’industrie du tabac et la vape indépendante

Les réactions des principaux groupes anti-tabac (CNCT, Ligue contre le cancer et Alliance contre le tabac) aux annonces du ministère illustrent bien cet amalgame entre tabac et produits de la vape. On parle dans Le Monde de pressions exercées par les “lobbyistes de l’industrie du tabac et de la Confédération des buralistes“, d’un “droit à la protection” contre l’e-cigarette ou encore d’une belle “déclaration de guerre contre l’industrie du tabac et l’industrie de la mort“.

La vape qui vient d’être jetée encore une fois dans le panier du tabac alors qu’elle est son antithèse pour des millions d’ex-fumeurs français, trouvera à coup sûr sa place dans les tribunaux très prochainement.

Review Author:Review Date:
  • Yvon Novy

    Pourquoi les états cherchent-ils par tous les moyens à freiner l’essor de la cigarette électronique, alors qu’il est de plus en plus évident que c’est le moyen le plus efficace pour aider les fumeurs à arrêter le tabac ?
    Parce-que les industries du tabac ont mis en place des actions de lobbying pour convaincre nos gouvernants que le fait que le “tabac tue” était plutôt économiquement positif pour eux, principalement concernant le problème du financement des caisses de retraites. Ça fait froid dans le dos, mais les cigarettiers ont argumenté que les fumeurs payaient les taxes sur le tabac durant tout leur période de tabagisme, et qu’ils allaient mourir relativement tôt pour que les état ne leur payent donc que peu de retraire !
    A voir dans : “Industrie du tabac : la grande manipulation”, le Mardi 7 octobre 2014 à 20:45 sur France 2 dans CASH INVESTIGATION
    …Glaçant !

    • D’après les derniers chiffres, le tabac coûte 18 milliards d’€ à la sécu et 45 Milliards d’€ à la société alors qu’elle en rapporte que 15 Milliards.
      Chercher l’erreur.

      • Yvon Novy

        Mais payer des retraités, ça coûte combien ?

        • Étant donné que la plus grande partie des fumeurs se trouvent dans les classes les plus basses pour ne pas dire les plus pauvres (RSA socle, chômeurs de longue durée, etc.), on peut imaginer que ça ne coûte pas plus cher que les 30 Milliards à la société (45-15).

          • Yvon Novy

            Il y a sûrement un taux de fumeur plus important dans ces catégories, c’est vrai ( et certainement très peu de vapoteurs !), mais ces catégories, même si importantes sont quand même très loin de représenter la majorité de la population française.
            Mais bon, ne menons pas une bataille de chiffres là dessus, je disais juste que c’est l’argumentation qui a été développée, chiffres à l’appui par un très grand groupe cigarettier très connu auprès de nos politiques et dirigeants pour essayer d’influer sur les politiques contre (ou pour ?) le tabac.

          • Patricia

            Ce chiffre que tu annonces est issu du rapport de la cour des comptes.

            Il se décompose comme suit :

            Le montant de la perte liée au tabac est :

            – pour les pertes de productivité (entreprises, arrêt maladie/absentéisme) à 18 086 millions d’€ ;

            – pour les pertes de revenus pour les individus (consommateurs ou non) à 7658 millions d’€ ;

            – pour les dépenses liées aux soins à 18 254 millions d’€ répartis entre soins hospitaliers (8732 millions d’€)
            et médecine de ville (9523 millions d’€) ;

            – pour les pertes de prélèvements obligatoires à 3738 millions d’€ (soit 7,83% du coût social total du
            tabac) ;

            – pour la prévention à 2,82 millions ;

            – pour la lutte contre les feux de forêts à 1,78 millions d’€

            Il faut observer que plusieur de ces postes ne sont pas supportés par l’Etat , comme l’absentéisme dans les entreprises et la perte de revenus des individus. Y est également inclus les pertes de prélèvement obligatoire qui est en fait le manque à gagner en taxes dus à la fraude par exemple )

            Si on additionne la dépense réellement supportée par l’état : soins, prévention, incendie, le total n’est plus que de 23 Milliards €.

            Le décés précoce du fumeur fait économiser environ 6 à 8 ans de versement des retraites ( réduction moyenne de l’espérence de vie) pour 70 000 personnes par an.
            Soit 7,5 milliards d’euros par an.
            Les taxes rapportent 14 milliards par an.

            On est donc à un équilibre.

            Il reste à considérer que les recettes générées par la tabac ainsi que l’économie sur les retraites est immédiate, tandis que la baisse des coûts générée par une vraie politique anti-tabac ne se ressentirait qu’étalée sur une génération.

      • Kucing

        Le problème est que, si la consommation de tabac diminue, la perte de 15 milliards sera immédiate alors que le gain de 45 milliards ne sera effectif qu’après une génération. Quand on sait que l’horizon temporel de nos politiciens ne dépasse pas 5 ans, on comprend mieux pourquoi ils sont réticents à faire baisser la consommation de tabac.

        • platipus

          d’accord avec toi sur le faît que les politiques ne font rien s’ils n’en tirent pas les fruits pendant leur mandat mais je pense qu’il faut beaucoup moins d’une génération pour que les économies se fassent sentir et même moins d’un mandat – je vapote depuis deux ans, je n’ai pas consulté une fois depuis – les bénéfices à arrêter de fumer sont rapides, multiplions ça par 2 ou 3 millions – éventuellement je veux bien qu’ils taxent les e-liquides et interdisent la clope pour voir 😉

          • Patricia

            le coût se ressent surtout sur les maladies chroniques et longues qui surviennent tardivement : infarctus, cancers, insuffisances respiratoires.
            Vaper peut aider rapidement à améliorer la fonction respiratoire.
            Mais un tabagisme, même sevré, peut encore provoquer des années plus tard un cancer ou un infarctus, malheureusement.

          • Je partage ton point de vue car l’Homme depuis qu’il le peut use et abuse des substances qui peuvent lui apporter quelque chose, l’opium, le tabac et bien d’autre.
            Le plus gênant reste de pouvoir s’en passer ou tout au moins trouver un moyen de se l’administrer avec le moins de risque possible.
            Dans le tabac fumé, le pire est dû à la combustion, CO et goudrons entre autre, mais la nicotine en elle même ne crée pas de problèmes physique.
            Et même son pouvoir addictif est remis en cause en ce moment surtout qu’il dépend de sa vitesse de transmission au cerveau et Farsalinos a montré que la vape prenait 7 fois plus de temps que la clope.

          • Patricia

            Oui.Imaginer que l’homme puisse vivre un jour sans ses addictions est un leurre complet.
            Le seul but à atteindre, c’est qu’elle ne lui cause pas de tort.
            La vape remplit ce but, même si on reste dépendant à minima à la nicotine, ça ne fait plus de mal. Pas plus qu’être dépendant de son petit noir bien sérré.

            Vouloir se débarasser du tabac et aussi de la vape, ça ne peut mener qu’à une chose : le sujet qui a de toute façons un trait de personnalité tendant à être addict se tournera vers autre chose : alcool, médicaments etc ….

    • Patricia

      Elise Lucet réitère ? On se souvient du déjeuner annuel des amateurs de havanes qui réunissait nos ex ministres, députés etc autour de la représentante de British American Tobacco , lequel détourne gentiment 50M d’impôts dus à la France.

      http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20130614.OBS3412/des-politiques-pris-la-main-dans-le-sac-et-le-cigare-au-bec.html

  • Titan

    C’est LA-MEN-TABLE !!!
    Nous assimiler aux vrais fumeurs …! Avec l’amalgame que les non concernés vont obligatoirement faire, que ce soit ceux qui s’en tapent ou ceux qui nous considéraient déjà comme des sous-humains drogués pas fréquentables et bons à abattre (si, si, j’ai des exemples). Sans compter le malentendu qui va obligatoirement apparaître dans l’esprit des fumeurs néophytes en matière d’E-Cig et qui vont se méfier de ce nouveau produit comme étant interdit, donc potentiellement nocif! Quelle misère!
    Et elle a l’intention de nous parquer où, la gueuse … avec les vrais fumeurs? Je ne parle pas pour moi, c’est réglé, quand je prends une vraie clope, je trouve ça mauvais (quand je pense que j’ai aimé ça pendant 30 ans!), mais je parle de ceux qui sont … “bi” (je l’ai été presque un an), qui ont encore du mal à passer le cap parce qu’ils n’ont pas encore trouvé leur Graal, fragiles, dubitatifs ou déçus parce que mal informés et/ou mal outillés. De deux choses l’une: ou elle connaît très bien les différences et avantages de la vape E-Cig par rapport à la vraie clope, ou elle n’est pas au courant. Dans les deux cas, c’est absolument inadmissible! Elle est quand-même Ministre de la santé …! Sans parler de 2 conneries monumentales qu’elle a osé affirmer sans sourire (t’façon, vaut mieux pas!) sur BFMTV:
    1) Interdiction de vaper sur les lieux de travail à usage collectif, donc … les boutiques E-Cig peuvent fermer tout de suite, et si on n’a pas compris que ça supprime tout avenir à la E-Cig pour une meilleure information ou communication vis à vis de tout nouvel arrivant dans le domaine, c’est qu’on est très con.
    2) Et un adulte pris à fumer en voiture avec un enfant de 12 ans se prendra une prune de 450€, mais une femme enceinte qui tire sur sa Goldu, que d’alle de prévu (moi j’aimerais accessoirement savoir ce qui se passe pendant la nuit de passage de 12 à 13 ans pour ledit gamin).
    Du grand n’importe quoi. Pauvre France, décidément!

    • Patricia

      Tu as raison.

      Et je pense aussi à mes patients, ceux qui sont malades du tabac, et qui ont enfin arrêté grâce à la ecig, alors que même malades, ils ont encore fumé des années, incapables de se sevrer, trop dépendants.

      Ce sont les plus gros dépendants qui ont le plus besoin de la ecig, c’est avec eux que les autres méthodes échouent et ce sont eux qui ont le plus de problèmes de santé, et graves.

      Ceux-là, on va les renvoyer dans la fumée du tabac aussi …. c’est lamentable.:((

  • Patricia

    Je ne peux que saluer cette réaction de l’AIDUCE , et vous encourager à la soutenir.
    Une telle contestation devant les tribunaux sera couteuse, ils ont besoin de notre aide.
    Adhérer à l’AIDUCE ne coûte pas cher, et peut nous rapporter gros en terme de santé, et ça n’a pas de prix (enfin, il parait :s)

    http://www.aiduce.fr/adhesion/

  • Tony Fiant

    Impatient de connaître le verdict… le juge va avoir une légère pression, en fait plusieurs 🙂

    • Patricia

      c’est pour ça qu’il va falloir des bons avocats, donc des sous… 😉

      Et ne commence pas casser l’élan toi, vilain défaitiste hein 😉
      Les juges , ça vape aussi ….

      • Tony Fiant

        Je casse rien sauf des briques 🙂
        Je ne fais que poser les paramètres car entre la médiatisation de la vape, les décisions du gouvernement et ses interactions avec la justice dite indépendante et enfin les interventions imaginables de diverses manières de BT/BP, je pense que la décision va être difficile…

        • Patricia

          je ne te contredirais pas sur ce point, Mister casse-briques 😀

          ( d’ailleurs je ne te contredis jamais… j’entretiens la discussion car je suis une grande bavarde ;D )